Habillage fond de site

La pêche aux oursins sans réglementation

samedi 21 novembre 2015

Le samedi 26 septembre, nous relations, dans nos colonnes, qu’une équipe de pêcheurs lagonaire de Paea avait été contrainte de cesser sa partie de pêche dans le lagon de la Taharuu à Papara.
La police municipale avait de surcroît demandé aux personnes de Paea de vider le contenu de ce qu’ils avaient prélevé.
Les représentants de l’ordre avaient été avertis par des professionnels et résidents de la commune, très remontés par la présence des pêcheurs de Paea dans le lagon de Papara.
Selon leurs témoignages, cela faisait plus de deux semaines que ces personnes opéraient dans le secteur et prélevaient tout sur leur passage sans tenir compte de la taille des spécimens. Les habitants de Papara avançaient également comme argument que le lagon représentait un véritable garde à manger pour les familles. De fait, si d’autres venaient s’y servir, c’était hautement préjudiciable pour eux… La police municipale de Papara était donc intervenue pour apaiser cette tension entre les deux groupes qui commençait à prendre de l’ampleur.
 
Aucun cadre juridique

Il s’avère pourtant, après enquête, que ces pêcheurs de Paea avaient le droit de pêcher les oursins dans le lagon de Papara, pour la simple raison qu’il n’y a aucun cadre juridique qui réglemente cette pêche sur l’ensemble du pays.
La direction des ressources marines, hier matin, confirme cette information.
“Il n’y a aucune réglementation sur la pêche aux oursins en Polynésie. N’importe qui peut pêcher et la notion du lieu n’est pas non plus prise en compte”, explique Arsène Stein, le directeur de l’organisme.
Ce qui, en clair veut dire que la police municipale de Papara n’avait pas non plus le droit d’intervenir pour faire cesser la collecte des gens de Paea. Ils ont pourtant agi à l’inverse. Manifestement, ils ne connaissaient pas la réglementation.
Ce qui implique qu’ils ne devaient pas s’immiscer dans cette histoire et, plus encore, qu’ils n’avaient pas à imposer aux pêcheurs de Paea de vider le contenu de leurs prises. Ces derniers ont obtempéré, ne connaissant pas non plus la législation. Est-ce que l’affaire rebondira ?

C.T

Arsène Stein, directeur des ressources marines : “Ici, n’importe qui peut aller pêcher des oursins  n’importe où et quelle que soit la saison”

Y a-t-il une réglementation pour la pêche aux oursins ?
Non. Pas du tout. Il n’y en a aucune.

Cela veut dire que la pêche est libre tout au long de l’année ?
Effectivement. Et peu importe le lieu. En clair, n’importe qui peut aller pêcher des oursins n’importe où en Polynésie française et quelle que soit la saison. La notion du lieu n’est même pas prise en compte. Ni même la taille. Il n’y a rien qui est interdit, contrairement aux autres espèces comme la langouste.

Les personnes de Paea qui avaient pêché dans le lagon de Papara en septembre en avaient légitimement le droit ?
Exactement. Nous avons été mis au courant de cette affaire. Pour nous, les habitants de Papara ont eu la crainte en voyant les pêcheurs de Paea qu’ils viennent faire la même chose à Papara qu’ils ont fait dans leur propre lagon.
Et le Pays n’a pas l’intention de réglementer la pêche aux oursins ?
Pas encore pour l’instant. Mais on sait que depuis trois à quatre ans, cette pêche s’est intensifiée dans le lagon de Paea. Sinon, il y a des projets pour le lagon de Papara. Il devrait y avoir des zones réglementées, d’autres qui seront totalement interdites à la pêche. Tout ça pou préserver la ressource.

Propos recueillis par C.T.

Les espèces réglementées

– Le corail noir ou aito miti qui appartient aux genres Cirripathes et Antipathes
(Délibération n°90-93 AT du 30 août 1990 relative à la protection du corail noir «Aito miti», des genres Cirripathes et Antipathes).
 
– Les trocas (Trochus niloticus) ;
– Les burgaux ou moao taratoni (Turbo marmoratus) ;
– Les bénitiers ou pahua (Tridacna maxima) ;
– Les langoustes vertes ou oura miti (Panulirus penicillatus) ;
– Les cigales de mer ou tianee (Parribacus holthuisi) ;
– Les squilles ou varo (Lysiosquilla maculata) ;
– Les crabes ou upa’i (Scylla serrata) ;
– Les chevrettes d’eaux douces ou oura pape oihaa (Macrobrachium lar) et oura pape onana (Macrobrachium latimanus) ;
– Les perches ou nato (Kuhlia marginata).
(Délibération n° 88-184 AT du 8 décembre 1988 modifiée relative à la protection de certaines espèces animales marines et d’eau douce du patrimoine naturel polynésien)
(Source site direction des ressources marines)
sandrine lecomte
0
0
0

Toki 2015-11-24 09:14:00
Merci aux journalistes! grâce à vous et à cette information, nos lagons seront vidés de nos oursins et surtout les gens se taperont dessus. Que je sache, si la police municipale n'était pas intervenu il y aurait eu des altercations entre les riverains et les pêcheurs...

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete