La vague du bout de la route

    mardi 18 août 2015

    A Teahupoo, la compétition de surf bat son plein.  Sur terre comme sur mer, nous avons cherché les activités proposées au public. Rien à dire, le spectacle est bel et bien sur l’eau mais toujours pas sur écran géant.

    PK0. Votre serviteur a joué les touristes, le week-end dernier, alors que la Billabong Pro ouvrait officiellement, samedi matin, sous un ciel menaçant et une petite pluie incessante.
    Une fois arrivé au village “du bout de la route”, point de grande nouveauté côté attractions à terre, hormis le nouveau monument dédié au surf, à savoir la vague construite par Gregorio Pordea (lire La Dépêche de Tahiti du 18 juillet, “Les touristes conquis par la vague du PK0 à Teahupo’o”).
    Si l’esthétique de l’ouvrage peut se discuter, son succès est en revanche incontestable. Tout au long de la journée, les gens y font des selfies ou une photo dans le “tube”. Heureuse initiative.
    Hormis quelques stands de curios ou de t-shirt, les stands des partenaires de l’événement, quelques snacks en bord de route, point de salut.
    De l’autre côté de la rivière, idem. À part voir au loin les surfeurs batailler, il y a vraiment peu à faire. La WSL – la fédération internationale du surf, qui a la mainmise sur la compétition – a mis à disposition quelques grands téléviseurs installés dans des snacks, afin de pouvoir voir la compétition retransmise par une chaîne payante, diffusée sur TNS. Mais tout le monde n’est pas abonné.
    Et malheureusement, les dispositifs des chaines de télé du fenua ont dû réduire leur programmation sur la compétition, et doivent désormais diffuser les images tournées par la WSL. Ce qui provoque des grincements de dents, dans les rédactions respectives.

    Voir le choc des titans
    Dimanche, direction la marina. Située derrière la mairie, la marina de Teahupo’o accueille les médias, sert de décor pour la remise des prix mais c’est surtout de là que les taxis-boats emmènent les heureux chanceux pour voir le choc des titans dans cette vague réputée.
    Petit conseil, si vous souhaitez vous y rendre, venez tôt. Les tours sont souvent d’une heure (pour un prix de 2 à 3000 Fcfp par personne) mais la plupart du temps, les clients demandent de rester plus longtemps. Ce qui décale les horaires.
    Bref, premiers arrivés, premiers servis. Ce qu’ont d’ailleurs fait Bruno, Étienne, Victoria, Tiffany et leurs amis, venus voir et découvrir pour la plupart, cette compétition déjà légendaire.
    Haunui Faraire, la trentaine, les a toutes vues depuis 1997. Il est en effet un des taxi-boats accrédités (puisque prestataire touristique), disponible pour le public.
    “Je préfère amener les gens, le public plutôt que des professionnels”, précise t-il. Il vient d’ouvrir son activité – et son site internet intitulé Teahupoo adventure tour and surf. Durant de longues années, il a travaillé avec son père.
    Mais il reprend aujourd’hui cette activité. Samedi, à raison de
    12 à 14 personnes par tour, Haunui a effectué sept rotations. Il en a été de même dimanche. Bien placé, son bateau peut prendre place dans la partie située juste derrière les deux bateaux réservés aux médias, à condition de ne pas franchir les bouées qui délimitent désormais chaque espace, sur le plan d’eau.
    Car, attention, les water-patrols veillent au grain, et les consignes doivent être respectées à la lettre. Elles sont d’ailleurs régulièrement répétées, à longueur de temps, parfois cordialement, parfois moins.
    Malgré quelques vives explications avec l’organisation, Haunui juge que cette nouvelle réglementation sur l’eau est bien.
    “C’est une bonne chose qu’ils aient réglementé. Il y avait trop de bateaux avant. C’est chaud, parfois dangereux”, explique le capitaine, l’œil rivé sur les bateaux avoisinant, toujours à la manœuvre pour éviter de les toucher avec le sien.
    Surfeur par ailleurs, Haunui ne fait aucun pronostic pour cette année.
    “Cela va être difficile. Avec ces conditions, même un surfeur de plage pourrait l’emporter cette année”, conclut-il, lui qui suit le tour avec attention.
    Conquis par leur promenade sur le plan d’eau, ils en redemandaient encore et seraient bien restés plus longtemps mais il était temps de rejoindre la terre. Des images plein la tête.

    Christophe Cozette

    Lire plus dans La Dépêche de Tahiti ou au feuilletage numérique

    natas 2015-08-18 15:35:00
    Le nouveau monument dédié au surf c'est a dire la vague en béton est d'une mocheté incomparable.

    Sa ressemble a rien !!!!

    Faut le démolir et le remplacer par quelque chose qui ressemble vraiment a une vague.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete