La réforme des élections dans les communes en discussion

    samedi 7 novembre 2015

    Ce week-end, une délégation de représentants du syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française, SPC-PF, se rend à Paris pour une série de rencontre avec différents représentants politiques. Une semaine de rendez-vous pris avant de participer au Congrès des maires, du 16 au 19 novembre.
    Chaque année, lors de ces déplacements, des partenaires institutionnels sont sollicités par les maires de Polynésie française, c’est pour cette raison que le SPC-PF a, cette année, décidé de provoquer les réunions avant le congrès, pour ne pas se voir opposer de refus ou de trop courts entretiens.
    Plusieurs dossiers lourds sont au programme de Cyril Tetuanui et de la délégation.
    Accompagnés des parlementaires polynésiens, ils iront à la rencontre de François Baroin, président de l’Association des maires de France, Philippe Bas, président de la commission des lois au Sénat, Marc Vizy, conseiller du président de la République, George Pau-Langevin, ministre des Outremers et Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois à l’Assemblée nationale.
    Lors de ces entretiens, il sera question de la réforme des communes associées et des maires délégués.

    Élection à la proportionnelle

    Un sujet dont s’était saisi George Pau-Langevin lors de sa seule visite en Polynésie française mais qui a été reprise par les maires du fenua qui voulaient au préalable donner leurs avis et leurs observations sur ce qu’ils souhaiteraient mettre en place.
    L’absence d’urgence – les prochaines élections municipales se déroulant en 2018 – avait fait accéder la ministre des Outremer à cette requête.
    Sur le sujet, les maires de Polynésie réunis en congrès en septembre avaient déjà donné quelques orientations : “La priorité doit aller à la mise en place d’un scrutin avec liste unique et élection à la proportionnelle permettant à l’opposition de s’exprimer et participer au débat politique (…). L’existence des communes associées doit être préservée, par une représentativité dans les listes de candidats aux élections, et le pouvoir donné au maire délégué d’exercer pleinement son rôle, par l’obligation de délégation du maire sur le territoire de la commune associée et par le vote par le conseil municipal d’une dotation annuelle mise en œuvre par le maire délégué. Au niveau politique, les élus pensent que le maire délégué doit être représentatif de la population de sa commune associée, même s’il n’appartient pas à la majorité municipale.” La réforme du statut d’autonomie sera aussi discutée à paris. Le but pour les élus, étendre certaines compétences aux communes dans les domaines du sociale et de l’économie.

    Bertrand Prévost

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete