Le député Marc Laffineur, en visite au fenua

    jeudi 7 juillet 2016

    FEN_CC1_Laffineur

    Marc Laffineur (à gauche) et René Bidal, haut-commissaire de la République en Polynésie française. (Photo : Christophe Cozette)


    “Je viens demander comment on pourrait encore améliorer le développement”

     

    Le maire d’Avrillé et député Les Républicains de Maine-et-Loire, Marc Laffineur, est au fenua, en mission, jusqu’au 11 juillet. Rapporteur spécial au sein de la commission des finances de l’Assemblée nationale, chargé du suivi des crédits de la mission outre-mer, il est arrivé mardi soir et a accordé son premier rendez-vous au haut-commissaire, René Bidal, hier matin. “Autre thème au cœur de sa visite”, avons-nous écrit dans notre édition d’hier, “la défiscalisation dont, un temps, la représentation nationale a envisagé la suppression avant de finalement la prolonger jusqu’en 2025”. “Développement”, répond l’intéressé, hier matin, à la résidence du haut-commissaire.

     

    C’est votre premier séjour en Polynésie ?

    C’est la première fois que je viens en Polynésie, j’ai toujours eu une forte envie de venir. C’est une région extrêmement attachante, il y a une culture propre et un peuple avec des caractéristiques particulières car il est attaché à son territoire et au développement de sa région, aux antipodes de la France métropolitaine. C’est un territoire qui fait toujours rêver les métropolitains.

     

    Vous êtes rapporteur spécial de la commission des finances de l’Assemblée nationale, chargé du suivi des crédits de la mission outre-mer. En quoi cela consiste ?

    J’ai en charge le budget des départements et territoires d’outre-mer. C’est dans ce cadre-là que je viens en Polynésie, comme on peut le faire dans différents territoires, pour voir comment le budget est dépensé, s’il peut être amélioré, s’il peut servir encore plus au développement économique et aider tous ceux qui ont des projets pour ce développement.

     

    Vous portez un regard pointu sur la défiscalisation qui a été prolongée…

    Je regarde tout ce qui doit être amélioré pour aider au développement de ce territoire. Je ne viens avec aucune idée préconçue.
    Je viens me renseigner, demander aux uns et aux autres comment on pourrait encore améliorer le développement. Je vais donc rencontrer beaucoup de fonctionnaires de l’État mais aussi des responsables politiques, le président du CESC (conseil économique, social et culturel, NDLR), des armateurs, le président du Pays, toutes les personnes qui peuvent m’aider pour mieux comprendre et faire en sorte d’aider au développement de ce territoire, pour le bien de ses concitoyens.

     

    La Nation rend aujourd’hui hommage à l’ancien Premier ministre Michel Rocard, qui est venu au fenua, où il avait prononcé son célèbre “qui paye contrôle”. Dans la finance, sommes-nous toujours dans cette optique ?

    Bien sûr, quand on donne de l’argent, on fait en sorte de vérifier qu’il soit bien investi mais je suis dans l’état d’esprit de dire comment faire pour encore mieux aider au développement de ce territoire. C’est cela qui est important. Il y a une richesse extraordinaire dans ce pays. Tout d’abord, les hommes et les femmes qui y habitent et toute la richesse liée à la mer et à ce bien-être de vie. Que cela soit sur la pêche, le tourisme, la perle ou les transports maritimes, il y a des tas de développement possible. Ce qu’il faut, c’est aider et trouver les meilleures façons de faire pour aider à ce développement.

     

    Propos recueillis
    par Christophe Cozette

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete