Le gouvernement n’est pas inactif face au conflit chez Gaz de Tahiti

vendredi 5 juin 2015

Face au conflit social qui perdure au sein de la société Gaz de Tahiti, le gouvernement a souhaité réagir et précise qu’il a accueilli avec satisfaction la décision du haut-commissaire d’opérer des réquisitions de salariés de Gaz de Tahiti afin de tenter de soulager la population. Le gouvernement se veut rassurant et assure que, « bien que n’étant pas partie prenante dans ce conflit qui touche une entreprise privée, il ne reste pas inactif.  Ses services, et en l’occurrence la Direction du travail, participent activement à la résolution des conflits collectifs du travail, et particulièrement à celui qui touche Gaz de Tahiti. »
Le gouvernement insiste sur le fait que : « Suite à la demande de la direction de Gaz de Tahiti, le 21 mai en fin de matinée, le gouvernement, par l’intermédiaire de la direction du Travail, a lancé une invitation aux parties concernées pour une réunion le 21 mai à 14 heures à la direction du Travail. La confédération CSIP ne s’y est pas présentée et a confirmé par mail adressé à la direction du travail qu’elle répondait négativement à cette invitation. »
Face à ce refus, la Direction du travail a exploré la possibilité de désignation d’un médiateur extérieur à l’administration. La direction de l’entreprise a accueilli favorablement cette démarche. Par contre, le mail adressé à ce sujet à CSIP le 26 mai est à ce jour resté sans réponse.
Dès lors, « le gouvernement ne peut que condamner la position fermée du syndicat qui nuit à l’intérêt de tous les Polynésiens et à l’équilibre social. De fait, on peut s’interroger sur les motivations réelles de faire perdurer ce conflit. »
Le gouvernement, et en particulier la ministre en charge du dialogue social, suit au quotidien l’évolution de ce mouvement de grève et est en permanence à la disposition des parties en conflit pour faciliter la résolution de celui-ci. Il ne dispose toutefois d’aucun moyen juridique de contrainte et constate le refus de dialogue d’une des parties.
Tout en partageant pleinement l’exaspération des Polynésiens, le gouvernement appelle la population à garder son calme et surtout à ne pas céder aux rumeurs, notamment celles qui font état de blocage de Motu Uta ou des stations services. 

Patrie 2015-06-06 08:43:00
Syndicat = politicien
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete