Le CNED pour apprendre à distance

    vendredi 14 août 2015

    L’antenne locale du CNED, située à Pirae, fait sa 25e rentrée. Comme à chaque rentrée, plusieurs centaines de personnes résidant au fenua choisiront la formation à distance. Le CNED met à disposition différents supports pédagogiques et des calendriers de travail à l’intention des personnes qui souhaitent se former ou poursuivre leur scolarité ou encore préparer un diplôme.

    Le Centre national d’enseignement à distance (CNED) est un établissement public qui dépend du ministère de l’Éducation nationale. Il offre un large choix de plus de 300 formations et 3 000 modules différents.
    L’antenne locale du CNED,
    qui procède, cette année, à sa 25e rentrée, est située dans les locaux du CIO dans le rond-point du Taaone, près de la Direction des transports terrestre (lieu d’examen du permis de con­duire). Le CNED sera encore cette année, comme les années précédentes, la solution retenue par plusieurs centaines de personnes résidantes du fenua qui souhaitent se former, poursuivre leur scolarité à distance, préparer des concours et des diplômes ou compléter leurs connaissances.
    Afin de donner toutes les chances de réussites, le CNED met à la disposition des personnes inscrites des documents, des supports audio et vidéo, ainsi que des conseils méthodologiques, sans oublier les calendriers de travail. Les corrections sont, quant à elles, individualisées et des compléments d’information sont possibles toute l’année par l’intermédiaire de tous les moyens de communications actuels.
    Choisir le CNED, c’est contourner les contraintes, surtout géographiques, mais aussi la possibilité de suivre des formations inexistantes au fenua. Les inscriptions au CNED concernent les formations qualifiantes, diplômantes, pré et post-baccalauréat ainsi que les préparations aux concours. Le CNED est ouvert tous les jours sauf le vendredi après-midi.
    P.M.

    Contact

    Tél. 40.82.95.26
    Internet : www.cned.fr (remplir le formulaire en faisant précéder le numéro de 00)
    L’antenne du CNED se trouve dans les locaux du CIO dans le rond-point du Taaone, près de la Direction des transports terrestre (lieu d’examen du permis de conduire).

    Moea Lechat, études de licence 3 d’arts plastiques à distance avec le CNED, en partenariat avec l’Université de la Sorbonne (Paris 1) en 2012-2013 : “Je n’ai trouvé que des avantages à faire mes études à distance”

    Qu’est-ce qui vous a poussée à reprendre les études ?
    Après avoir enregistré un album de musique avec mes premières compositions et eu un fils en 2011, j’ai décidé de reprendre mes études. En fait, j’avais déjà effectué des remplacements pendant trois ans en tant que professeur d’arts plastiques et d’arts appliqués, et, comme je n’avais plus le niveau exigé (j’avais un BTS et il fallait une Licence), j’ai voulu reprendre mes études pour pouvoir passer le Capes et être, enfin, professeur titulaire d’arts plastiques. Mais après avoir eu ma Licence, le niveau exigé pour passer le Capes était passé de licence à Master, j’ai donc dû continuer mes études.

    Pourquoi votre choix s’est-il porté sur les cours du CNED ?
    J’ai choisi de reprendre mes études en licence 3, via le CNED, car je savais qu’on allait me proposer des cours de qualité (l’université en partenariat avec le CNED étant celle de la Sorbonne – Paris 1), mais surtout, parce que, étant en couple et ayant un enfant et
    un début de carrière musicale à Tahiti, je ne voulais pas quitter
    mon île.

    Comment vous êtes-vous organisée pour étudier à distance (rythme de travail, etc) ? Quels sont les avantages et inconvénients des cours par correspondance ?
    Je me suis inscrite un peu en retard aux cours du CNED, mais l’université de Paris avait accepté de m’inscrire en janvier 2013 pour l’année scolaire en cours 2012-2013 (Ouf !).
    J’avais d’ailleurs demandé une validation des acquis car, comme j’avais un BTS Design de mode, j’aurais dû recommencer en licence 1. Mais en proposant un bon dossier de travaux personnels et professionnels (avec mon expérience en tant que professeur d’arts), liés aux arts plastiques et aux arts appliqués, j’ai été acceptée en licence 3.
    J’ai donc reçu tous les livrets de cours en février, il me semble, et j’ai pu rattraper mon retard en travaillant tous les jours et en envoyant tous les devoirs demandés par matière (bien que ceux-ci ne soient pas obligatoires). À l’époque, je ne travaillais pas, mon fils était en garderie la journée et je chantais plutôt en soirée. J’avais donc toutes mes journées pour travailler sur ma Licence. De plus, les enseignants étaient assez disponibles, ils corrigeaient bien nos devoirs, les renvoyaient avec annotations… On était vraiment bien suivi. J’ai pu ainsi me préparer aux examens qui avaient lieu à Paris. J’ai choisi d’aller directement à la 2e session de rattrapage en juin, car je n’étais pas prête pour tout passer en avril (1re session), et je n’avais pas les moyens de me payer deux allers-retours pour Paris.
    À l’époque, j’ai eu accès au passeport mobilité et le billet m’a donc coûté moitié moins cher. En juin, j’ai dû aller à Paris ou j’ai loué un appartement pendant un mois, j’ai révisé, découvert mon université (annexe St-Charles, dans le 15e arrondissement), j’ai passé mes épreuves pendant deux semaines, et, en attendant les résultats, j’ai visité Paris, ses musées, ses galeries… J’ai obtenu la licence avec la mention bien.
    En fait, je n’ai trouvé que des avantages à faire mes études à distance. J’ai pu obtenir mon diplôme tout en continuant ma vie familiale et musicale à Tahiti.
    Le plus difficile dans tout ça, c’est d’étudier seul, de gérer son temps seul et de se motiver seul ! Si on n’est pas sérieux et pas motivé, c’est facile d’abandonner. Il faut vraiment tenir le coup et visualiser la réussite qui nous attend au bout et surtout le diplôme ! Aussi, c’est bien plus facile avec le soutien de la famille.
    Pour ma part, tout le monde m’a encouragée à continuer et m’a poussée vers la réussite. Je ne remercierai jamais assez mon chéri Kryss, ma famille et mes amis pour cela.

    Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaiterait étudier par correspondance ?
    Je dirai à tous les jeunes qui veulent commencer ou reprendre des études à distance qu’il faut un bon projet professionnel pour réussir. Il ne faut pas faire des études juste pour faire des études. Il faut savoir dans quel but on fait ça pour garder la motivation. Quand on sait pourquoi on fait tel choix, on assume plus facilement jusqu’au bout ! Je leur dirai aussi qu’il faut croire en eux. Tout est possible, c’est juste à nous d’y croire et de tout faire pour y arriver.
    Avec des études par correspondance, un jeune peut travailler toute l’année pour gagner sa vie et économiser pour payer son billet d’avion et son logement en France, tout en étudiant. C’est vraiment tout bénéfice.
    Aujourd’hui, je suis en Master 2 d’arts plastiques à distance (EAD) à l’université de Montpellier Paul-Valéry en télé-enseignement (ce n’est pas avec le CNED). J’ai donc pu continuer mes études et trouver un travail comme enseignante en arts au Centre des métiers d’art de Polynésie française grâce à la licence d’arts plastiques obtenue via le CNED.
    J’ai eu mon Master 1 (en télé-enseignement – ce n’est pas avec le CNED) avec mention bien, l’an dernier, et j’ai passé presque toutes les matières de mon Master 2, cette année. Il ne me reste plus que mon mémoire à soutenir fin septembre. On croise les doigts…

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete