La vahine poignarde son tane parce qu’il ne faisait pas le ménage

    mardi 20 janvier 2015

    On lui donnerait le bon Dieu sans confession. Un joli petit minois, quelques minauderies devant les juges, des excuses, un tricot blanc avec marqué “Love” dessus, et une déclaration d’amour à son compagnon qu’elle dit toujours aimer : “Il a du charme, non ?” Mais prudence. Il y a trois jours, vendredi dernier, à Mahina, c’est bien ce même petit bout de femme à l’allure fragile qui s’est emparé d’un couteau qu’elle a planté, folle furieuse, dans le dos de son mari. Jugée hier en comparution immédiate après avoir passé le week-end en garde à vue, cette jeune maman de 28 ans a senti le vent du boulet judiciaire mais a finalement échappé à la prison ferme, condamnée à 10 mois de prison avec sursis et obligation de prendre rendez-vous pour quelques séances chez le psy.
    “Votre casier est vierge et malgré la gravité des faits, le tribunal a décidé de vous faire confiance”, lui lance le président du tribunal pour étayer le jugement. “Mais nous pensons que vous avez bien besoin d’un suivi psychiatrique. Toute nouvelle violence entraînera votre placement en détention pour de nombreux mois.”

    “Toute nouvelle violence entraînera votre placement en détention”

    La voilà prévenue. Et son compagnon aussi. Présent à l’audience malgré sa blessure, il n’entend pas pardonner aussi facilement cette fois. Cette fois ? Oui. Car madame n’en est pas à son premier coup de sang contre lui. Si aucune plainte n’avait été déposée à l’époque, elle a reconnu l’avoir déjà tailladé à coup de ciseaux. “Couteau, ciseaux, lames de rasoir, il ressort de l’enquête que cette dame se déplace souvent avec des lames sur elle…”, lance le président à ses deux assesseurs. Vendredi dernier, madame a inversé les rôles dans le foyer de ce couple établi à Mahina. La vahine a expliqué avoir planté son homme… parce qu’il ne faisait pas assez le ménage. “J’aimerais qu’il soit un peu plus dynamique, un peu moins nonchalant, et plus attentionné”, confesse la jeune femme à la barre. La salle ne peut contenir quelques rires. Le tane, lui, s’il n’a pas souhaité se porter partie civile et demander des dommages et intérêts, n’a plus un regard pour la jeune femme. Il faut dire que s’il n’était pas rompu aux tâches ménagères, il a fait connaissance, vendredi dernier, avec ce qu’était une table à repasser. Mais pour s’en servir en guise de bouclier contre les coups de couteau.
    C’est l’enfant du couple, âgé de seulement 5 ans et qui a assisté à toute la scène, qui a donné l’alerte auprès du voisinage. “Je ne veux pas aller en prison, je ne veux pas aller en prison”, s’est bornée à répéter la jeune maman, qui a été entendue. “Quand j’ai vu les photos (des blessures infligées à son tane, NDLR), j’ai eu honte. La garde à vue, la détention, ça m’a fait réfléchir, je veux retrouver mon enfant, je ne vais plus recommencer. Et ça me fait mal au cœur de rester sans mari.” “Oui… Le problème, c’est que vous ne savez pas vous maîtriser quand vous êtes en colère”, lui fait remarquer le président du tribunal. “Votre mari, ça lui a plutôt fait mal au dos.”

    Compte rendu d’audience Raphaël Pierre

     

    lecteur 2015-01-21 14:16:00
    elle aurait du venir à son procès avec un tshirt "NO VIOLENCE" ... lol
    lebororo 2015-01-20 13:43:00
    Femme de ménage est une profession...
    Agresser le père de son enfant est ridicule ☻
    La vie devient de plus en plus difficile...
    Arnaud JORDAN 2015-01-20 13:31:00
    « Vendredi dernier, madame a inversé les rôles dans le foyer de ce couple établi à Mahina. La vahine a expliqué avoir planté son homme… parce qu’il ne faisait pas assez le ménage. »

    Inversé les rôles ? C'est quoi l'idée que tu te fais d'une vahiné, Raphaël Pierre, une femme de ménage ?
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete