Habillage fond de site

L’avenir de Makatea en suspens jusqu’aux territoriales ?

mercredi 17 janvier 2018

makatea

Makatea possède des falaises abruptes et est criblée de grottes. (© archives LDT)


L’an passé, Colin Randall avait lancé un ultimatum au gouvernement, lui demandant de se positionner sur le projet qu’il porte, sinon il mettrait fin à celui-ci. Aujourd’hui, il n’a pas de réponse, mais il n’a pas enterré son initiative. Les associations opposées à son projet restent vigilantes et continuent à développer, leurs projets pour développer l’économie de l’île.

Colin Randall, l’investisseur australien qui, depuis huit ans, fait des pieds et des mains pour obtenir l’autorisation d’exploiter le phosphate sur une partie de Makatea avait lancé, en juillet dernier, un ultimatum au gouvernement local, lui demandant de se positionner sur le projet, ou sinon il mettrait fin à celui-ci.

On est en janvier 2018 et toujours pas d’annonce officielle du gouvernement sur son positionnement. Pas non plus d’enquête publique à l’horizon, alors qu’elle avait été annoncée par le président Édouard Fritch, le 22 juillet dernier, lors de son déplacement sur l’île de Makatea à la rencontre du conseil municipal de Rangiroa, des habitants de l’île et de Colin Randall.

 

“Un effet d’annonce”

 

“J’espère pouvoir la lancer d’ici un mois. Il est temps que l’on couche sur le papier les éléments ‘pour’ et les éléments ‘contre’ ce projet, de façon à prendre la bonne décision”, avait-il dit aux médias sur place, à cette époque.

Cinq mois plus tard, rien. Et selon des sources proches du dossier, il est peu probable que cette enquête publique soit lancée avant les élections territoriales.

Pourtant, Colin Randall semble ne pas avoir changé son fusil d’épaule concernant Makatea, et continuer de vouloir développer son projet qu’il nomme  “réhabilitation de Makatea”.

“Son ultimatum était un effet d’annonce”, critiquent les associations opposées à une nouvelle extraction sur cette petite île des Tuamotu.

Parti de Polynésie il y a une dizaine de jours, Colin Randall devrait être de retour au fenua fin février, assure Julien Mai, le maire délégué de Makatea, qui croit dur comme fer au projet de l’Australien et à son lancement d’ici la fin de l’année 2018.

Suite à la demande de concession minière par la société de Colin Randall “Avenir Makatea”, le gouvernement polynésien avait annoncé que celle-ci ne lui serait accordée que sous certaines conditions : qu’un examen de la faisabilité économique et des mesures de protection de l’environnement soit réalisé, chose faite ; que le projet remporte l’adhésion de la majorité des ayants droit de Makatea, puisque la zone d’exploitation est située quasi-exclusivement sur des terres privées – une enquête publique est donc nécessaire – et enfin que la refonte du code minier soit effective.

Un travail actuellement en cours au ministère des Ressources minières auquel participe activement le ministère de l’Environnement.

Le nouveau code minier devra intégrer des notions relatives à la préservation de l’environnement et au code du travail. Selon des sources proches du dossier, il ne devrait pas être prêt avant début mai.

Si Colin Randall veut rester en course, il va donc falloir qu’à nouveau, il s’arme de patience…En tout cas, sûrement jusqu’à ce que les élections territoriales soient passées.

Élénore Pelletier

 

makatea association makatea

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon-vous, qui sera élue Miss Tahiti 2018 ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete