La gestion de l’ex-maire de Fakarava mise en cause

mardi 23 décembre 2014

L’atoll de Fakarava est réputé comme un site de plongée exceptionnel, davantage encore depuis que le site a été classé réserve de biosphère par l’Unesco. On connaît moins la gestion très opaque et personnelle de l’ancien tavana, Howard Vairaaroa, entre 2008 et 2014. Dans son dernier rapport, la chambre territoriale des comptes dresse un tableau plutôt sombre de la gestion de cette commune d’un peu moins de 1 600 habitants répartis sur 16 km2 de terres émergées, et 1 121 km2 de lagon.

Une situation financière “extrêmement fragile”
Si l’on compare Fakarava aux communes de taille équivalente, on constate que les charges de personnel (51 % des charges de fonctionnement) sont conformes à la moyenne. En revanche, la fiscalité reversée (centimes additionnels sur les impositions territoriales) est nettement inférieure (- 55 %) à la moyenne des communes équivalentes, tout comme les autres taxes et impôts, nettement inférieurs (- 69 %) à la moyenne des communes équivalentes. La chambre territoriale des comptes estime cet écart “surprenant pour une commune touristique telle que Fakarava et, conduit à s’interroger sur le versement effectif des taxes de séjour par les pensions”.
Si on ajoute les difficultés à percevoir la part du FIP, comme ce fut le cas pour l’ensemble des communes de Polynésie durant ces dernières années, la commune de Fakarava connaît des difficultés de trésorerie et des résultats comptables déficitaires sur les trois dernières années. Conclusion de la CTC : la situation financière de la commune est “extrêmement fragile”. La chambre préconise une gestion rigoureuse des charges de personnel et de la subvention versée au service de l’électricité.
Pour la CTC, le nouveau maire, Tuhoe Tekurio, semble avoir pris la mesure de l’urgence. Ainsi, la nouvelle équipe municipale a décidé de réduire de 50% les indemnités mensuelles des élus. Tuhoe Tekurio a décidé de suspendre les procédures d’intégration des agents de la commune. Il souhaite “réduire si possible dans les meilleurs délais la masse salariale en ne remplaçant pas notamment les agents qui partent à la retraite”.

Une gestion du maire très opaque
L’ancien maire Howard Vairaaroa s’est octroyé certaines compétences pour la durée de son mandat. Le problème, c’est qu’il n’en a pas rendu compte régulièrement à son conseil municipal. “Bien au contraire, est-il écrit dans le rapport, certains problèmes étaient cachés, y compris ceux pour lesquels il n’avait pas reçu délégation”. Ainsi, lors du vote du budget 2014, les élus ont découvert que la commune avait été condamnée par un janvier du 30 janvier 2012 à verser
2,72 millions de francs à la société Torea Island Management pour un projet d’électrification avec éolienne. Autre exemple : Howard Vairaaroa avait loué un appartement à Papeete. Mais les loyers impayés s’élevaient à plus de 555 000 Fcfp. La commune a été condamnée à payer les loyers en retard et divers frais, soit un total de près de 5 millions de francs. Surtout, puisque le maire n’avait pas informé son conseil municipal, il n’a pu ni être représenté à l’audience, ni faire appel du jugement.
L’exemple le plus frappant est celui du truck pour amener les enfants à l’école. “Au final, la commune dispose d’un truck dans l’incapacité de transporter à l’école le nombre d’enfants prévus, qui ne répond donc pas à ses besoins, mais qu’elle a néanmoins payé sans bénéficier d’une diminution du prix”, écrit la CTC. Plus globalement, les élus du conseil municipal ne recevaient “aucun document permettant aux élus de préparer le débat et le vote, les élus découvrant au mieux les documents en séance”. Le maire actuel s’est engagé à davantage de transparence et de débat.

Carburant : une gestion laxiste
Dans le budget de la commune, les dépenses en carburant sont le secteur le plus important. Pourtant, sa gestion est “extrêmement peu encadrée”. Ainsi, la CTC remarque que l’atoll d’Aratika, avec ses 158 habitants, consomme presque autant d’essence sans plomb que Fakarava et ses 807 habitants. Le rapport énumère une série d’abus, comme ce maire délégué de Kauehi qui a dû rembourser le carburant utilisé pour son véhicule personnel.
La CTC propose qu’un élu soit spécifiquement chargé du suivi de cette importante dépense.
Le nouveau maire a indiqué qu’il sera procédé à un suivi strict des consommations de carburant. “La commune a en effet acheté des pompes qui permettent désormais de déterminer et quantifier avec précision la délivrance de carburant et au final les consommations exactes et nécessaires par atoll, par engin et par service”.

Le tourisme négligé
Fakarava est un spot mondial incontournable pour les plongeurs. Mais le tourisme à Fakarava se résume à la plongée sous-marine alors que, précise le rapport, l’atoll, avec sa passe de 1,6 kilomètre, pourrait accueillir des bateaux de croisière. Le soutien, c’est que les activités susceptibles d’intéresser les croisiéristes sont extrêmement limitées. La CTC recommande de charger un élu du développement touristique de la commune.

Serge Massau

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete