Le gouvernement pose la première pierre du collège lycée de Bora Bora

    mercredi 11 novembre 2015

    Le gouvernement, en déplacement à Bora Bora, a effectué mardi sur l’île pas moins de six visites de sites et procédé à quatre inaugurations dont la pose de la première pierre du très attendu collège lycée de Bora Bora.

    La visite gouvernementale à Bora Bora a démarré par une rencontre-débat avec la population, aux allures de campagne électorale, qui n’a pas vraiment attiré la foule lundi soir place moto’i. La délégation conduite par le Président Édouard Fritch s’est poursuivie mardi toute la matinée sous un soleil de plomb.
    Accompagné du Vice-Président Nuihau Laurey, ministre du Budget, des Finances et des Énergies, de Tea Frogier, ministre du Travail, des Solidarités et de la Condition féminine, de Nicole Fareata Sanquer, ministre de l’Enseignement supérieur, de l’Education, de la Jeunesse et des Sports, d’Albert Sola, ministre de l’Equipement, de l’Aménagement, de l’Urbanisme et des Transports intérieurs, de Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de la Culture, de la Promotion des langues, de la Communication et de l’Environnement, et du maire de Bora Bora, Gaston Tong Sang, le président Fritch a clairement inscrit cette visite dans le but de s’attirer les faveurs des habitants de la Perle du Pacifique en vue des prochaines élections territoriales.
    Sans majorité franche à l’assemblée de Polynésie française et en attente de la création programmée pour le début 2016 d’un  parti politique de rassemblement, le président Édouard Fritch ne ménage pas sa peine pour séduire les maires et les populations des îles par des visites de terrain. Force est de reconnaître que l’homme est perçu par la population comme sympathique grâce à un style qui se veut direct et décontracté.  Entre deux inaugurations, il n’hésite pas à rendre visite à quelques habitants et se montre à l’écoute.

    A la pointe Matira, la délégation a été accueillie par Rainui Besineau, président du comité du tourisme de Bora Bora. Une nouvelle route, goudronnée, viabilisée et élargie, qui longe l’hôtel Intercontinental Moana a été inaugurée. Une courte pose chez Malou et Hérald Montaron a permis au  président de se tenir informé des perspectives offertes par la fabrication et la commercialisation de l’huile de coco vierge « made in Bora Bora ». La visite s’est ensuite poursuivie sur le site fortement dégradé de la pointe Matira, où la délégation a reçu une information détaillée du projet en cours. Ce projet est très attendu des riverains. Une enveloppe de 100 millions de Fcfp est d’ores et déjà votée pour le réaménagement du site.

    Le point d’orgue de cette journée a été une émouvante cérémonie à laquelle ont participé les élèves de la classe patrimoine de 6ème du collège, qui a précédé la pose de la première pierre du  futur collège et lycée de Bora Bora. Chacun souhaitant apporter sa contribution à ce qu’il convient bien d’appeler un événement historique pour Bora Bora, les discours ont été nombreux, parmi lesquels on retiendra  l’intervention de l’architecte du projet, Mathieu Wenish. Il a présenté aux élus les plans d’aménagement du site. Le gouvernement a été chaleureusement remercié pour le redémarrage de ce projet qui ne devrait cependant pas voir le jour avant 2018.
    Enfin, la route territoriale de ceinture de l’île et la route communale du district de Faanui ont été inaugurées.

    Alain Lepresle
     

    Collège et lycée de Bora Bora – Mathieu Wenisch du cabinet d’architecture Rochet-Wenisch

      «  Cet établissement s’étend sur une superficie de 10 000 m2 et il est destiné à recevoir 1 200 élèves pour un collège et un lycée. Nous avons des contraintes budgétaires importantes mais nous avons optimisé les possibilités. Dans la partie basse du terrain est prévue la construction d’un lycée hôtelier avec un restaurant ouvert au public d’une capacité de 40 couverts. Le Centre d’Éducation aux Technologies Adaptées au Développement (CETAD) assurera des formations en serrurerie, plomberie, électricité et couture. Le collège occupe la partie centrale, il sera très fonctionnel. Dans la partie haute sera construit deux internats pour filles et pour garçons d’une capacité totale de 48 places. On y construira également deux logements de fonctions. Un équipement sportif est également prévu avec une piste de course. Nous avons réalisé une architecture simple mais bien adaptée au climat tropical avec une bonne ventilation des locaux. Seules les salles d’informatiques et certains locaux spécifiques seront climatisés. L’architecture est moderne, efficace avec des aménagements de type tropical.  Un parking de 100 places est prévu en bord de route donnant sur une allée piétonne abritée. L’ensemble sera arboré avec des essences locales notamment l’Ylang-Ylang et le Maru-Maru. Un espace détente ombragé avec des gradins est également aménagé. Comme l’établissement est sur un coteau qui offre une vue exceptionnelle nous nous sommes efforcés de la laisser accessible de la plupart des bâtiments ».

    Propos recueillis par Isabelle Roussy
     

    Des routes neuves

    Routes communales
    De part et d’autre du tronçon qui vient d’être refait sur la route de ceinture, deux routes communales ont également bénéficié d’importants travaux, notamment à Matira. La création d’un réseau de collecte des eaux pluviales et le bitumage de la voie avec la mise en place de plusieurs ralentisseurs, permettent désormais aux riverains comme au public venant profiter de la plage ainsi qu’ à la clientèle de l’hôtel Intercontinental de bénéficier d’un accès de bonne qualité.  La délégation a aussi coupé le ruban de la route de Faanui terminée la veille à 19 heures. Les enfants de l’école ont salué avec des chants l’arrivée des élus. « Cette route est bordée de trottoirs qui garantissent désormais un accès sécurisé aux écoles maternelle et primaire de Faanui pour les enfants du quartier» s’est réjouit Victor Roomataaroa, maire délégué de Faanui.

    Route de ceinture
    La portion la plus dégradée de la route de ceinture entre Vaitape et Faanui vient d’être refaite avec enfouissement des lignes électriques afin de limiter les dégâts en cas de cyclone. « Ces travaux s’élèvent à 280 millions Fcp. L’an prochain, il est prévu une enveloppe de 300 millions pour refaire le reste de la route. Il est également prévu de la border de trottoirs dans le centre de Vaitape mais cela pose à certains endroits des problèmes d’empiétement sur le domaine privé et il faut mettre en place des solutions »

    Isabelle Roussy

    Travaux de la pointe de Matira – Gaston Tong Sang, maire de Bora Bora

    « Depuis 2007, l’aménagement de la pointe de Matira s’est fortement dégradé et doit être sécurisé et renforcé. La pension tenue par Robert et Tina Tinorua est directement menacée. Dans le temps, la pointe de Matira était ensablée. On a construit des maisons et donné priorité à leur protection mais le sable a migré vers la plage de Matira à tel point que pour organiser l’arrivée de l’Hawaiki nui va’a, il a fallu creuser un chenal pour être aux normes de profondeur.  L’enrochement est utile pour les houles exceptionnelles mais ne permet pas de reconstituer une bande de sable protectrice. Il faut favoriser cet engraissement. Nous étudions les courants qui entraînent la migration le sable et les moyens de le fixer à nouveau sur la pointe, créer des épis ou un motu artificiel sur lesquels le sable viendrait à nouveau se déposer comme c’était le cas dans les années 50 comme on peut le voir sur les photos de cette époque. Le montant des travaux prévus s’élève à 100 millions Fcfp. »

    Propos recueillis par Isabelle Roussy

     

    Visite à l’unité de fabrication d’huile de coco vierge

    Le président du gouvernement a fait une brève halte dans l’atelier de Hérald  Montaron qui fabrique de l’huile de coco vierge. Le producteur souhaite dépasser le stade de production artisanale en s’équipant d’une centrifugeuse industrielle qui lui permettrait de passer d’une production de 250 litres par trimestre à 400 à 600 litres par jour. Se pose alors la question de l’approvisionnement en cocos. Hérald Montaron, idéalement, souhaiterait obtenir l’exploitation d’une cocoteraie d’un terrain communal de Bora Bora mais surtout  pouvoir mettre en exploitation une partie de la cocoteraie de Tupai dans le respect des règles du développement durable et  de l’environnement.  « Il nous faut avoir la maîtrise du cocotier pour avoir une maîtrise du prix et être compétitif sur le plan international » explique-t-il. Le président n’est pas opposé à ce projet mais il précise qu’il ne doit pas faire obstacle à un futur développement touristique de l’île de Tupai.

    Isabelle Roussy

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete