Le financement du CHPF, un sujet de crispation pour les syndicats

    samedi 17 janvier 2015

    Recours juridique sur la répartition des sièges en faveur des organisations syndicales au sein de la Caisse de prévoyance sociale (CPS), Protection sociale généralisée (PSG), rencontre avec le président de la Polynésie française, Centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF), perspectives sociales pour 2015, le directeur général des services de la CSIP, Cyril Le Gayic, évoque dans La Dépêche de Tahiti de ce samedi toute l’actualité sociale qui occupe aujourd’hui le devant de la scène, ou qui risque de l’occuper dans les prochains mois. (Lire notre édition du jour ou le feuilletage numérique)
     Pour Cyril Le Gayic, le mécontentement des salariés ne cesse de prendre de l’ampleur dans l’administration et le privé à cause de l’absence de revalorisation des salaires depuis plusieurs années : « ça grogne dans l’administration et dans le privé où les salaires n’ont pas été augmenté depuis 5 voir 7 ans et plus. Il ne faut pas se réfugier derrière la crise économique pour justifier la stagnation des salaires, cela ne passe plus chez les salariés ».
     
    Le coup de chaud annoncé par Cyril le Gayic au niveau social pourrait, selon lui, commencer au Centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF) : « La grogne est entrain de monter. Non seulement,  la dotation globale du CHPF a été amputée de 600 millions Fcfp, ce qui est énorme. En plus de cette annonce, la direction du CHPF a reçu jeudi une réquisition du Trésorier payeur du territoire à payer 1,4 milliards Fcfp pour un emprunt contracté auprès du territoire en 2012. Cette injonction concerne la saisie de cette somme sur les comptes du CHPF. Lorsque l’on sait que les réserves du CHPF ne sont que de 1,1 milliards Fcfp pour payer les salaires de janvier, on comprend mieux l’exaspération du personnel qui risque de ne pas toucher de salaire à la fin du mois. A cet aspect financier il faut ajouter les rythmes de travail qui ont été particulièrement conséquents avec la gestion de l’épidémie de chikungunya. Nous avons donc interpellé le gouvernement pour qu’il reçoive une délégation des salariés du CHPF lundi afin de déminer le terrain. Dans le cas contraire, la situation risque d’être particulièrement chaude du côté de l’hôpital la semaine prochaine ».
    En attendant cette rencontre, aucun préavis de grève ne sera déposé confirme Cyril Le Gayic : « nous entendons privilégier le dialogue avant de partir en grève. Si la réquisition portant sur les 1,4 milliards Fcfp est abandonnée, cela pourra peut-être faire baisser la température ».

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete