Habillage fond de site

L’affaire Haddad/Flosse à nouveau renvoyée

mercredi 10 juillet 2019

Archives Flosse Haddad

De renvoi en renvoi. Depuis novembre 2018, l’affaire dite Haddad/Flosse ne cesse d’être reportée. Hier matin, la chambre de l’instruction devait examiner trois dossiers liés à cette affaire. Le premier à la demande de René Hoffer, souhaitant se constituer partie civile en tant que président (sic) de la Polynésie française !

Dans le deuxième, le juge de l’instruction a fait une demande de retrait de certaines pièces du dossier. Ces deux premiers volets ont été renvoyés au 24 septembre.

Enfin, le troisième dossier portait sur la demande du procureur de la République réclamant la clôture de l’instruction de l’affaire Haddad/Flosse.

Là aussi, nouveau renvoi de la chambre de l’instruction à une date ultérieure, qui n’a pas encore été fixée. Les trois dossiers ont été renvoyés à la demande des avocats, suite à plusieurs indisponibilités des différents conseils.

 

Procédures judiciaires à rallonge

 

Depuis 2014, cette affaire de corruption politico-financière est empêtrée dans des procédures judiciaires à rallonge. En novembre 2018, Me Vincent Dubois, avocat de Pascale Haiti, Noa Tetuanui et Jean-François Kowalski, s’était pourvu en cassation, contestant l’arrêt de la cour d’appel du 20 novembre 2018.

Depuis, la Cour de cassation a rejeté les pourvois formulés par le conseil, et a renvoyé l’affaire devant la chambre de l’instruction.

Pour rappel, dans cette affaire, Gaston Flosse est soupçonné d’avoir touché 190 millions de francs en liquide dans des enveloppes, entre 1993 et 2006, en échange d’attribution de marchés publics de l’OPT à l’homme d’affaires Hubert Haddad.

L’instruction avait débouché sur un procès en première instance, en janvier 2013. Le tribunal correctionnel avait alors condamné le Vieux lion à cinq ans d’inéligibilité et 10 millions de francs d’amende. Il avait été condamné pour corruption et trafic d’influence.

Ce jugement avait été annulé en juin 2014 par la prononciation de la nullité de l’ordonnance de renvoi du tribunal correctionnel.

En mars 2018, le procureur de la République avait saisi la chambre de l’instruction pour demander une nouvelle ordonnance de renvoi. Depuis la chambre de l’instruction a renvoyé quatre fois le dossier.

 

Jenny Hunter

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete