La traque de Salah Abdeslam se poursuit, l’hypothèse d’un second fuyard n’est pas exclue

    mardi 17 novembre 2015

    La traque de Salah Abdeslam, en fuite après avoir vraisemblablement participé aux attentats de Paris avec sept kamikazes, s’est poursuivie mardi. Et une vidéo accrédite l’existence d’un neuvième assaillant, peut-être également en fuite.

    Le contexte syrien des attaques est de plus en plus évident, la voix d’un vétéran du jihadisme français, un proche des Merah, ayant été reconnue dans une revendication audio.

    – Une idée de plus en plus précise des assaillants -Deux des trois kamikazes du Bataclan ont grandi en France: Samy Amimour, 28 ans, est un ex-chauffeur de bus de la RATP, originaire de Drancy (Seine-Saint-Denis). Mis en examen mais laissé libre dans un dossier de terrorisme, il avait violé son contrôle judiciaire pour aller en Syrie et était visé par un mandat d’arrêt.

    Né dans l’Essonne, en rupture familiale, Omar Ismaïl Mostefaï, 29 ans, a vécu à Chartres. Il avait été repéré par les services en 2010 mais n’était jamais apparu dans une enquête d’antiterrorisme. Neuf proches d’Amimour et Mostefaï restent en garde à vue. L’identification du troisième kamikaze est en cours.

    L’un des trois assaillants du Stade de France, Bilal Hadfi, 20 ans, était français mais vivait à Bruxelles. Près d’un autre a été retrouvé un passeport syrien au nom d’Ahmad al-Mohammad. Une identité sans doute fausse: elle correspond à un soldat de Bachar al-Assad mort. Si le kamikaze a bien été contrôlé début octobre en Grèce parmi les migrants fuyant la Syrie, le mystère demeure le concernant et la police a diffusé mardi soir un appel à témoins avec photo pour l’identifier. Le troisième kamikaze du Stade de France reste à identifier.

    La troisième équipe, qui a attaqué des terrasses de restaurants et cafés, était composée de trois hommes, selon une vidéo en possession des enquêteurs. Parmi eux, pensent-ils, les frères Abdeslam, des Français résidant à Bruxelles: Brahim, 31 ans, mort en kamikaze boulevard Voltaire, et Salah, 26 ans, en fuite. Qui est le troisième membre de ce commando à bord d’une Seat noire retrouvée en banlieue parisienne? Il n’a pas été identifié à ce stade, a dit une source proche de l’enquête, sans exclure qu’il soit actuellement en fuite. A moins qu’il ne s’agisse d’un des deux complices présumés écroués en Belgique.

    – Une genèse en Syrie? -Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué les attaques, notamment dans un enregistrement audio lu par Fabien Clain, un Français de 35 ans, actuellement en Syrie. Proche de l’auteur des tueries de Toulouse et de Montauban Mohamed Merah, Clain avait été condamné en 2009 à cinq ans de prison pour avoir été l’un des organisateurs d’une filière d’envoi de combattants islamistes en Irak.

    Mostefaï, Amimour et Hadfi sont allés en Syrie. C’est très probablement le cas des deux frères Abdelslam, et de l’homme au passeport syrien.

    Un nom apparaît dans l’enquête, celui d’Abdelhamid Abaaoud, 28 ans, une tête d’affiche parmi les jihadistes belges. Il a été un complice de délinquance de Salah Abdeslam à Bruxelles en 2010 et 2011, notamment lors de braquages. Aucun élément matériel ne démontre la thèse d’une commandite ou d’un ordre formel. Mais une coïncidence est troublante: arrêté le 11 août après un bref séjour en Syrie, un Français de 30 ans avait raconté en garde à vue avoir reçu comme consigne de commettre un attentat, « dans l’idéal » lors d’un concert. Il désignait Abaaoud comme son donneur d’ordre.

    – Les complicités? -Qui est l’artificier des vestes d’explosifs? Où les armes ont-elles été achetées? Deux hommes, arrêtés à Molenbeek, plaque tournante du jihadisme belge, ont été inculpés lundi à Bruxelles: Mohammed Amri, 27 ans, et Hamza Attou, 20 ans, expliquent être allés exfiltrer Salah Abdeslam qui les aurait appelés après les attaques.

      

    – Quel emploi du temps, quel mode opératoire? -Des perquisitions ont été notamment menées dans un appartement de Bobigny loué par Brahim Abdeslam et dans deux chambres d’un hôtel d’Alfortville, payées grâce à la carte bancaire de son frère Salah. A Bobigny, les enquêteurs ont trouvé des morceaux de tissu qui pourraient laisser penser que des gilets d’explosifs y ont été confectionnés.

    Outre la Polo du Bataclan et la Seat de l’équipe des terrasses, une Clio louée par Salah Abdeslam a été retrouvée dans le XVIIIe arrondissement. A-t-elle pu servir à convoyer les kamikazes au Stade de France? Auquel cas, qui conduisait?

    Enfin quelle coordination? Certains éléments peuvent laisser penser à des échanges téléphoniques le soir des attaques, selon une source proche de l’enquête.

    – Quelle coopération européenne? -Comment et par où Amimour, visé par un mandat d’arrêt, a-t-il pu revenir de Syrie dans l’espace Schengen sans être repéré? Pourquoi les Belges n’ont-ils pas transmis aux Français leurs renseignements sur les Abdeslam, repérés comme islamistes radicaux?

     Agence France-Presse

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete