La Polynésie française confirmée à BB+

dimanche 16 novembre 2014

La très attendue note de Standard & Poor’s, qui fait et défait les économies mondiales, a rendu ses conclusions concernant la Polynésie française, hier. Le Pays reste BB+ avec des perspectives “positives économiquement avec une stabilisation renforcée et un retour des liquidités”.
“Nous estimons que la Polynésie française a amélioré sa capacité d’autofinancement et que c’est à mettre au crédit de meilleures performances budgétaires”, explique le rapport de Standard & Poor’s rendu hier.
“Nous considérons également que la Polynésie française a repris un accès normal aux financements externes auprès des banques commerciales et des marchés financiers. Nous affirmons notre note à long terme ‘BB +’ sur la Polynésie française.”
Pour l’agence de notation, cette perspective positive offre une probabilité sur trois que l’économie de la Polynésie française se stabilise, renforçant ainsi à la fois la performance budgétaire et sa liquidité.
La note BB+ accordée à la Polynésie française est donc due “à ses fortes performances budgétaires”.
L’agence américaine note, de plus, que le retour à l’équilibre des comptes du Pays allège progressivement la dette et que la flexibilité fiscale offerte par le statut d’autonomie est quelque chose de positif.
Cette note “moins que suffisante” ne bouge donc pas cette année, même si l’agence révèle une “amélioration de la liquidité malgré une mauvaise gestion financière passée et la faiblesse de son économie”.
Bémol de taille, malgré les annonces de pluie de milliards sur le Pays via la ferme aquacole ou le Mahana Beach, Standard & Poor’s reste réservée sur la perspective de croissance de la Polynésie française sur les prochaines années.
 
Des perspectives économiques floues
Tant sur sa capacité à rembourser ses emprunts qu’à générer de l’autofinancement, Standard & Poor’s reste sceptique quant au développement économique du Pays.
La société américaine, si elle reconnaît les efforts réalisés ces deux dernières années, estime que la Polynésie française ne se relèvera pas de la crise économique et politique violente qu’elle a connue ces dix dernières années.
Localement, si on essaie de faire table rase du passé, l’agence de notation, quant à elle, conserve sa mémoire vive.
“Au cours de la dernière décennie, le rendement et la liquidité budgétaire de la Polynésie française se sont fortement dégradés, en raison de l’instabilité politique, la faiblesse de la gestion budgétaire et la récession économique”, note-t-elle. “Son équilibre d’exploitation a chuté de 5,1 % en 2010 et le PIB est tombé de 4,2 % en 2009. Malgré tout, poursuit l’agence, le solde de fonctionnement a, par la suite, augmenté progressivement de 1,3 % en 2011 et 2,5 % en 2012 avant de bondir à 5,8 % en 2013, principalement grâce aux premiers effets de la réforme de l’imposition adoptée en juillet 2013.”
Standard & Poor’s rappelle, de plus, que la situation budgétaire tendue en Polynésie française a pu être absorbée par le soutien du gouvernement central avec l’avance de trésorerie faite fin 2013.
Cette situation tend aujourd’hui à s’améliorer. “Nous pensons que les décisions budgétaires depuis juillet 2013 avec la réforme de la fiscalité et le récent projet de budget pour 2015 montrent que la Polynésie française a une volonté d’assainir les finances publiques tout en soutenant la reprise économique.” Une bonne appréciation, malgré une mauvaise gestion budgétaire interne, due à un mauvais contrôle des entités publiques et la masse salariale trop importante de son administration.
Sur les perspectives financières à venir, Standard & Poor’s reste réservée. Si l’agence s’attend à un équilibre dans les comptes, le plan de départ volontaire et le financement du fonds pour l’emploi et la lutte contre la pauvreté (Felp) risque, selon elle, de peser lourd dans les finances du Pays.
 
Du mieux depuis 2013
La perspective de croissance pour l’année prochaine n’est que de 0,9 %. Pas suffisant pour l’agence américaine, qui note tout de même que le possible retour de l’État dans le financement du régime de solidarité de la Polynésie française (RSPF) permettra au Pays de souffler un peu.
De plus, l’agence note “des recettes fiscales en grande partie imprévisibles” avec une “absence de facilité de trésorerie”.
Standard & Poor’s considère aujourd’hui que le Pays peut retrouver la confiance sur les marchés financiers par le biais de sa stabilité politique, de solides réformes budgétaires et le potentiel exceptionnel de la France à soutenir la collectivité.
“L’économie de la Polynésie s’ancre, renforçant ainsi tant sa performance budgétaire que sa trésorerie disponible. Si ces efforts se poursuivent, continue l’agence, nous pourrions probablement augmenter notre note à long terme sur la Polynésie française.”
En mars 2011, Standard & Poor’s avait dégradé la note de la Polynésie française de BBB- à BB+ estimant que l’instabilité politique du pays contrariait la mise en œuvre de réformes structurelles essentielles.
Ce faisant, l’agence classait le Pays parmi les émetteurs dits “spéculatifs”, c’est-à-dire ceux qui peuvent faire défaut sur leur dette.
 
Bertrand Prévost

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete