Habillage fond de site

L’aide à l’équipement des petites entreprises fait des heureux

mercredi 4 octobre 2017

DGAE

À la direction générale des affaires économiques, huit agents sont chargés de l’instruction des dossiers de demandes d’aide
à l’équipement des petites entreprises. (© Vaiana Hargous)


Depuis le début de l’année, 370 millions de francs ont été attribués à 283 entreprises au titre de l’aide à l’équipement des petites entreprises. Une aide mise en place par le Pays avec deux objectifs affichés : relancer l’investissement des petites entreprises et relancer l’activité des entreprises du second œuvre du bâtiment. Pour la direction générale des affaires économiques, qui gère le dispositif, les objectifs sont atteints. Pour les entreprises qui en ont bénéficié, les avis sont unanimes : “c’est vraiment un plus”.

Une bonne aide rend la charge légère. Et les entreprises qui ont bénéficié de l’aide à l’équipement des petites entreprises (AEPE) ne vous diront pas le contraire.

Comme Anaïs Bergeretti, qui a lancé sa pâtisserie vegan Gourmandises végétales, il y a un an, et a déposé sa demande d’AEPE en août pour l’acquisition de 200 000 F de petit matériel (plaques, cercles, tapis de cuisson, saladiers, bols, balance électronique…), en vue de développer sa capacité de production. Mi-septembre, le Pays lui accordait 100 000 F.

“C’est une aide assez facile d’accès, et surtout, c’est une vraie aide pour les petites entreprises, explique-t-elle. C’est-à-dire qu’on offre la moitié des investissements. Ce n’est pas comme un prêt que tu dois t’engager à rembourser, donc c’est assez remarquable.”

Un autre entrepreneur, spécialisé quant à lui dans les travaux de terrassement, est du même avis. Il a bénéficié en avril d’une AEPE de 2,5 millions, venue compléter un emprunt contracté auprès d’une banque pour la rénovation d’une drague et l’achat d’un camion neuf.

“C’est une aide très bénéfique, lance-t-il d’emblée. C’est un bon moyen de booster les petites entreprises. Le gouvernement a fait du bon boulot de ce côté parce qu’avec ce genre de dispositif, on respire mieux. J’espère que ce sera renouvelé, et si c’est le cas, il faudrait mieux informer les entreprises parce que ce n’est pas tout le monde qui est au courant.

J’ai des copains entrepreneurs qui ont peur de faire une demande parce qu’ils croient qu’ils devront rembourser, alors qu’il faut simplement justifier que tu as bien fait les achats pour lesquels tu as demandé l’aide.

Donc cette aide est vraiment un plus, mais si on pouvait augmenter le plafond à 5 millions au lieu de 3, ça serait encore mieux !”, conclut-il, sans perdre le nord.

La poignée d’autres entrepreneurs que nous avons joints, sur les près de 300 qui ont bénéficié de cette aide, avait tous la même réponse : “C’est positif”.

 

Des objectifs atteints

 

Le Pays a instauré deux dispositifs d’aides dans le cadre de son plan de relance de l’économie. Le premier porte sur cette fameuse aide à l’équipement des petites entreprises (AEPE), afin de les accompagner dans leur projet de création ou de développement d’activité.

Le second instaure une aide pour la revitalisation des commerces de proximité et des restaurants (ACPR) afin de les accompagner dans leur projet d’amélioration de l’attractivité de leurs points de vente ou de restauration (lire ci-dessous).

Depuis l’entrée en vigueur de l’AEPE, en fin d’année dernière, la direction générale des affaires économiques (DGAE), en charge du dispositif, a reçu 390 dossiers, pour un investissement prévisionnel de 1 470 805 191 F et la création de 292 emplois salariés, tels qu’annoncé par les demandeurs.

Sur ces 390 demandes, 283 avis favorables ont été rendus pour un montant accordé de 370 millions de francs.

“Le dispositif a très bien fonctionné, au-delà même des espérances du gouvernement, explique William Vanizette, le directeur des affaires économiques. L’objectif était de relancer l’investissement de nos petites entreprises, parce que notre tissu économique est constitué à 90 % de très petites entreprises.

Donc l’objectif est atteint, puisqu’on est à 1,470 milliard d’investissement prévisionnel sur les 390 dossiers reçus. Il y a un effet de modernisation de nos entreprises et des investissements de développement.

Le deuxième objectif était de relancer l’activité des entreprises du second œuvre du bâtiment, en faisant travailler les artisans.

Là aussi, l’objectif est atteint, on peut le voir dans la ville avec les aménagements qui ont lieu dans les espaces de restauration et les boutiques…

Mais ce qui est intéressant, c’est l’effet de levier de l’AEPE. On est sur un ratio de 1 F d’aide publique accordée, qui a déclenché 4 F d’investissement de la part des entreprises.

L’effet de levier sur l’emploi est aussi important, puisque 392 créations d’emploi sont attendues pour l’instant, mais on va sûrement arriver à 500 emplois salariés prévisionnels créés au terme de la gestion du dispositif, jusqu’à fin novembre.”

Une évaluation plus précise du dispositif sera faite en fin d’année et un grand travail de contrôle sera effectué par la DGAE afin de s’assurer de la bonne utilisation des deniers publics par les entrepreneurs, et surtout de la création effective des emplois annoncés. Le cas échéant, tout ou partie de la somme allouée devra être remboursée au Pays.

Une dernière commission d’attribution de l’AEPE devrait avoir lieu dans les prochaines semaines pour l’exercice 2017, mais que les entreprises qui n’ont pas encore déposé leur dossier se rassurent : “Le gouvernement a décidé de reconduire les deux dispositifs pour 2018. Les dossiers qui ne vont pas faire l’objet d’un engagement financier cette année seront traités pour le début de l’année prochaine”, informe le directeur des affaires économiques.

V.H.

 

Aide à l'équipement

aide pour la revitalisation des commerces

www.dgae.gov.pf

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete