Le groupe de Paopao a enfin descendu ses oranges

    vendredi 21 août 2015

    Pour la seconde année consécutive, un petit groupe d’amis de Paopao s’est donné rendez-vous durant deux week-ends à la Punaruu pour escalader les hauteurs de Tamanu. Après une première expédition fin juillet qui s’est avérée improductive, le groupe s’est remis en route deux semaines plus tard. Les oranges ont enfin été cueillies sur le plateau Rata. Une belle récompense qui ne peut qu’inciter les amis à remettre ça l’année prochaine.

    Qui dit orange de la Punaruu, dit expédition au plateau du Tamanu. Une expédition qui se fait traditionnellement à la période du tiurai, au moment où la température plus fraîche est la plus favorable. Une saison qui bénéficie aussi à la bonne production de ce verger dont les premiers fruits auraient été introduits par le capitaine Cook lors d’une de ses expéditions à Tahiti.
    Chaque année, ils sont nombreux à participer à l’expédition “cueillette des oranges du Tamanu” qui a lieu selon les années, de la fin juin à la mi-août. Pour ce faire, les cueilleurs suivent les conseils de Teriierooiterai, ancien chef du district de Punaauia qui disait à tous ceux qui voulaient l’entendre “celui qui n’a pas goûté aux oranges de la Punaruu, ne peut pas savoir ce qu’est une orange”. Seulement voilà : pour accéder aux célèbres plateaux où se trouvent ces non moins célèbres orangers bicentenaires, le challenge n’est pas facile. Le “groupe de Paopao” constitué d’une quinzaine d’amis, souvent membres d’une même famille, l’a, une nouvelle fois, constaté en effectuant l’expédition jusqu’aux orangers par deux fois cette année.
    Le parcours démarre comme à son habitude derrière la zone industrielle de la Punaruu. Certains y vont individuellement, parfois accompagnés d’un guide, d’autres en groupes, qui connaissent malgré tous les lieux, avec cette unique mission récolter et ramener dans des sacs à dos ce fruit sucré et juteux à souhait. Le premier départ du groupe de Paopao a eu lieu durant le week-end du 24 au 26 juillet. Pour cette sortie, on ne peut pas dire que la récolte fut bonne. Après une montée de trois heures, et une pause à mi-chemin pour attendre les retardataires, les marcheurs ont atteint leur premier objectif : le refuge où ils ont passé la première nuit. Les 17 °C qu’affichait le thermomètre n’ont pu que ravigoter tout le monde qui, après un bon petit déjeuner, s’est rendu au plateau choisi, le Maraetia.  Mais ce fut un mauvais choix : les orangers étaient dépourvus de fruits. Seule satisfaction, une promenade de choix, dans un écrin de verdure luxuriante dans un environnement et un paysage impressionnants. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le groupe se contentait d’une fin de journée “baignade” dans la rivière Punaruu, et d’un bon dîner bien consistant. Le retour s’est effectué facilement, sans excédent de poids, mais avec la ferme intention de revenir sur les lieux deux ou trois semaines après, cette fois-ci pour ramener des sacs à dos bien remplis.

    La prochaine saison
    Le week-end choisi fut celui du 7 au 9 août. Le groupe de Paopao a repris le chemin des plateaux du Tamanu. L’objectif, cette fois-ci, était d’atteindre le plateau Rata, ce qui fut fait après 45 mn de marche à partir du refuge. La décision fut la bonne : les oranges étaient là, n’attendant plus que d’être cueillies, ce qui fut fait en quelques heures, agrémentées d’une dégustation de fruits sur place tout en admirant le paysage, dans un silence que seule les vallées profondes peuvent offrir à leurs visiteurs.
    À peine de retour “à la civilisation”, l’équipe a fait le serment de renouveler cette magnifique ascension. Mais il faudra attendre la prochaine saison, les plateaux des orangers étant désormais fermés au public jusqu’à l’année prochaine. D’ici là, tout le monde aura eu le temps de bien digérer les oranges, mais surtout les efforts entrepris pour une escalade très “physique”, qui nécessitera pour certains, de nouvelles heures d’entraînement, histoire de garder une forme à toute épreuve. C’est l’autre facette positive de cette expédition du Tamanu.

    De notre correspondant Jeannot Rey

     

    Plateaux… de fruits

    Dans ce secteur protégé, une dizaine de plateaux se succèdent, recouverts d’une masse difficilement chiffrable d’orangers. Les seuls à avoir résisté à une maladie qui décima tous ceux qui étaient plantés sur le littoral. Le plus haut plateau “Puharuru”, donc le plus difficile à atteindre, est situé aux environs de 800 m au-dessus du niveau de la mer. Ce serait celui qui, encore aujourd’hui, produirait les fruits les plus gros et les plus juteux du site. Mais les autres plateaux comme celui du Rata, permettent à ceux qui ont choisi de faire la cueillette des oranges, de se réconforter après une montée difficile, parfois douloureuse, avec de bons fruits très sucrés.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete