La grogne des habitants contre le service de l’équipement

    mardi 20 janvier 2015

    Les habitants inondés de Arue, Pirae et Papeete accusent le service de l’équipement de ne pas procéder régulièrement au curage des rivières et des caniveaux. Ils déplorent également, tout comme le maire de Arue, qu’un projet de construction d’un bassin d’orage, évoqué depuis des années, ne soit toujours pas sorti de terre. Le chef du service de l’équipement, lui, s’interroge sur le “sens civique” des riverains, considérant qu’un bon nombre d’encombrants sont jetés directement dans les cours d’eau, ce qui empêche la bonne évacuation des eaux.

    Les habitants les plus touchés par les inondations survenues le week-end dernier dans le quartier Bonno, à Arue, pansaient encore leurs plaies hier matin. Profitant des quelques rayons de soleil, certains tentaient de faire sécher ce qui pouvait l’être, à l’image de Hinatea dont l’habitation a été souillée par “20 à 30 centimètres” d’eau et de boue au petit jour samedi matin. “Nous avons été obligés de tout sortir. Les fauteuils sont abîmés et on ne sait pas si le réfrigérateur et le congélateur fonctionnent encore. Nous n’avons pas essayé de les remettre en route.”
    La jeune femme, qui occupe les lieux avec son compagnon, sa sœur et ses enfants, dit avoir eu “peur”. “Les petits criaient car l’eau entrait partout. On a été obligé de les mettre en hauteur. On est resté dans l’eau jusqu’à midi”, ajoute celle qui “craint”, au vu de la météo capricieuse, que cette mésaventure se reproduise d’ici peu.
    Il faut dire que le quartier est régulièrement touché par des inondations “depuis le début des années 1990 “ et l’urbanisation galopante sur les collines de la commune, selon le maire de Arue, Philip Schyle.
    “Ces inondations sont provoquées par les eaux qui viennent des hauteurs, notamment du lotissement Erima”, précise l’élu. Il y a quelques années, le service de l’équipement avait procédé à l’élargissement des caniveaux, tout en les rendant plus profonds. Ils n’ont cependant toujours “pas la capacité pour absorber toute cette eau”, dixit Francis Bonno, habitant du quartier éponyme.
    “Depuis qu’Erima a été construit, toute l’eau pluviale est rejetée ici. À chaque fois que le caniveau principal est bouché, les maisons sont inondées. Et il l’est souvent car le service de l’Équipement ne vient pas curer la rivière. La terre se déverse dans le caniveau et obstrue la grille de filtrage”, ajoute-t-il. “C’est l’équipement qui est responsable de cette situation”, renchérit l’un de ses voisins inondé, lui, pour “la première fois”.

    “Il y a urgence”

    Aux dires du tavana Philip Schyle, la rivière longeant le quartier est régulièrement envahie par des “algues” à hauteur d’une usine d’alimentation, ce qui provoque, de temps à autre, une hausse du “niveau de l’eau”. “L’équipement doit intervenir deux, voire même trois fois par an. Malheureusement, ce n’est pas fait régulièrement malgré nos multiples appels et nos courriers.”
    En outre, pour l’édile comme pour les riverains, les caniveaux ne sont pas suffisants pour évacuer les eaux de pluie. Un bassin d’orage devrait, selon eux, compléter le dispositif, mais celui-ci n’a pas vu le jour alors que le projet est évoqué depuis des années.
    “Il y a cinq ans, les propriétaires ont eu une réunion avec le service de l’équipement pour discuter de ce bassin. Tout le monde a donné son accord. Mais, depuis, rien n’a été fait. Pourtant, il y a urgence”, fulmine Francis Bonno, qui estime qu’avec les techniques disponibles aujourd’hui, “il ne devrait plus y avoir ce type de problèmes”.
    Philip Schyle croit savoir qu’un particulier était prêt à céder son terrain pour la réalisation de l’ouvrage mais qu’il n’avait finalement pas accepté en raison du “montant de la transaction”.
    Pour le chef du service de l’équipement, Jean-Paul Le Caill, il n’y a “pas que le lotissement Bonno qui pose problème à Arue”, commune qui a été “très urbanisée sans tenir compte des débits possibles”.
    Celui-ci ajoute que ses services s’affairent à l’heure actuelle à réaliser “une étude générale de tout l’assainissement de la zone”.

    J.-B.C.

    Lire aussi nos articles : « Pirae : les administrés s’interrogent sur l’entretien des rivières » et « Papeete : “Les rivières sont de la compétence du Pays” dans La Dépêche de Tahiti de mardi 20 janvier ou au feuilletage numérique

    Certains riverains ont “un problème de sens civique”

    Contacté suite aux critiques des riverains du quartier Bonno, le responsable du service de l’équipement, Jean-Paul Le Caill, considère que “le curage des rivières consiste à enlever les agrégats qui viennent se déposer et non pas tout ce que les gens peuvent jeter”.
    “Ça, c’est quand même plus du ressort de la commune, qui est en charge du nettoyage et de l’enlèvement des encombrants des particuliers. Sans dire que c’est la faute d’untel ou d’untel, il y a quand même un gros problème de sens civique. Samedi, nous sommes intervenus notamment pour retirer les troncs d’arbres qui ont été coupés par des gens qui habitent plus haut. Il y a de plus en plus d’urbanisation dans les collines. Ces gens coupent les arbres qui les dérangent et jettent le tout. Sauf que ce tout se retrouve en bas. Si les gens ne prennent pas conscience de cela, ça n’ira qu’en empirant”, prophétise-t-il.
    Concernant la réalisation d’un bassin d’orage, Jean-Paul Le Caill évoque lui aussi un problème foncier pour expliquer que le chantier n’ait toujours pas vu le jour.
    “Une étude générale de tout l’assainissement” de Arue est en cours, ajoute-t-il, et la réalisation dudit bassin pourrait, au mieux, être réalisé “l’année prochaine”.
    Mais le Pays aura-t-il les moyens de sécuriser ses quelque “79 rivières” dont “31” considérées comme “prioritaires” ? “Les estimations budgétaires dépassent les 15 milliards de francs”, souligne en effet le chef du service de l’équipement qui précise toutefois que ce dossier figure parmi les “priorités” de son ministre de tutelle.

     

    Zorro 2015-01-20 15:33:00
    Porcs et incapacité d'anticipation de l'équipement (façon imagée de dire incompétents) voici les mamelles du mal ;-)
    tatara 2015-01-20 13:55:00
    Certains riverains ont “un problème de sens civique”

    Les mots sont faible

    Faudrait plutôt dire que certains riverains sont des porcs.
    Fiudkonerie 2015-01-20 12:31:00
    quand on voit comment le service de l'équipement programme les feux de carrefour, avenue Clemenceau notamment, il est normal d'avoir des inondations s'ils s'occupent des rivières de la même manière ! J'ai d'ailleurs eu un accident à cause de ces feux qu'il serait pourtant simple de programmer logiquement... Et je me demande si je ne vais pas déposer une plainte... Que quelqu'un de l'équipement laisse ses coordonnées sur ce fil... Je veux bien le rencontrer pour discuter du séquençage des feux qui est actuellement anarchique et dangereux ! A l'époque en cours de technologie, on étudiait ça en 4ème et beaucoup d'élèves savaient faire mieux que ça !
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete