Habillage fond de site

Laurent et Meherio Para sont sains et saufs

mardi 15 novembre 2016

laurent para

J’ai tape’a te pa’ari (tenu le coup), je ne voulais rien lâcher”. (© Charles Taataroa)

 

 

Laurent et Meherio ont été retrouvés hier après-midi, au large de Papara, par un pêcheur de Paea. Ils dérivaient depuis samedi dernier après avoir épuisé leur réserve de gasoil suite à une erreur de cap. Leur famille, et surtout leur père, continuait à croire qu’ils étaient encore en vie et a appris la nouvelle avec un grand soulagement.

 

 

Les deux naufragés de Mataiea, Laurent et sa sœur Meherio Para, ont été retrouvés sains et saufs, hier après-midi, par un pêcheur de Paea. Ils étaient au large de Papara, à hauteur d’un dispositif de concentration de poissons, dérivant sur leur poti marara de 8 mètres. Ils ont été embarqués par le pêcheur sur son embarcation, un poti marara également, et ont été conduits au PK 33,5 à Papara, à hauteur d’une marina privée de la famille Tehei.

Leur père a été le premier prévenu de la découverte. Au début, il n’y croyait pas, mais lorsqu’il a eu son fils Laurent au bout du fil, il a fondu en larmes. “Je me suis dit merci Seigneur, merci de les avoir ramenés à la maison.”

 

Des miraculés

 

Très rapidement, la nouvelle a fait le tour du fenua, si bien que les habitants des communes avoisinantes n’ont pas hésité à se rendre sur les lieux pour voir de près les miraculés. Ces derniers n’avaient qu’une hâte : serrer dans leurs bras leurs proches, à qui ils ont pensé pour tenir.

Laurent Para a déclaré s’être complètement trompé de cap. Le défaut viendrait selon lui de la boussole qui a indiqué la direction contraire de celle qu’il souhaitait prendre. “J’ai tape’a te pa’ari, dit-il en tahitien (“j’ai tenu le coup”), je ne voulais rien lâcher.” Il a même vu le Gardian voler au-dessus d’eux “mais il ne nous voyait pas”.

Laurent et sa sœur Meherio sont partis de Huahine mardi dernier au matin et n’ont vu aucune terre jusqu’à samedi dernier au matin, soit après quatre jours perdus en mer. “Samedi matin, on a vu Tahiti et un petit bout de la Presqu’île. Mais il ne nous restait plus que 40 litres de gasoil”, reprend Laurent.

Ils ont alors essayé de s’approcher mais sont finalement tombés en panne sèche. Guidé par son instinct de survie et ses connaissances de pêcheur, Laurent a déchiré une bâche qui se trouvait dans leur embarcation pour faire une voile en l’attachant à l’avant du bateau. Ils se sont alors laissés dériver avant d’être finalement repérés hier après-midi, au large de Papara.

Laurent et Meherio ont survécu en mangeant du poisson séché et en buvant de l’eau de pluie qu’ils ont recueillie, leur réserve étant presque à sec. Les deux miraculés ont été examinés hier par un médecin pour faire un bilan de santé.
Dans la soirée, une messe œcuménique a été organisée dans la salle Nuutafaratea de Mataiea, selon la volonté de la famille, qui a souhaité remercier tous ceux et celles qui leur ont apporté soutien et réconfort lors de ces dures journées d’attente. 

C.T.

 

Robert Para, père de Laurent et Meherio : “C’est un grand soulagement pour la famille”

robert-para

 

“Je suis très content. Ils sont finalement arrivés, comme je l’ai toujours cru. J’ai gardé espoir jusqu’au bout. Je comptais beaucoup sur mon fils. Je savais qu’il pouvait s’en sortir. Maintenant, le miracle s’est produit. Je tiens encore à remercier tous ceux et celles qui ont apporté leur soutien et leur réconfort. Je remercie aussi l’armée et l’État pour les recherches entreprises et les moyens mis en place. Je ne remercierai jamais assez le Seigneur pour ce qui vient de produire, merci de les avoir ramenés à la maison. C’est un grand soulagement pour la famille, un grand ouf. Lorsque j’ai reçu le coup de fil cet après-midi (hier, NDLR), j’avais du mal à y croire. Il a fallu que mon fils me parle pour que la tension tombe. Lorsque je les ai vus, j’ai remercié le Seigneur.”

 

 

Renda et Laurlyne, sœurs de Laurent et Meherio : “Merci du fond du cœur”

capture-decran-2016-11-15-a-08-08-45

 

“Merci à tous nos collègues. Merci à tous pour vos soutiens positifs et toutes les prières qui ont été dites. Franchement, merci du fond du cœur. Merci de les avoir ramenés sains et saufs. Cela n’a pas été une épreuve facile. Cela n’arrive pas qu’aux autres. Aujourd’hui, c’est nous et là, ils sont arrivés, waouh !!! C’est magique. Merci Seigneur, merci encore tout le monde.”

 

Laurent Para, pêcheur miraculé : “J’ai tape’a te pa’ari (tenu le coup), je ne voulais rien lâcher”

capture-decran-2016-11-15-a-08-10-20

 

Que s’est-il passé ?
D’abord, on est très contents d’être enfin arrivés à terre. Sinon, on a eu un défaut de compas, la boussole m’indiquait un faux cap. Sinon j’ai tape’a te pa’ari (tenu le coup), je ne voulais rien lâcher.

Vous n’avez pas eu de problème d’eau ou de nourriture ?
Si. Mais comme il pleuvait, on a récupéré l’eau de pluie. Pour la nourriture, j’ai dû faire sécher du poisson que nous avions à bord.

Et en ce qui concerne les recherches ?
On a vu l’avion samedi dernier. Mais il ne nous voyait pas. Il faisait un sale temps.

Qui vous a retrouvé ?
C’est Barbu, un pêcheur de Paea. On était à 15 nautiques de Papara, au niveau du dispositif de concentration de poissons.

Vous étiez en panne de moteur ?
Non, mais on a épuisé notre réserve samedi dernier. Ensuite, j’ai dû attacher une bâche à l’avant du bateau. C’est le vent qui nous a ramenés. Merci Seigneur.

 

1714
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete