Le Contrat de projets 2015-2020 validé par l’assemblée

    mardi 3 mars 2015

    Retour au calme à l’Assemblée de Polynésie française ce mardi au cours d’une séance extraordinaire demandée par le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, afin que soient étudiées plusieurs propositions de conventions entre l’État et le Pays.
    Le point principal du jour était l’étude et l’approbation par l’assemblée de la double convention du Contrat de projets 2015-2020 entre l’État, le Pays et les communes. En 2008, une telle étude avait mis le feu à une assemblée déjà assise sur des braises. Aujourd’hui, en à peine deux heures, les deux conventions ont été votées avec les voix de la majorité Tahoera’a, complétée par celles du groupe A ti’a Porinetia. Le groupe UPLD a choisi pour sa part de s’abstenir.
    Hier, aucune difficulté majeure n’est venue entraver l’avancée des travaux. Les élus de la majorité, encore un peu marqués des stigmates de la grande explication de groupe et les tensions liées aux sénatoriales se sont unis pour valider tous les textes proposés par le gouvernement. Alors, bien sûr, au Tahoera’a, quand les uns parlent, les autres esquissent des sourires, font semblant d’applaudir ou se regardent encore de travers, mais l’apaisement semblait faire son œuvre.
    Sur les textes en question, une double convention quinquennale permettant de financer pour 38 milliards de projets du Pays et 12 milliards de projets communaux ont été validés. Marcel Tuihani, présent au milieu des élus pour pouvoir prendre la parole, s’est exprimé au nom de tout le groupe. Il a salué les projets de conventions tout en rappelant que « nous aurions préféré que le contrat de projets Etat/Pays/communes fasse l’objet d’un nouveau type de financement et non d’une ponction sur le contrat de projets (…) L’enveloppe globale reste la même et apparaît d’ores et déjà insuffisante pour faire face aux besoins des communes. »
    Un avis partagé par de nombreux maires qui doivent mettre en place l’eau, l’assainissement et la collecte des déchets à l’horizon 2020. « Douze milliards de francs sur six ans représentent deux milliards par an à se partager entre 48 communes », rappelait encore le président de l’assemblée de Polynésie française. Un avis auquel se joint Philip Schyle pour A ti’a Porinetia qui parlait des « besoins incommensurables » des communes prévenant : « il ne faut pas que ce contrat de projets ne serve qu’aux communes les plus grandes et les plus riches ».
     
    Lire l’intégralité de l’article et l’interview d’Edouard Fritch dans La Dépêche de Tahiti de mercredi 4 mars

    Lire aussi le compte-rendu publié sur le site de l’assemblée de Polynésie
     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete