Le Falkor, observateur des océans, fait escale au port de Papeete

    mercredi 10 février 2016

    Arrivé le 6 février et déjà venu auparavant il y a quelques années, le Falkor trône au quai d’honneur du port de Papeete, avec sa fière allure de navire scientifique. Afin de comprendre et d’anticiper le processus du changement des océans (dû aux changements climatiques), le Schmidt Ocean Institute se donne pour mission de comprendre ce qu’il se passe maintenant, comme cette mission à laquelle le Falkor, propriété de l’institut, vient de participer.
    Celle-ci cherche à savoir comment serait la “vie sans oxygène dans le Pacifique tropical”. Vaste question sur laquelle se sont penchés 18 scientifiques américains cette fois-ci, même si plus de 20 nationalités différentes participent aux différentes missions de l’institut.
    Cette mission est désormais terminée et le Falkor, qui vient de Honolulu, repart vers une destination encore inconnue, le
    22 février, du port de Papeete.
    “Nous sommes une plate-forme scientifique qui permet à différentes équipes scientifiques océanographiques internationales de mener à bien leurs recherches, grâce aux équipements du Falkor”, a expliqué Irina, en charge de la logistique du bateau, qui travaille pour le Schmidt Ocean Institute.
    “Ces derniers réalisent des cartes des océans, prélèvent des échantillons d’eau de mer et observent les déplacements des plaques océaniques, par exemple.”

    Résultats des recherches accessibles à tous

    L’institut Ocean Schmidt est une organisation à but non lucratif basée en Californie, une fondation privée axée sur l’océanographie, fondée en mars 2009 par Éric et Wendy Schmidt.
    “L’objectif de l’institut est de faire progresser l’exploration des océans, la découverte et la connaissance par les progrès technologiques, la récolte des données d’observations riches et leurs analyses”, stipule Wikipedia.
    Et l’un des points forts de l’organisation – et la volonté de son fondateur – est de partager au maximum les informations récoltées lors de ces missions scientifiques.
    Le site Internet www.schmidtocean.org est une mine d’information précieuse, pour tous les passionnés des océans, scientifiques ou non. Chaque équipe internationale qui souhaite disposer d’un navire scientifique de premier ordre propose à l’institut sa mission, qui la valide ou non. Cette plate-forme scientifique de haute technologie appropriée soutient donc “la recherche et le développement technologique océanographique multidisciplinaire”.
    En échange d’un accès gratuit au Falkor et à toutes ses installations de recherche, les équipes scientifiques sélectionnées s’engagent “à partager ouvertement et à communiquer les résultats de leurs travaux de recherche, y compris les observations brutes et les données”. Preuve de leur volonté forte de communication, le Falkor possède sur ses flancs un QR Code bien visible, qui amène directement sur le site de l’institut.
    Le Falkor est un ancien navire allemand chargé de la surveillance des navires de pêche, racheté au gouvernement allemand en 2009.
    Il mesure près de 83 mètres de long et son coût de réaménagement en navire de recherches océanographiques s’est monté à plus de 60 millions de dollars (plus de 6 milliards de francs). Sauver les océans n’a pas de prix.

    C.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete