Habillage fond de site

Une Lady au milieu des cochons

vendredi 5 janvier 2018

Lady Secanmal, 20 ans. (©DR)

Lady Secanmal, 20 ans. (©DR)


Elle se destinait à reprendre la plantation de fleurs de son père à Mahaena, mais a finalement opté pour la production animale. Lady, 20 ans, veut tout savoir sur l’élevage porcin afin d’aider les producteurs locaux. La jeune femme est partie cette année en France pour suivre une formation en BTS.

Au champ de fleurs de son papa, elle a préféré l’élevage des cochons. Voilà un préambule loin de garantir que la suite soit un conte de Noël… et pourtant ! Pour Lady Secanmal, c’est un rêve qui est en train de se réaliser.

Née en 1998, Lady est l’avant-dernière d’une fratrie de sept enfants. La famille Secanmal vit modestement au fond de la vallée Tefaaiti, à Mahaena. Il n’y a pas d’électricité dans leur premier fare. Et pour aller à l’école, il fallait traverser à pied la rivière Mahape. Ces conditions n’ont pas empêché les enfants d’être tous de bons élèves. En primaire, à l’école Faretai, Lady est souvent première.

Au collège de Hitiaa o te ra, elle est toujours dans le trio de tête. Lady travaille bien en classe, mais elle ne va pas suivre la voie générale en fin de 3e. Car elle va choisir d’aller au lycée de Opunohu, à Moorea. Lady veut reprendre le flambeau de son père, qui cultive des ananas et surtout des fleurs au fond de la vallée.

Adrien, originaire du Vanuatu, est d’ailleurs lui-même fils d’agriculteur. Son premier vœu d’orientation scolaire est donc tourné vers l’horticulture. Mais en 2013, Lady va finalement entrer en section « sciences et technologie de l’agronomie et du vivant ». Cette formation est trop théorique, aussi à la fin de l’année, la demoiselle demande à être transférée en « productions horticoles ». Et elle repart pour un bac pro en trois ans.

Découverte d’un élevage à Hitiaa

L’horticulture lui plait, mais… elle va découvrir un autre domaine. Lady passent ses stages, à Hitiaa, chez Éric Coppenrath, où l’on cultive davantage les fruits. Elle participe aux récoltes et surtout elle donne un coup de main à l’élevage de cochons.

Lady n’a rien d’un garçon manqué mais, pourtant, elle va se prendre de passion pour cet animal. Lors de visites organisées par son lycée de Moorea, la jeune femme se rend compte des problèmes que rencontrent des producteurs. Elle sait que si elle va plus loin dans les études, elle pourra peut-être apporter des solutions pour améliorer la filière. En juin, elle décroche son bac en horticulture. Mais Lady ne veut pas s’arrêter là, elle a maintenant une vision plus précise de la mission dans laquelle elle veut s’engager pour le fenua. Reste qu’il faut s’expatrier pour poursuivre ses études en BTSA « production animale ».

Le frère de son maître de stage de Hitiaa lui a parlé de Le Rheu, où il a fait ses études ; c’est en Bretagne. Peter Heduschka, un producteur de Mahaena, qui est également passé par ce lycée, va, lui aussi, donner des conseils. Lady est effectivement prise dans ce lycée, situé près de Rennes, où elle a fait sa rentrée en septembre dernier, avec le soutien d’une bourse d’État. Elle est la seule Tahitienne, mais pas la seule fille en productions animales, car la gent féminine est majoritaire dans sa classe. L’élevage porcin du lycée est d’ailleurs géré par une femme.

Aller plus loin

Si Lady appréhendait de devoir partir en France, l’envie d’apprendre ce métier était encore plus fort. Aujourd’hui, le fenua lui manque un peu mais, heureusement, elle vit chez son frère, qui habite près de Rennes.

Au cours de ces premiers mois de scolarité dans l’Hexagone, Lady a découvert tous les différents élevages (porcin, ovin et bovin) sur le site même du lycée, et a pu faire des sorties dans des exploitations professionnelles. Elle a même découvert l’élevage bio.

Pour elle, c’est moins compliqué que pour des élèves qui viennent de filières scientifiques, car elle connaît le terrain et l’odeur ne lui fait plus rien.

Pour ses deux premières semaines de stage, Lady a décidé de revenir à Tahiti. Elle vient, bien sûr, de les passer chez les Coppenrath, à Hitiaa. Elle remercie d’ailleurs Éric d’avoir partagé son métier et de lui avoir donné tant de conseils. Après ces vacances de Noël en famille, elle va repartir, mais espère revenir en juin pour huit semaines encore de stage en organisme. Lady ne veut pas s’arrêter là. Après ces deux ans de formation, elle souhaite aller à l’université passer une licence.

Elle laisse donc les fleurs à un de ses frères, qui va reprendre le faa’apu du père. Car le rêve de Lady est bien de revenir, pas pour devenir exploitante, mais plus comme technicienne, afin d’apporter ses connaissances au secteur porcin.

J.-L.M.

Lady cochon

La jeune femme avait découvert l’élevage porcin à Hitiaa lors d’un stage, et veut poursuivre  dans cette voie. (© Jean-Luc Massinon)

La jeune femme avait découvert l’élevage porcin à Hitiaa lors d’un stage, et veut poursuivre dans cette voie. (© Jean-Luc Massinon)

Avant son départ, en septembre dernier, une photo avec son papa Adrien et sa maman Clothilde. (©DR)

Avant son départ, en septembre dernier, une photo avec son papa Adrien et sa maman Clothilde. (©DR)

Désiré Teivao
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete