La grève est maintenue alors que la signature d’un accord était imminente

    vendredi 3 juin 2016

    Alors que la signature d’un protocole d’accord de fin de conflit à Air Tahiti semblait imminente, hier, l’intersyndicale et la direction se sont quittées sur un constat d’échec. La faute à l’intransigeance et à la rigidité de la direction, selon l’intersyndicale. À Ua Huka,
    aux Marquises, la situation des malades devient préoccupante.

    Tout avait bien commencé, hier matin, même si les négociations avaient repris avec un certain retard. Les navettes entre la direction et les grévistes s’étaient rapidement mises en place, les propositions des uns étant suivies, quelque temps plus tard, par les contre-propositions des autres avec, comme fil conducteur, la volonté d’aboutir à un accord en fin de journée.
    Il faut dire que la signature d’un accord était déjà sur le point de se concrétiser mercredi soir, mais qu’elle n’avait pu aboutir à cause de la difficulté à rédiger et à tomber d’accord sur certaines propositions.

    Rendez-vous avait donc été donné hier matin pour finaliser les derniers points de frictions et à midi, on s’acheminait vers la signature d’un protocole d’accord qui devait mettre un terme à 16 jours de grève.
    En fin de journée, le protocole était quasiment rédigé, il ne restait plus en effet qu’à trouver un compromis sur les 23 kg de bagages demandés lorsque l’avion est vide, l’autorisation de voyager avec un enfant pour les salariés, ainsi qu’un accord sur les jours de grève.
    C’est sur ces trois derniers points, poids autorisé des bagages, place enfant et jours de grève, que c’est donc joué hier l’issue des négociations.

    Après deux heures d’entrevue entre les leaders des centrales syndicales et la direction, la réunion pour confirmer une issue favorable au conflit s’est donc soldée par un échec, vécu avec un sentiment partagé de déception et de colère par les grévistes.
    Pour Patrick Galenon, secrétaire général de la CSTP/FO, la responsabilité de la direction dans cet échec est totale.
    “Malheureusement, il n’y a pas eu d’accord ce soir (hier, NDLR). Nous nous sommes heurtés à l’intransigeance de la direction concernant deux points de revendication, à savoir la possibilité d’embarquer 23 kg de bagages lorsque les avions sont vides, ainsi que la possibilité de voyager avec un enfant.

    Rigidité de la direction, selon l’intersyndicale

    Nous avons également demandé un accord sur les jours de grève afin qu’ils puissent être étalés jusqu’à la fin de l’année.
    Ces trois demandes ont été refusées alors qu’elles n’étaient pas des points majeurs et c’est regrettable.
    Face à l’intransigeance et à la rigidité de la direction, alors que les grévistes avaient décidé de montrer leur bonne volonté en acceptant que deux PNC reprennent le travail exceptionnellement aujourd’hui (hier, NDLR), l’ensemble du personnel en grève a donc décidé de reconduire le mouvement.

    La position de la direction est d’autant plus incompréhensible que nous avions bien avancé sur le point principal de nos revendications, à savoir le plan social, puisque la direction avait accepté le principe d’une rencontre avec les confédérations pour en discuter et de le geler en attendant cette rencontre.”

    Le programme des vols risque d’être fortement impacté par la poursuite de la grève, puisque les PNT et les PNC, qui assuraient jusqu’à présent la programmation de ces derniers, sont obligés d’être mis au repos pour ne pas dépasser le temps de travail maximum obligatoire applicable à ces catégories de personnels.
    L’activité aérienne d’Air Tahiti risque donc dès aujourd’hui et encore plus dans les jours à venir, si la grève devait perdurer, être réduite “à peau de chagrin” alors que la fin des classes est déjà effective dans certains collèges et lycées et que les élèves des îles doivent être rapatriés chez eux par des avions charterisés.

    Pascal Martin
     

    Air Tahiti informe sa clientèle de son programme de vols prévu pour la journée du samedi 04 juin 2016 :
    • Desserte des Iles-sous-le-vent : Bora Bora, Huahine et Raiatea 
    • Desserte des Tuamotu : Fakarava, Rangiroa et Tikehau
    • Desserte des Marquises : Hiva Oa et Nuku Hiva
    • Annulation des vols au départ ou à destination de Moorea
    • Annulation des vols Gambier, Takaroa, Takapoto et des vols inter Marquises

    Situation préoccupante à Ua Huka

    À Ua Huka, aux Marquises, on se forçait à l’optimisme hier, et l’on espérait le déblocage d’une situation qui paralyse aussi le traitement des malades. L’infirmier de l’île, Thomas Athenol, joint par téléphone, évoquait le cas de plusieurs patients en attente d’un pacemaker, d’un traitement hebdomadaire uniquement délivré à l’hôpital de Taaone ou encore de médicaments qui doivent être transportés dans conditions spéciales, notamment pour les diabétiques. Au 23e jour
    sans possibilité de voyage à Tahiti ou de renouvellement du stock de médicaments, la situation des malades devient critique. De plus, sur une île où le transport aérien nécessite l’usage de
    Twin Otter, assorti de qualifications de vol spéciales pour les pilotes, déclencher une évasan est une opération qui doit demeurer exceptionnelle, le coût d’un transport par l’armée dépassant
    les 20 millions de francs.     
    M.-O.G.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete