La réforme du collège au cœur des discussions

    jeudi 22 octobre 2015

    Les personnels d’encadrement sont actuellement en séminaire au lycée hôtelier de Outumaoro, à Punaauia. La réforme du collège
    est au cœur des discussions. Malgré un calendrier tendu, la ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Nicole Sanquer-Fareata, assure que la réforme du collège sera appliquée à la prochaine rentrée.

    C’est en présence de la ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Nicole Sanquer-Fareata, et du vice-recteur, Jean-Louis Baglan, que s’est ouvert hier au lycée hôtelier de Outumaoro le séminaire des personnels d’encadrement, dont les chefs d’établissement de l’enseignement public du second degré, les directeurs des établissements privés ainsi que les inspecteurs de l’Éducation nationale du 1er degré. Le thème principal de ce séminaire porte sur la réforme du collège voulue par la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, ainsi que le schéma directeur des formations et le contrat d’objectif du second degré. Cette réforme sera abordée dans un premier temps sous l’aspect de sa dimension pédagogique, pour poursuivre ensuite avec sa dimension organisationnelle. Des ateliers permettront ensuite d’échanger sur la réforme et sur sa mise en place de manière concrète dans les établissements de Polynésie française. Quatre groupes de travail aborderont également les thèmes concernant notamment le rôle du conseil pédagogique dans la mise en œuvre des enseignements complémentaires, ou la formation au sein des établissements, ainsi que le schéma directeur avec les proviseurs.
    Thierry Delmas, directeur général par intérim de la direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE), précise que ce séminaire se tient deux fois par an et regroupe l’ensemble des personnels d’encadrement œuvrant sur le territoire de la Polynésie française : “Les deux séminaires qui sont organisés deux fois par an permettent de regrouper l’ensemble des personnels d’encadrement des 35 établissements de la Polynésie française”.

    Travail préparatoire en amont

    Quant à la mise en place de la réforme du collège, Thierry Delmas convient qu’un gros travail préparatoire doit être mis en place en amont : “Cette réforme va poser les mêmes problèmes d’organisation que ceux rencontrés en métropole. Il faudra effectivement informer les cadres, puis former les enseignants, ce qui est en cours de finalisation. Lorsqu’une réforme concerne en même temps de la 6e à la 3e, ça oblige à avoir une organisation sur la formation des enseignants et une réflexion sur l’anticipation des difficultés que nous pouvons rencontrer dans sa mise en place. Ce séminaire est donc le premier au cours duquel nous allons former les cadres avant de former les enseignants pour que la prochaine rentrée se passe dans les meilleures conditions possibles.”

    Pascal Martin

    Nicole Sanquer-Fareata, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur : “Tout sera fait pour que la réforme du collège soit mise en œuvre à la prochaine rentrée”

    “Ce séminaire constitue le moyen de pouvoir rassembler tous les personnels d’encadrement des premier et second degrés pour faire le point d’étape par rapport à la rentrée et surtout pour fixer les grandes orientations pour la prochaine rentrée scolaire, avec notamment la réforme du collège. Nous avons déjà commencé à anticiper cette réforme par la mise en place du cycle 3 dès la rentrée de 2015 qui concerne la liaison entre le premier et le second degré. Au niveau du calendrier, nous sommes un peu courts, ce qui nous oblige dans un premier temps à envoyer une lettre d’information au personnel encadrant, mais tout sera fait, notamment par des actions sur le terrain au contact des enseignants, pour que la réforme soit mise en œuvre dans les meilleures conditions possibles à la prochaine rentrée. En Polynésie, nous n’avons pas connu comme en métropole de grosses mobilisations contre la réforme. Je crois qu’il s’agit avant tout de communiquer et d’informer pour rassurer les enseignants. Nous allons leur expliquer les nouvelles méthodes d’enseignement qui s’accompagnent également d’une réforme des programmes par rapport à la mise en place du DNB rénové. En ce qui concerne l’apprentissage des langues, je profite de la réforme du collège pour placer le reo ma’ohi en langue vivante 2 à partir de la 5e. C’est un dossier que je viens de déposer à Paris et qui est actuellement à l’étude afin de pouvoir assurer une continuité entre l’enseignement du reo dans le premier degré et le second. Aucune langue ne sera donc supprimée, au contraire, puisque le reo devrait faire son entrée dans le second degré en langue vivante 2.”

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete