La Grande Loge nationale française rencontre initiés et profanes

    jeudi 12 mai 2016

    Peu encline à la communication car cultivant le secret depuis des siècles, la franc-maçonnerie intéresse, passionne mais inquiète le plus souvent le profane, autrement dit le non-initié. Tahiti et la Polynésie reçoivent régulièrement des grands maîtres, comme encore récemment. En ce moment, c’est Jean-Pierre Servel, celui de la Grande Loge nationale française (GLNF, la plus importante de France et du monde), qui est en visite au fenua, pour aller à la rencontre de ses frères mais aussi du public. 

    Pourquoi êtes-vous en Polynésie ?
    Je suis venu visiter mes loges lointaines, lointaines géographiquement mais proches de nos cœurs car ce sont nos postes avancés de la GLNF (Grande Loge nationale française, NDLR)  dans le monde. Je vis des moments très intéressants avec mes frères polynésiens.

    Avec les loges, quels sont les points que vous allez aborder ?
    Nous allons évoquer les problèmes de “recrutement”, en incitant à la prudence car il faut accueillir parmi nous des gens de qualité, des hommes de bien, des hommes d’honneur. J’essaye de vérifier que mes frères vivent un parfait bonheur dans leurs loges, ce qui me paraît être le cas.

    L’image sectaire est toujours très forte sur la franc-maçonnerie, notamment en Polynésie française, où on les appelle les tupapa’u…
    La franc-maçonnerie a toujours éveillé les fantasmes, avec son côté discret, secret. Dans l’opinion publique, quand on est secret, c’est qu’on a quelque chose à cacher qui est plutôt le mal que le bien.
    C’est exactement le contraire, nous cultivons dans nos loges la vertu, la fidélité et l’amour fraternel. Nous sommes un conservatoire des vertus. Ce secret nous porte malheureusement préjudice, d’où une conférence publique où je répondrais à toutes les questions du public, vendredi soir.

    Si je souhaite devenir franc-maçon, qu’allez-vous rechercher en moi ?
    Nous ne recherchons pas des élites intellectuelles. Bien sûr, il y en a, mais voyez-vous, j’ai initié des gens “simples”, qui travaillent parfois avec leurs mains, qui sont attachés à la beauté, qui sont des hommes de bien. Avec une exigence à la GLNF, nous ne recevons chez nous que des croyants en Dieu, le grand architecte de l’Univers, c’est notre ADN. Les frères que nous recevons prêtent serment sur le livre de la Loi sacrée qui est la Bible, la Torah ou le Coran.

    On est parfois un peu perdu, il y a des loges, des obédiences, des rites… Vous entendez-vous bien entre vous ?
    Le paysage français est extraordinaire, unique au monde, car il y a des centaines de loges, parfois avec à peine 100 frères. Il y a sept à huit obédiences et nous sommes en phase de bons rapports, notamment avec le Grand Orient avec qui nous avons été “fâchés” pendant plus de cent ans.
    On insiste aujourd’hui sur ce qui nous rapproche, sur ces valeurs plus que sur nos différences, car eux vont espérer agir directement sur la société à travers l’obédience, en cultivant des points de vue politiques et sociétaux alors que nous, notre démarche est totalement différente.
    Nous ne donnerons jamais un point de vue politique ou sociétal, nous espérons avoir des hommes de qualité, les rendre meilleurs et les faire rayonner ensuite dans le monde pour essayer de l’améliorer. La religion et la politique, nous n’en parlons jamais, elles divisent les hommes.

    Propos recueillis par Christophe Cozette

    Informations pratiques

    Conférence-débat demain, à 18 heures, dans l’amphithéâtre du lycée hôtelier à Punaauia avec le grand maître de la Grande Loge nationale française (GLNF) Jean-Pierre Servel. Entrée libre et ouverte à tous.
    Contactez la GLNF en Polynésie par e-mail : glnf.tahiti@yahoo.fr

    Rick Hunter 2016-05-14 00:12:00
    Oui j'ai oublié de dire que pour lui c'est des vacances payées au soleil... par ses brebis de métropole
    Rick Hunter 2016-05-13 16:53:00
    Encore des colonialistes... la gnlf à tahiti est un sous-maillon du district International. Ils ne reconnaissent même pas le Statut de notre Fenua (notre Pays). Un si long voyage pour nous dire que nous ne sommes pas un POM.
    TETUANUI Monil 2016-05-13 03:32:00
    Les propriétaires fonciers de Makatea ne vivent pas qu'à Makatea ou à Rangiroa . Y en a partout.Nous demandons à FRITCH d'engager des recherches généalogiques et foncières pour les identifier . J'avais interpellé les sénateurs, le Ministre Teari ALPHA et le Haut Commissaire ainsi que le Président du SPC qui doivent rendre leur rapport en juin prochain de mouiller à fonds tous les maires et les maires délégués qui doivent devenir, non seulement pour le foncier mais tous les domaines, le trait d'union incontournable dans chacune des 108 mairies et mairies annexes. Ca va justifier la mise en place du GIRTEC chez nous pour financer ces recherches. C'est là que devra être à jour et performant notre système numérique avec HONOTUA dans chacun des 108 points . La communication devra être performante.Ca donnera du boulot à nos nombreux diplômés en généalogie et en médiation foncière . Les problèmes fonciers actuels de MB que la TNAD connaît bien risque de se répéter., cela va certainement retardé beaucoup les chantiers.... respecter mea ma... pas de forfaiture...
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete