La moitié des salariés de la CPS en grève

    mercredi 25 mars 2015

    Le mouvement de grève annoncé à la Caisse de prévoyance sociale (CPS) a débuté hier matin avec la mise en place d’un piquet de grève devant les entrées de la Caisse, faute d’avoir trouvé un accord pendant la durée du préavis de grève.
    Selon des sources opposées, le nombre de grévistes serait proche de la moitié des effectifs de la Caisse, alors que d’autres avançaient un tiers des salariés comme faisant partie des grévistes. Toujours est-il que la CPS était paralysée hier et que les visiteurs ne pouvaient accéder aux différents services pour cause de portes closes. Pour les non grévistes, la situation était identique et l’accès à leur bureau leur était également interdit. Un huissier de justice a d’ailleurs constaté, hier matin, l’entrave à la liberté du travail.
    Lancée à l’appel des syndicats CSTP/FO, CSIP, Otahi, O oe to oe Rima et celui des cadres de la CPS, ce mouvement social fait suite au dépôt d’un préavis de grève le 18 mars .
    Les quatre points figurant dans le préavis sont le non-respect du protocole de levée du préavis de grève en date du 8 mars 2015, la restructuration de la direction générale de la Caisse, la pérennité du système de protection sociale et le respect des droits acquis des agents de la CPS.
    Sur les quatre points de revendications figurant sur le préavis de grève, la restructuration de la présidence de la CPS et le respect des droits acquis des salariés de la Caisse sont au cœur des négociations.
     
    Un “management inapproprié”
     
    Selon le délégué du personnel cadre de la CPS, Mounirattinam Balakrishnan, le point concernant la restructuration de la présidence de la CPS ne veut pas forcément dire départ de Régis Chang.
    “Le départ de Régis Chang est une affirmation qui a été véhiculée injustement par les médias. À l’origine de cette demande, nous reprochons un management inapproprié du personnel. Ce point a fait l’objet de discussions depuis 2010, puis en 2013 avec une lettre adressée au directeur général l’informant du malaise professionnel subi par les salariés de la Caisse, sans que cela soit suivi d’effets. Dernièrement, nous avons organisé une manifestation passive pendant une semaine et nous attendions à cette occasion que notre directeur se remette en cause, ce qu’il n’a pas fait, hélas. C’est tout ce que nous attendons de Régis Chang, qu’il se remette en cause un minimum pour que nous puissions travailler de manière sereine.”
    Selon Mounirattinam Balakrishnan, le départ de Régis Chang a été demandé par la suite pour que ce dernier réalise la gravité de la situation et qu’il accepte de se remettre en cause : “Il s’agit d’un effet électrochoc pour lui faire comprendre que son management était inapproprié et qu’il devait changer des choses. Face à l’absence de remise en cause de sa part, nous avons changé de position, et c’est dommage que nous ayons été obligés d’en arriver là. Régis Chang est un homme qui a des idées intéressantes, et la culture d’entreprise qu’il veut instaurer est également intéressante, mais il y a des formes à mettre, des manières de faire et aujourd’hui, cela ne passe pas, notamment parce qu’un certain nombre de salariés sont en stress ou en dépression. Notre action se veut également préventive pour éviter que ces problèmes de santé ne prennent plus d’ampleur chez les salariés.”
     
    “Effort collectif”
     
    En ce qui concerne la remise en cause des acquis sociaux par le biais du contrat de projets État/Pays, Mounirattinam Balakrishnan confirme l’exigence des grévistes : “Remettre en cause les acquis sociaux de cette manière n’est pas prévu par la loi. Seul le conseil d’administration de la Caisse est habilité à réviser la convention d’entreprise. En ce qui concerne la convention collective, nous ne disons pas que nous sommes opposés à une révision, mais on veut que cela se fasse dans le cadre d’un effort collectif.”
    Finalement, les grévistes évacuaient les entrées de la CPS, vers 15 heures, et se donnaient rendez-vous aujourd’hui pour poursuivre le mouvement.
    Précisons que lundi, à 21 heures, le président du conseil d’administration de la CPS, Yves Laugrost, attendait l’intersyndicale pour lui présenter le courrier du président du Pays concernant la convention collective, mais que les trois organisations qui avaient fait le déplacement, O oe to oe Rima, Otahi et le syndicat des cadres, avaient refusé de poursuivre l’entretien en l’absence des autres centrales syndicales.
     
    Pascal Martin
     

    Paul conscience 2015-03-27 12:38:00
    Hey, monsieur le délégué, arrête de prendre les gens pour des cons.
    Vous avez pris votre directeur pour un con et là, il est en train de vous montrer qu’il a plus de couilles que vous tous réunis.
    Ni le président du pays, ni le ministre, ne veut vous recevoir.
    Va faire un tour sur les réseaux sociaux et tu verras quel clan les internautes soutiennent.
    Le directeur a bien raison d’attendre de vous des efforts, vu vos salaires.
    Son management est approprié, vu que le contexte économique et social a changé. C’est vous qui refusez de vous adapter à ce nouvel environnement, à vouloir conserver vos acquis alors que les cotisations sociales augmentent, que les médicaments sont moins bien remboursés, qu’il y a moins de cotisants, que les entreprises ont des difficultés…….
    Je l’encourage à vous foutre à la porte, bande de feignants.
    Et toi, monsieur le délégué, ne te cache pas derrière ce titre qui ne te met pas à l’abri de sanctions.
    ATA 2015-03-26 08:51:00
    moi, j'ai déposé des rembousements dentaire pour ma fille depuis décembre pour le premier semestre dont j'ai payé la totalité!
    Nous sommes en Mars et toujours pas de remboursemnt de la cps, qui dit pas de remboursement CPS pas de remboursement de notre mutuelle.
    C'est un organisme privée, alors pourquoi sommes nous obligés de cotiser chez eux!

    pour Payer leur voyage te ne pas toucher ma retraite! Je ne suis pas contre me voyage administratif, mais dans que ce cas là, il devrait au moins minimun avoir 25 ans de boite, et là ça serait mérité!

    les patrons et les RNS devraient bloqués leur cotisation, et là ça va boucher.
    MERDE - ON VEUT TOUCHER OS REMBOURSEMENTS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    ATA 2015-03-26 08:49:00
    moi, j'ai déposé des rembousement dentaire pour ma fille depuis décembre pour le premier semestre dont j'ai payé la totalité!
    Nous sommes en Mars et toujours pas remboursemnt de la cps, qui pas de remboursement CPS pas de remboursement MUTUEl.
    C'est un organisme privée, alors pourquoi sommes nous obligé de cotiser chez eux! pour Payer leur voyage te ne pas toucher ma retraite! Je ne suis pas contre me voyage administratif, mais dans que ce cas là, il devrait au moins minimun 25 ans de boite, et là ça serait mérité! les patrons et les RNS devraient bloqués leur cotisation, et là ça va boucher.
    MERDE - ON VEUT TOUCHER OS REMBOURSEMENTS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Vai 2015-03-26 08:15:00
    En dépression? faut arrêter ils nont cas faire maçon, pêcheur ou autre boulot difficile physiquement et financièrement où il n''''y a pas davantages salariale.si vous en avez marre changez de boulot nous on cotise plus de 30000xpf Arreter vos gamineries
    Pito 2015-03-25 18:35:00
    Laissons les faire la grève, pas de salaire, quand ils auront faim ils retourneront au boulot. Pendant ce temps là nous continuons à cotiser.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete