La production de biscuits au ’uru en stand-by

    mardi 24 mars 2015

    Faute d’approvisionnement, le projet est momentanément interrompu. Depuis quelques mois, une nouvelle société s’est lancée dans la production de farine de ’uru, ce qui pourrait être la solution.
    Il y a environ un an, la biscuiterie de Daniel Choquet faisait parler d’elle en commençant une première série de tests à échelle industrielle quant à la mise au point de recettes à base de ’uru. Soutenue dans sa démarche de valorisation des produits locaux par le service de développement rural (SDR), l’usine avait alors reçu 10 kg de farine de ’uru afin d’initier la production. Aujourd’hui, faute d’un approvisionnement régulier en matière première, le projet est momentanément interrompu.
    La société Tahiti Uru Factory développe depuis quelque temps l’achat de ’uru aux particuliers et aux cultivateurs, avant de procéder à la transformation, notamment en farine. En février, la centrale d’achat de Benjamin Hubert, alias Béni, a ainsi collecté 3 tonnes de ’uru, qui, après séchage au four, lui ont permis d’obtenir 600 kg de farine, un chiffre qu’il souhaiterait doubler, voire tripler, au cours de l’année. Les perspectives d’évolution de la filière semblent donc s’éclaircir. Reste à savoir si les deux industriels s’accorderont sur la question du prix, dont la réponse conditionnera l’avenir des biscuits au ’uru de la Presqu’île.
     
    A.-C.B.
     
    Lire l’intégralité de l’article dans La Dépêche du 24 mars ou au feuilletage numérique.
     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete