La Pension de la plage, premier établissement labellisé “Clef verte”

    mardi 19 janvier 2016

    La Pension de la plage, à Punaauia, est le premier établissement en Polynésie française à être labellisé “Clef verte”. La labellisation permet de prendre conscience des économies à réaliser au niveau de la gestion de l’établissement.  La CCISM se tient à la disposition des entreprises pour monter avec elles le dossier de labellisation.

    La clientèle qui fréquente aujourd’hui les établissements hôteliers, quelle que soit leur taille, est de plus en plus attentive à la protection de l’environnement. Elle est donc sensible, même s’il ne s’agit pas d’un critère de sélection essentiel, aux choix d’établissements labellisés qui répondent aux critères environnementaux.
    C’est dans cet esprit que se sont placés Vincent et Anne-Marie Moreels, gérants de la Pension de la plage à Punaauia, qui ont souhaité s’engager dans une démarche de labellisation “Clef verte”.
    Intégrer cette labellisation a été d’autant plus facile pour eux qu’ils avaient déjà amorcé un certain nombre d’actions visant à réduire l’impact environnemental de leur activité, notamment en effectuant un compostage des déchets verts, en ayant recours aux énergies renouvelables, a un tri rigoureux des déchets ou encore en utilisant des produits d’entretien bio.

    Labellisation avec l’aide de la CCISM

    C’est donc pour concrétiser tout ce qui avait été entrepris en amont que les responsables de la pension ont décidé d’approcher, au début de l’année 2015, la chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM) qui représente localement le label “Clef Verte”, comme le confirme Vincent Moreels .
    “J’ai pris contact avec la CCISM, qui représente le label ‘Clef verte’ sur le territoire, sachant que nous avions déjà bien avancé dans la déduction de l’impact environnemental de notre activité, même si nous ne remplissions pas les 130 critères de labellisation.
    Il faut savoir que, parmi ces
    130 critères, certains d’entre eux vont très loin dans le détail, comme l’obligation de mettre en veille son ordinateur au bout de dix minutes, demander au client s’il souhaite garder sa facture ou pas pour éviter des impressions inutiles, supprimer la mise en veille des téléviseurs lorsque les clients ne sont plus dans la chambre”.
    Pour Vincent Moreels, ce souci du détail lui a permis de prendre conscience des possibilités de réaliser des économies non négligeables.
    “Ces points de détails nous ont permis de prendre conscience des possibilités de faire des économies, non seulement au niveau de l’environnement, mais aussi au niveau de la gestion financière de notre pension.
    Mis bout à bout, ils permettent de réaliser des économies non négligeables, puisque nous avons déjà économisé 30 000 F sur notre facture d’électricité par trimestre.
    Au-delà du label, c’est donc une réflexion au niveau des charges que nous avons été amenés à faire et qui a des conséquences directes sur notre gestion”.

    Un outil de rationalisation plutôt que de promotion

    Pour Vincent Moreels, la labellisation “Clef verte” n’est pas seulement un moyen de promouvoir la structure, mais surtout de réaliser des économies de gestion.
    “C’est une opération intéressante, plus au niveau de la réflexion au niveau de ses charges et des rejets dans l’environnement, qu’au niveau commercial pur, en se disant cela va nous amener davantage de clients.
    Tout le monde aujourd’hui se préoccupe de l’environnement, mais ce n’est pas pour autant que l’on va venir dans une pension clef verte plutôt que dans une autre.
    Ce n’est pas un critère de choix essentiel comme la disponibilité, le prix, l’emplacement ou les activités. Par contre, le fait d’avoir ce label les rassure sur le fonctionnement de la pension et, au-delà, de la prise de conscience du Pays, au travers de notre structure, de protéger l’environnement. Il faut savoir, en effet, qu’au niveau de ‘Clef verte’, comme aucune structure
    avant la nôtre n’était labellisée, la Polynésie ne figurait pas sur le catalogue. Aujourd’hui, il y a 2 350 établissements labellisés dans 50 pays, dont la Polynésie.”

    Pascal Martin

    www.pensiondelaplage.pf

    En quelques mots

    La “Clef verte” est un label environnemental international pour les hébergements touristiques et les restaurants. Ce label permet de valoriser les établissements soucieux de la protection de l’environnement et les inscrits dans une démarche de développement durable basée sur l’amélioration continue.
    Actuellement, il y a 2 350 établissements labellisés dans 50 pays (France, Allemagne, Italie, Japon, Europe du Nord, Europe de l’Est, Russie, Moyen-Orient, Caraïbes…).
    Site Internet : www.laclefverte.org

    Brice Meunier Cellule développement de la CCISM “La CCISM se tient à la disposition des entreprises qui souhaitent se lancer dans une démarche similaire”

    “Dans le cadre de la stratégie de développement touristique de la Polynésie française 2015-2020, qui est ouvertement tourné vers l’écologie, l’initiative de Vincent et Anne-Marie Moreels est à encourager et à soutenir. La CCSIM, qui a passé une convention de partenariat à but non lucratif avec “Clef verte”, confirme ainsi qu’elle se tient à la disposition des entreprises qui souhaitent se lancer dans une démarche similaire. Ces dernières n’ont donc pas à solliciter un organisme métropolitain, ce qui permet de réduire considérablement les coûts de la labellisation, puisque les frais d’accompagnement et d’audit sont pris en charge par la CCISM.”
    Contacts
    Brice Meunier : au 40.47.27.31
    email : brice@ccism.pf

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete