Le coup de gueule des bijoutiers

    vendredi 14 novembre 2014

     La Chambre syndicale des bijoutiers et joailliers de Polynésie française (CSBJ-PF) monte au créneau pour dénoncer des activités plus ou moins illicites qui nuisent à leur commerce. Alors qu’ils font un effort pour ouvrir le dimanche lorsqu’un paquebot arrive, ils dénoncent la vente de bijoux sur les stands des artisans tandis que leurs boutiques restent vides. Le CSBJ souhaite également voir le secteur du rachat d’or être mieux encadré pour éviter les dérives et la recrudescence des vols.

    Lire notre article dans La Dépêche de Tahiti de vendredi 13 novembre ou sur notre feuilletage numérique

    Achat d’or : ils réclament un règlement

    Une autre problématique inquiète la CSBJ-PF, dernièrement mise en lumière par l’arrestation du propriétaire de la boutique d’achat d’or de Mamao, mis en examen notamment pour recel : le rachat d’or ou de bijoux sauvage.
    Selon la chambre, la totale liberté dont jouissent les enseignes de rachat d’or n’est pas sans conséquence. “Indépendamment des escroqueries sur le poids et sur le prix au gramme fortement dévalorisé lors des achats, cela induit des actes malveillants, comme le vol chez les particuliers ainsi que chez nos confrères bijoutiers et artisans.” Aussi, la CSBJ préconise le vote d’une loi de Pays suivant leurs préconisations calquées sur la loi française :
    – mise en place d’un livre de police, dans lequel sera consignée l’identité de la personne qui souhaite vendre des bijoux, des pièces d’or ou autres, ainsi que les détails de la vente ;
    – photocopie de la pièce d’identité du vendeur ;
    – photos des bijoux achetés ;
    – l’obligation pour l’acheteur de régler par chèque le vendeur ;
    – un délai de 15 jours avant de fondre les bijoux.
    La chambre souhaite également que la direction générale des affaires économiques contrôle strictement “les publicités mensongères qui tapissent les murs de certains de ces magasins” et que les balances utilisées soient homologuées.

     

    Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER 2014-11-19 00:07:00
    "Aussi, la CSBJ préconise le vote d’une loi de Pays suivant leurs préconisations calquées sur la loi française"

    René HOFFER: Oh la les bijoutiers français, une loi du Péï est aussi une loi française. Copiée certes - j'allais écrire "forcément" - puisque n'ayant aucune autre valeur que "française" hohohohoho rollstahiti@gmail.com
    jean 2014-11-14 17:38:00
    les bijoutiers qui vendent leurs bijoux a 15000f le gr d'or c'est pas du vol ca???et meme pas du 18 karrats en plus! ce sont eux qui ont appauvri le petit polynesien et quand ils veulent revendre leur bijou pour du ma'a ou trouve qui???
    l'annee derniere jai sauve le noel de mes enfants grace aux rachat d'or car j'ai vendu mes bijoux casses a un tres bon prix (jai l'internet) et topus ne sont pas des voleurs ou des receleurs! ce n'est pas le gouvernement qui va nous aider pour noel, ca c'est sur!
    merci et ne melangeons pas tout!
    salut
    Ferrari 2014-11-14 15:26:00
    Natural Sapphire, Ruby, Diamond mine Operator .
    http://gemstones.name/-mine-operator.html
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete