L’Agence européenne de sécurité aérienne opte pour deux personnes dans le cockpit

    vendredi 27 mars 2015

    L’Agence européenne de sécurité aérienne a recommandé vendredi la présence permanente de deux personnes dans le cockpit des avions de ligne, une mesure que plusieurs compagnies avaient décidé d’appliquer dès que les premiers éléments sur le crash de l’Airbus A320 de Germanwings avaient été connus.
    Dans une recommandation qualifiée de « temporaire », l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a préconisé vendredi la présence de deux membres d’équipage en permanence dans le cockpit, dont « au moins un pilote qualifié ».
    Elle a effectué « cette recommandation sur la base des informations actuellement disponibles à la suite du dramatique accident du vol 4U9525 de la Germanwings et dans l’attente des résultats de l’enquête technique menée par le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français », a-t-elle précisé dans un communiqué diffusé sur son site.
    « Cette recommandation pourra être revue à la lumière de toute information nouvelle concernant cet accident », a ajouté l’agence basée à Cologne, en Allemagne.
    L’objectif est d’éviter qu’un pilote puisse se retrouver seul dans la cabine de pilotage, et donc en capacité de détruire son appareil dans un mouvement suicidaire, scénario jugé le plus probable dans le crash de l’A320 qui a fait 150 morts mardi dans le sud de la France. 
    Obligatoire pour les compagnies américaines avant même cette catastrophe, cette disposition était déjà en vigueur au sein du transporteur finlandais Finnair, irlandais Ryanair et espagnol Iberia.
    « Alors que nous sommes encore dans le deuil des victimes, tous nos efforts se concentrent sur l’amélioration de la sécurité des passagers et des membres d’équipage », a déclaré Patrick Ky, le patron de l’EASA.
    Avant la publication de la recommandation de l’EASA, plusieurs compagnies aériennes européennes avaient décidé d’appliquer cette mesure après la diffusion des premières indications sur les causes du crash de l’avion de la Germanwings dans les Alpes françaises.
    Le Canada a également annoncé dès jeudi vouloir rendre cette mesure obligatoire, quelques heures après qu’Air Transat et Air Canada eurent décidé d’agir volontairement en ce sens.
    Le Portugal a franchi le pas vendredi et en France, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes françaises « de mettre en œuvre ces recommandations sans délai, et de lui en rendre compte ».
    Un peu plus tôt vendredi, les compagnies aériennes allemandes ont décidé d’adopter cette règle.
    Voici la liste des compagnies qui appliquent désormais la mesure, certaines depuis jeudi: 
    – Toutes les compagnies allemandes: Lufthansa, AirBerlin, Condor, TuiFly et DHL/European Air Transport Leipzig
    – Les compagnies autrichiennes Austrian Airlines (filiale du groupe allemand Lufthansa) et Flyniki (filiale d’Air Berlin)
    – Les compagnies portugaises: Portugalia (filiale de TAP), SATA Air Açores, SATA International, EuroAtlantic Airways, White Airways et Hi Fly
    – La britannique EasyJet et Thomson Airways (TUI)
    – Les compagnies canadiennes: Air Canada, Air Transat et WestJet
    – La française Corsair International (TUI France) depuis 2011
    – La compagnie lettone AirBaltic
    – Les compagnies nordiques: Norwegian Air Shuttle, SAS et Icelandair
    – La compagnie suisse Swiss (filiale de Lufthansa)
    Par ailleurs, les compagnies françaises Air France, Transavia et Hop! et néerlandaise KLM ont indiqué qu’elles allaient mettre en oeuvre « dans les meilleurs délais » la recommandation de l’AESA.
    Jusque-là, l’Agence européenne de sécurité aérienne n’imposait pas cette mesure, mais préconisait que les pilotes demeurent dans le cockpit tout au long du vol sauf en cas de besoin physiologique.
    Sur les vols long-courriers, le commandant de bord est assisté par deux copilotes, et deux au moins de ces trois personnes se trouvent en permanence dans le cockpit.
    Par ailleurs, la Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam) a estimé « que les autorités compétentes doivent explorer, avec les professionnels du secteur, toutes les voies d’amélioration du processus de gestion des dossiers médicaux des personnels ou des situations à risque qui de près ou de loin peuvent engager la sécurité aérienne ».
    L’enregistrement phonique dans le cockpit de l’A320 de Germanwings, qui s’est écrasé provoquant la mort des 150 passagers et membres d’équipage, a montré que le copilote, Andreas Lubitz, avait verrouillé la porte du cockpit après la sortie momentanée du commandant de bord, avant de précipiter l’avion vers le sol.
    L’enquête en Allemagne a révélé qu’Andreas Lubitz avait caché qu’il faisait l’objet d’un arrêt maladie le jour de l’accident, alors que, selon des informations de presse, il avait souffert d’une grave dépression en 2009.

    AFP

    Cabou cadin 2015-03-27 23:09:00
    ca bine cabcaboudin
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete