La route de Erima à Arue bientôt réparée ?

    lundi 14 mars 2016

    La route de Erima est déviée depuis les fortes pluies, à hauteur du lotissement du même nom, à Arue. La mairie a commencé
    les travaux de réfection de la chaussée, puis les a stoppés. L’évacuation des eaux pluviales a également formé une cavité
    sous la dalle d’une maison particulière, qui menace de s’écrouler.

    De nombreux administrés qui habitent sur les hauteurs de Erima se plaignent auprès de la mairie de Arue et cherchent à comprendre pourquoi la commune ne déclenche pas les travaux sur la partie abîmée de la route principale de Erima.
    Lors des intempéries de février, les forts volumes de pluie ont provoqué la casse sur plusieurs buses, et des pans entiers de bitume se sont détachés, laissant la chaussée très dégradée. La mairie a donc préféré limiter l’accès, et dévier la circulation. Il y a une quinzaine de jours, un prestataire avait commencé à réparer la chaussée, mais il a dû s’interrompre à la reprise des averses.
    Mais réparer la route sans régler la cause première, c’est-à-dire l’évacuation des eaux pluviales, pourrait ne pas être très judicieux. Juste en aval du centre de jeunes adolescents (CJA), on voit nettement les dégâts sur la chaussée, traces du ruissellement important devant la parcelle 122 du domaine Pihaatarioe.
    En rentrant dans la propriété, on s’aperçoit que la dalle en béton de l’accès à la maison s’est dangereusement affaissée. Un expert en géotechnique et BTP mandaté par Sylvie Yune, la propriétaire, a effectué deux visites sur les lieux, découvrant qu’“une cavité importante d’environ 40 m3 s’est créée sous la dalle d’entrée et la maison, qui a dû être étayée pour éviter l’effondrement”.
    Lors des fortes pluies, l’extérieur et le rez-de-chaussée de la maison ont été inondés à plusieurs reprises, “jusqu’à trois fois par jour, et au milieu de la nuit aussi”, raconte Sylvie Yune.
    En cause, explique le rapport de l’expert, “la buse enterrée de diamètre 1 200 mm canalisant les eaux pluviales qui proviennent des propriétés en amont (le cimetière, le CJA et une portion de la route Erima, une installation réalisée postérieurement à celle de la propriété Yune, NDLR) s’est obstruée, provoquant un très important débordement immédiatement en amont et à l’intérieur de la propriété Yune, causant une inondation de la construction, un sous-cavage très important avec affaissement de la dalle en béton du chemin d’accès (…), ainsi qu’un sous-cavage d’une partie de la construction et de la fosse septique restée en équilibre précaire”.

    Accusée par la mairie

    Juste à l’extérieur de son terrain, à la jonction de la canalisation supérieure et de la sienne, Sylvie Yune et l’expert pointent “une chambre souterraine de grande dimension”, dont les parois ont cédé sous la pression de l’eau, contribuant encore plus à l’obstruction. “Ils ont extrait l’équivalent de deux camions”, décrit-elle.
    L’expert indique dans son rapport que cette chambre souterraine doit être rendue étanche par des parois en béton armé, pour éviter de nouvelles infiltrations et munie d’une grille pour éviter le passage de cailloux et d’objets.
    Sylvie Yune s’indigne d’être aujourd’hui accusée par la mairie d’avoir provoqué les inondations, qui ont non seulement endommagé la route, mais aussi sa maison.
    Elle vend au marché de Papeete les plats qu’elle prépare dans sa cuisine extérieure, et qui menace de s’effondrer. Elle craint de ne plus pouvoir travailler.
    “Je refuse qu’on dise que je suis responsable de ce problème ! S’il y avait eu une grille sur la canalisation au-dessus, ça n’aurait pas bouché chez moi ! Les problèmes ont commencé à la fin de l’année dernière, quand ils ont fait la clôture du CJA, explique Sylvie Yune. J’avais déjà fait des signalements au service technique de la mairie pour leur demander d’intervenir. S’ils avaient agi quand j’ai signalé le problème, on n’en serait peut-être pas là.”

    C.P. et J.H.

    Dix millions de travaux

    “On a mandaté un expert du Laboratoire des travaux publics pour chercher la cause de ce problème, à savoir la forte dégradation de la route d’Erima à cause des pluies. Il est passé lundi dernier et même mardi afin de finaliser le constat”, explique Tihoti Ligthart, responsable du service technique de la mairie de Arue.
    Son rapport doit être rendu au début de cette semaine, après quoi la mairie pourra procéder aux travaux. “Tout dépendra aussi de la disponibilité de l’entreprise et également du temps. En cas de pluie, on ne fera pas de travaux, ça ne sert à rien”, explique-t-on à la mairie, qui estime pour l’instant à 10 millions de francs, le budget nécessaire aux travaux.

    pipilo 2016-03-14 14:28:00
    Et la route de carrefour Arue, c'est de la faute de qui?
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete