L’agresseur de la joggeuse du Tahara’a placé en détention provisoire

    mercredi 23 décembre 2015

    Ce matin, l’agresseur présumé de la jeune joggeuse au col du Tahara’a a été placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention dans l’attente de sa comparution immédiate devant le tribunal correctionnel qui se tiendra demain. Le prévenu, un homme âgé de 26 ans sortait à peine de Nuutania, où il purgeait une peine de six ans pour viol. En effet il avait été condamné en 2012 par la cour d’assises pour des faits de viol commis en 2010 sur une mineure de 17 ans après une soirée alcoolisée. À l’époque, les experts psychiatres avaient jugé le risque de récidive relativement faible. L’homme n’était sorti que depuis environ quatre jours quand il a agressé sexuellement la jeune fille de 16 ans alors qu’elle faisait un footing en bas du col du Tahara’a.
    Les experts qui se sont entretenus avec lui dans le cadre de ce dossier, jugent l’homme dangereux et estiment son risque de récidive extrêmement élevé. L’homme est d’ailleurs suspect dans une autre affaire d’agression sexuelle sur une de ses nièces, l’instruction est toujours en cours.
    La jeune joggeuse agressée en bas du col du Tahara’a était sortie faire un jogging le 16 octobre vers 18 h 30. Elle courrait dans le quartier Baccino à Mahina où elle vit. Le prévenu qui circulait à vélo avait attaqué sa victime pour la mettre à terre avant de lui mettre la main sur la culotte. Il l’aurait plaquée au sol en lui faisant une clé d’étranglement. La jeune fille s’est débattue et finit par le faire fuir. L’adolescente a eu le réflexe d’appeler sa mère qui a aussitôt accouru. Ce faisant, elle percute de plein fouet l’agresseur qui se blesse à la tête en laissant des traces de sang sur le véhicule. Dans la panique, l’homme réussi à s’enfuir à pied. Les caméras de surveillance l’ont filmé en train de prendre la fuite et les traces de sang ont permis de l’identifier grâce aux tests ADN.
    Vu la gravité des faits et la lourdeur des peines encourues, il encourre jusqu’à 10 ans de prison. Cependant, le prévenu devrait demander un délai pour préparer sa défense. Il incombera au tribunal correctionnel de décider s’il sera maintenu en détention provisoire ou non.

    Marie-Caroline Carrère

    Hirinake 2015-12-25 11:16:00
    Mais c'est pas possible il ne fallait surtout pas le mettre en prison ce monsieur, il fallait le laisser en liberte le pauvre, lui laisser au moins encore le temps d'en violer encore quelques jeunes filles !!! Pas sympa cette justice alors !!!
    Mais ce qui est rassurant c'est que dans quelques mois ou quelques jours un psy et un juge va le remettre dehors, net iloirrz recommencer ...
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete