Habillage fond de site

L’autoconsommation, bouée de sauvetage des ménages modestes

mercredi 8 novembre 2017

Autoconsommation selon  les archipels : en quinze ans, l’autoconsommation a très légèrement baissé dans tous les archipels, sauf aux îles Sous-le-Vent. Sans surprise, les archipels les plus éloignés et les plus ruraux sont ceux où l’autoconsommation  est la plus importante.

Autoconsommation selon les archipels : en quinze ans, l’autoconsommation a très légèrement baissé dans tous les archipels, sauf aux îles Sous-le-Vent. Sans surprise, les archipels les plus éloignés et les plus ruraux sont ceux où l’autoconsommation est la plus importante.


Le directeur de l’Institut de la statistique a présenté, hier, la deuxième partie de l’enquête sur le budget des familles. Il en ressort que l’autoconsommation permet aux ménages les plus pauvres de subvenir à leurs besoins. Et que cette autoconsommation est stable dans le temps et plus importante dans les archipels éloignés de Tahiti.

Hier au conseil économique, social et culturel, le directeur de l’Institut de la statistique (ISPF), Fabien Breuilh, a présenté les chiffres de l’autoconsommation issus de l’enquête sur le budget des familles.

On se souvient que lors de la 4e Conférence économique, le mois dernier, le chiffre de 55 % de personnes en Polynésie vivant avec moins de 100 000 F par mois avait fait sensation, car ce montant représente ce qui est considéré comme le seuil de pauvreté dans l’Hexagone.

Comment les plus démunis arrivent-ils alors à survivre au fenua ? Grâce à l’autoconsommation, principalement alimentaire. Cette consommation non monétaire est estimée à 18 milliards de francs par an, 22,5 milliards si l’on y ajoute d’autres biens et services tels que l’habillement. Ce n’est que 8 % de la consommation globale, mais une véritable bouée de sauvetage pour les plus modestes.

Pour les familles les plus pauvres, l’autoconsommation représente un supplément de 39 % par rapport aux ressources monétaires.

 

24 % de la consommation alimentaire autoproduite

 

Pour un ménage polynésien, l’autoconsommation alimentaire moyenne représente l’équivalent de 23 500 F par mois, soit 24 % de sa consommation totale.

Mais cette moyenne cache de grandes disparités : alors qu’elle n’est que de 2 % pour les plus aisés, la part de l’autoconsommation grimpe jusqu’à 40 % pour les plus pauvres et même 50% pour les ménages dont le chef de famille est agriculteur ou pêcheur. Leur consommation totale de poissons et de fruits est alors pratiquement satisfaite par des produits autofournis ou reçus en cadeau.

Aux Marquises et aux Australes, l’autoconsommation alimentaire est même supérieure à la dépense monétaire.

L’autoconsommation alimentaire est donc une nécessité économique pour les familles aux plus bas revenus, “une sorte d’amortisseur social”, comme l’a expliqué Fabien Breuilh, mais qui dépend de l’accès à la mer et à la terre. Ainsi, dans la zone urbaine de Tahiti, l’autoconsommation tombe à 4 %.

Si ces chiffres de l’autoconsommation n’ont pas énormément varié depuis 2000 (8 % en 2015 contre 11 % en 2000), ils montrent aussi que les inégalités de niveau de vie ne se résorbent pas. Les ménages les plus aisés dépensent neuf fois plus que les plus pauvres.

Là encore, ce chiffre cache des disparités très fortes selon les secteurs. Fabien Breuilh a attiré l’attention des membres du CESC sur les loisirs (sport compris) et la culture, dans lesquels les plus riches dépensent 19 fois plus que les plus pauvres. “C’est à ne pas négliger, car la culture est un facteur d’intégration des jeunes et de perméabilité sociale.”

L’inégalité est également criante en matière encore d’enseignement et d’éducation avec un ratio de 1 à 6 : par exemple, là où un ménage aisé consacrera 6 000 F à l’éducation d’un enfant, un ménage pauvre n’y consacrera que 1 000 F.

Pour Fabien Breuilh, ces clivages sont donc d’autant plus importants pour la réforme des politiques publiques qu’ils se perpétuent dans le temps et influent sur l’avenir de la jeunesse.

 

C.P.

 

La consommation alimentaire par ménage, et la part d’autoconsommation, par type de produits.

La consommation alimentaire par ménage, et la part d’autoconsommation, par type de produits.

41
0
2

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete