Le covoiturage, une solution antibouchons et antipollution

    lundi 18 avril 2016

     Tahiti covoit’, un groupe de covoiturage vient de voir le jour sur Facebook.  Celui-ci met en relation chauffeurs et personnes souhaitant être véhiculées.  S’il s’agit d’une bonne solution pour limiter les bouchons et la pollution, elle a du mal à trouver
    des adeptes.

    Chaque matin, c’est la même chose : des embouteillages monstres et des voitures à moitié vides partent du même endroit pour aller dans la même direction. Toutes ces heures perdues dans les bouchons et toute cette pollution générée par ces milliers de véhicules pourraient certainement être évitées si seulement on avait des transports en communs fiables ou si les gens se lançaient dans le covoiturage. Si seulement…

    Il y a dix jours, un nouveau groupe de covoiturage à Tahiti a vu le jour sur Facebook : Tahiti covoit’. Il suffit de proposer son trajet et ses horaires et d’attendre que des potentiels chauffeurs ou passagers se manifestent. Le chauffeur peut demander une cotisation, cela lui permet de partager les frais d’essence et d’assurance et donc de faire des économies. Quant au passager, cela lui permet d’être véhiculé à moindre frais.

    C’est Sabrine, une métropolitaine, arrivée sur le territoire le 29 mars, qui en est à l’origine.  “Je suis à Tahiti pour mon stage de fin d’étude. Comme je ne suis là que pour six mois, je n’ai pas investi dans un moyen de locomotion. Je me suis dit que je ferai du covoiturage, car j’avais l’habitude d’en faire en métropole. Malheureusement, tous les sites que j’ai trouvés à Tahiti semblent ne pas être à jour car personne ne répond. Du coup, j’ai décidé de lancer un nouveau groupe”, explique-t-elle.

    Les gens ont commencé à s’inscrire à Tahiti covoit’, à y convier leurs amis et aujourd’hui, le site ouvert le 3 avril compte plus de 80 membres. Malgré ce chiffre, Sabrine n’a eu aucune proposition de covoiturage pour son trajet et s’est rabattue sur les transports en commun : dix minutes de trajet pour 40 minutes d’attente à la station de bus.

    Peu d’actions concrètes

    “Les gens semblent intéressés, s’inscrivent, mais ne passent pas à l’action. On dirait que c’est plus de la curiosité”, explique Sabrine.
    Hydrina est étudiante à l’Université de la Polynésie française. Chaque jour, elle fait le trajet Arue-UPF. À maintes reprises, elle a tenté de convaincre ses camarades de faire du covoiturage, mais sans succès.
    “C’est idiot, car chacun vient à l’université avec sa propre voiture, alors qu’on pourrait s’arranger entre nous. Les gens sont très réticents à l’idée de faire du covoiturage. Ils préfèrent garder leur indépendance et ne veulent pas non plus avoir à s’organiser”, constate-t-elle.

    Depuis les années 2000, une quinzaine de sites a fleuri dans le paysage polynésien. Ces sites, toujours actifs, ont chaque fois été désertés par les utilisateurs, faute d’interaction…
    Deux autres groupes ont également été montés sur Facebook, chacun regroupant respectivement 350 et 780 membres. L’un d’eux est rempli de publicités en tout genre : concerts, prêts d’argent, location de voiture… mais quid des annonces de covoiturage qui détiennent une toute petite place ? L’autre est quasi inactif.

    La direction des transports terrestres assure que le covoiturage fait partie “des préconisations qu’elle souhaite développer au fenua”. Avec l’appui de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), elle compte “promouvoir l’écomobilité” et mettre en place des outils pour inciter au covoiturage au sein des établissements scolaires, des administrations et des entreprises. Cela dit, pour le moment, aucune mesure concrète n’a été définie.

    Si les sites de covoiturage cartonnent en métropole, ici, ça ne prend pas. Au lendemain de la COP21, le covoiturage apparaît pourtant comme une solution efficace contre le réchauffement climatique. Si l’on pouvait réduire le nombre de voitures, on polluerait moins, on passerait moins de temps dans les embouteillages et les problèmes de stationnement dans Papeete seraient réglés. Bref, le covoiturage, on a tous à y gagner…

    É.P.

    L’Université de la Polynésie planche sur un site de covoiturage pour ses étudiants

    “Les transports en commun pour se rendre à l’Université de la Polynésie française (UPF), c’est compliqué, voire même très compliqué pour les étudiants, surtout pour ceux qui viennent de loin”, affirme Patrick Capolsini, vice-président et également professeur d’informatique à l’UPF. Par ailleurs, la majorité des étudiants viennent tout seuls dans leur voiture au campus. Suite à ce constat, Patrick Capolsini a décidé de faire travailler ses élèves, sur la création d’un site de covoiturage destiné aux étudiants.

    “On va voir ce qui sort de leur projet. Dans le temps qui leur est imparti, ils ne pourront pas faire un site complètement opérationnel. Mais si le projet est sur de bons rails, l’idée est de prendre un étudiant en stage pendant deux mois pour finaliser le site avant de le mettre en ligne, à la rentrée prochaine”, explique-t-il. L’idée serait d’intégrer le site à l’environnement numérique de travail de l’étudiant, dans lequel se trouvent déjà les emplois du temps des élèves, leurs cours en ligne et les documents numériques de la bibliothèque. Dans ce cas, c’est la direction informatique de l’UPF qui en deviendrait le gestionnaire.

    Tako.pf, un site à reprendre

    Beaucoup d’espoir avait été fondé dans le site de covoiturage tako.pf, lancé par l’association Colibris Tahiti fin 2014. Avec son design moderne et friendly et sa simplicité d’utilisation, il permettait en deux clics de mettre en contact chauffeurs et passagers souhaitant faire du covoiturage. Malheureusement, il a perdu son gestionnaire en cours de route et l’association n’a pas trouvé de repreneur pour s’en occuper, le gérer et l’animer et surtout communiquer autour de cet outil.

    Aujourd’hui, Colibris Tahiti lance un appel : “S’il y a des gens qui sont calés en informatique et qui sont intéressés pour travailler dessus, ils peuvent nous rejoindre sans soucis. Nous leur donnerons accès au back-office et leur laisserons la gestion du site, car c’est vraiment dommage de laisser mourir un tel outil.” Un défi à relever… pour changer les comportements et pour changer notre fenua. Avis à tous les geeks…

    Laure 2016-05-27 13:50:00
    Les colibris Tahiti cherchent des volontaires pour aider à la refonte et remise en service du site tako.pf. Si ça vous intéresse, merci de nous contacter par mail à contact@colibris-tahiti.org ou sur FB https://www.facebook.com/ColibrisTahiti/.
    pasmieu 2016-04-27 22:24:00
    Oui et sinon il y a la marche à pied
    Orliange 2016-04-21 15:48:00
    Ia orana
    Je viens d'arriver sur le fenua et crée des sites internet...je peux peut-être aider Colibris Tahiti ...mais pas de coordonnées pour les joindre...
    Gineste 2016-04-19 08:58:00
    Combien sa coût pour aller à tahyti
    leo 2016-04-19 08:00:00
    Ce n'est pas la première page facebook de covoit à Tahiti les autres n'ont jamais pu bien fonctionner faute d'annonces
    guguxxxx 2016-04-18 14:55:00
    Le covoiturage c'est une solution anti bus car le réseau de bus est bordélique.
    Duc 2016-04-18 14:53:00
    Dur,dur. A Tahiti il y a beaucoup d,idées mais pas d'action, pas de motivations.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete