Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

L’amateur d’ice avait été appréhendé avec un revolver et plus de 7 millions de francs en liquide

mercredi 16 août 2017

ice drogue arme

Arrêté en possession d’une arme, d’argent liquide et de matériel de conditionnement de drogue alors qu’il était en liberté conditionnelle, John N. a soutenu qu’il n’avait aucune intention
de se livrer à des activités illicites. (© Photo : Caroline Perdrix)


Le 17 juillet, John N., 31 ans, circule à Papeete sur son scooter lorsqu’il est stoppé par un banal contrôle routier. Intrigués par sa nervosité, les policiers découvrent dans son sac à dos un revolver Colt 41 chargé et 36 cartouches, quatre téléphones portables, une balance de précision, des petits sachets en plastique vides et neuf paquets d’argent liquide, soigneusement répartis en sachets plastique : 6 665 000 F et 5 500 dollars américains.

Le contrôle d’alcoolémie est négatif, mais le test salivaire revient positif aux amphétamines. Il est placé en détention. Il était au tribunal correctionnel lundi, en comparution immédiate, pour répondre de détention et usage de stupéfiants et détention d’arme, en récidive légale. Il risquait jusqu’à 14 ans de prison.

Car John N. n’est pas inconnu de la justice. Sa dernière condamnation date de juin 2016, quand il a été condamné dans une affaire de stupéfiants à un an de prison dont six mois avec sursis, mise à l’épreuve de deux ans et obligation de soins. Libéré sous le régime de la liberté conditionnelle en décembre dernier, il vit chez son père à Moorea, travaille au Legends Resort jusqu’au 25 mars, quand un ex-ami l’agresse violemment, lui occasionnant 15 jours d’incapacité totale de travail. John N. dit qu’il se terre chez lui, ou chez sa grand-mère à Faa’a.

Il faudra de nombreuses auditions pour parvenir à une explication à peu près plausible, face à la police qui le soupçonne de préparer un gros achat de drogue. John N. a d’abord prétendu que le sac n’était pas à lui et qu’il ignorait son contenu, avant de reconnaître en être le propriétaire.

 

Un Colt “pour une éventuelle légitime défense”

 

L’arme lui aurait été fournie par un certain E. qui nie toute implication – et à qui John N. refusera d’être confronté parce qu’il en a peur. Depuis son agression en mars, il est “parano”, dit-il. Il pense qu’on en veut à l’indemnité de 3,7 millions de francs qu’il a touchée en tant que victime d’une agression antérieure, et au reste de son magot, fruit de ses anciens trafics. Il se procure une arme, “pour une éventuelle légitime défense”.

Le jour de son arrestation, il déclare avoir simplement voulu mettre l’argent, jusque-là caché chez sa grand-mère, à l’abri à Moorea. Le matériel du parfait petit dealer dans son sac ? C’est pour sa consommation personnelle, dit-il, parce qu’on ne peut pas faire confiance aux revendeurs. Et les billets de banque conditionnés en petits sachets ? “Je les ai rangés, c’est anodin”, a-t-il répondu au procureur.

Ce dernier a requis contre John N. quatre ans de prison ferme et la confiscation de l’ensemble des scellés. Son avocate a dépeint un addict fragile, qui n’arrive pas à couper les liens avec ses anciennes fréquentations.
Après 15 minutes de délibéra-tion, le tribunal a condamné John N. à deux ans de prison ferme. Il a également suivi l’avocate qui demandait la restitu-tion des sommes dont le parquet n’a pas pu prouver l’origine illicite, soit 2,8 millions de francs et les 5 500 dollars. John N. n’a pas l’intention de faire appel. 

 

C.P.

58
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete