Le fabuleux destin d’Hélène Havard, une photographe qui monte

    lundi 30 mai 2016

    Chaque lundi, nous vous proposons de découvrir un homme ou une femme qui, à sa manière, illustre l’actualité. Depuis quinze jours, Hélène Havard fait le buzz. Spécialisée dans la photographie de mariage, cette popa’a installée en Polynésie depuis six ans affole la Toile depuis que le blog américain Feature Shoot a publié ses photos réalisées à partir d’un drone. Sur les clichés,
    on y voit des couples, en tenue de cérémonie, allongés au beau milieu des paysages idylliques polynésiens. Ils semblent seuls au monde, perdus dans l’immensité de la nature qui les entoure : lagon, cocoteraie, plage de sable blanc, platier, montagne…

    Cette façon de photographier les “honeymooners” très originale séduit les internautes, qui se mettent à leur tour à partager les photos de l’artiste. L’effet boule de neige opère et des centaines de blogs et de magazines internationaux, dont le Huffington Post, très réputé aux
    États-Unis, Fubiz, Yahoo dans plusieurs pays européens ou encore Metro s’intéressent alors au phénomène “Hélène Havard”… et La Dépêche de Tahiti en fait partie. D’autant plus logique qu’Hélène Havard vit à Tahiti.

    élène Havard est originaire de Rennes. Avant de se lancer dans la photographie, la jeune femme travaillait dans le tourisme. En 2009, elle décide de lâcher son job pour suivre sa passion et intègre l’école parisienne de l’enseignement supérieur privé de photographie et d’audiovisuel, l’Efet.

    “J’ai toujours eu la fibre artistique. Déjà petite, je dessinais, je photographiais… Mais pour ma famille, il valait mieux suivre une voie traditionnelle, plutôt que de se lancer dans une carrière artistique. C’est ce que j’ai fait. Et puis un jour, j’ai eu un déclic et je me suis dit qu’il fallait que je suive ma passion.”
    Après un an d’études en photographie, elle fait ses premières armes sur des plateaux de tournage, dans les coulisses de théâtres parisiens… Puis en 2010, pour des raisons personnelles, elle quitte la métropole pour Bora Bora.

    Dans les hôtels de la place, elle se fait rapidement un nom auprès d’une clientèle internationale, en voyage en Polynésie pour s’unir. Elle se spécialise alors dans la photographie de mariage. Bientôt, ses clients – américains pour la plupart – l’appellent pour venir les photographier dans les îles : Moorea, Rangiroa, Huahine.
    En 2014, elle décide alors de partir s’installer à Tahiti pour plus de flexibilité.

    Étoile montante des photographes de mariage

    Hélène Havard n’aurait jamais pensé se spécialiser dans la photographie de mariage.
    “En France, la photo de mariage a une mauvaise image. Moi, je trouvais ça classique, sans intérêt, et finalement, je me rends compte que ça peut être vraiment artistique. Je ne pensais pas pouvoir m’épanouir à ce point en photographiant des mariés”, souligne-t-elle.
    En novembre dernier, elle est classée parmi les 30 étoiles montantes des photographes de mariage par le Rangefinder magazine, un mensuel américain spécialisé dans la photographie de mariage. Une consécration, qui lui donne des ailes.

    “Ça m’a ouvert plus d’opportunités. J’ai commencé à avoir encore plus de demandes en provenance du monde entier. Alors, je me suis dit : ‘Allez, on s’élève’”, raconte Hélène Havard.
    L’idée du drone germe dans sa tête.

    Tous jouent le jeu

    Déjà à Bora Bora, l’artiste avait l’habitude de photographier ses amoureux du haut d’un ponton. “Je les mettais en position allongée et je les prenais d’en haut”, raconte-t-elle.
    Une idée lui vient : “Pourquoi ne pas monter encore plus haut et utiliser un drone ?”

    Elle s’associe alors avec le vidéaste de Flying World Pictures pour réaliser d’impressionnantes photos sur lesquelles on voit des couples, en tenue de mariés, allongés au beau milieu des paysages idylliques polynésiens.
    La photographe rencontre ses clients pour la première fois, le jour de la prise de vue.

    “Je préfère en savoir le moins possible sur eux, comme ça, je n’ai pas d’a priori. Je fais directement des photos selon ce qu’ils m’inspirent. Ça dépend de la personnalité des gens, et surtout de ce que je ressens lorsque je les rencontre”, explique-t-elle.
    Plonger dans l’océan, se perdre dans une cocoteraie, se baigner au milieu des nénuphars, s’allonger sur le platier de corail, ses clients sont prêts à tout, car s’ils choisissent Hélène Havard, c’est justement pour repartir avec des photos hors du commun.
    Tous jouent le jeu, quitte à déchirer, salir, mouiller leurs belles tenues de mariage. Ils lui laissent “carte blanche”.

    Connue et reconnue à l’international, Hélène Havard ne l’est pas en Polynésie. Pourtant, ses photos diffusées dans le monde entier, grâce à Internet, mettent plus que jamais en valeur notre fenua.
    La palette d’Hélène Havard est très étendue, car si l’artiste s’est fait un nom grâce à ses  photos de mariage, elle excelle dans d’autres domaines.

    Elle aime tirer le portrait de ceux qui, loin des clichés “carte postale” du fenua, sont l’âme de Tahiti : enfants des rues, pêcheurs, vieillards édentés… Quant aux paysages qu’elle immortalise, ils s’apparentent à des tableaux de Rothko.
    Hélène Havard n’a pas fini de nous surprendre. Une étoile à suivre.

    E.P.

    Pour admirer son travail

    http://helenehavard.com
    https://www.instagram.com/helenehavard_photography/
    https://www.facebook.com/boraboraweddingphotographer/?ref=hl

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete