Le haut-commissaire réquisitionne du personnel gréviste de la société Gaz de Tahiti

    jeudi 4 juin 2015

    Le Haut-Commissaire de la République a décidé, ce jeudi soir, de réquisitionner à compter de demain vendredi 5 juin, quatre salariés sur les trente-six que compte la société Gaz de Tahiti, sur une durée limitée, pour l’organisation d’un service minimal de la chaîne de production et de livraison du gaz, sur la base des dispositions de l’article L 2215-2 du code général des collectivités territoriales.
    Ces dispositions permettent au représentant de l’Etat de garantir, tout en tenant compte du droit de grève, le maintien de l’activité économique, la satisfaction des besoins essentiels de la population et le fonctionnement des services publics, lorsque les perturbations liées à un mouvement de grève créent un risque pour la salubrité, la tranquillité et à la sécurité publiques.
    Le conflit social qui perdure depuis près d’un mois au sein de la société Gaz de Tahiti, unique fournisseur de produits gaziers en Polynésie française, a provoqué la rupture de l’approvisionnement régulier en produits gaziers butane et propane des différents archipels de la Polynésie française. Il compromet la continuité des services publics, notamment la restauration scolaire et la restauration dans les établissements hospitaliers, depuis l’arrêt des opérations de remplissage des bonbonnes de gaz, nécessaires au chargement des goélettes de livraisons des archipels et des véhicules de transport de gaz de l’île de Tahiti.
    De plus, la durée de la grève a d’ores et déjà provoqué des troubles à l’ordre public. Les constats établis par les forces de l’ordre font état de vols de bouteilles de gaz, d’incivilités dans les points de distribution, de ventes parallèles et illégales, et d’attroupements d’usagers au siège de la société ou dans les points de distribution ayant pu être ravitaillés.
    Enfin, l’absence de perspective de fin de conflit induit un risque avéré, à court terme, de pénurie totale de gaz en Polynésie française par le défaut de livraison inter-îles d’une part, et la déprogrammation du navire méthanier approvisionnant les cuves du site de Motu Uta d’autre part, créant ainsi une situation d’urgence.
    Le Haut-Commissaire, garant de l’ordre public et du respect de la légalité, a donc pris cette décision de réquisition, dont la durée est limitée, avec le souci permanent de concilier le respect du droit de grève avec les intérêts vitaux des habitants de la Polynésie française.
    Il lance un appel à la reprise des négociations entre les parties prenantes et compte sur leur sens des responsabilités pour rechercher au plus vite des solutions pour sortir de conflit qui pénalise l’ensemble de la population.

    D’après un communiqué du Haut-commissariat

     

    LEPETANT 2015-06-06 06:30:00
    Réquisition ? Je suis MDR. Tout le monde sait qu'on ne risque rien à braver l'Etat.
    Heiva 2015-06-06 05:16:00
    C peine perdue. Abonnés le navire, Avant de sombré lui quitter cette île, cert c''est malheureux, pr moi même qui est née et à vécu là-bas. Mais ac des sociétés qui monopolise tous et un gouvernement de Merde, c''est sur que sa n''ira pas mieu. Faitoito
    zizou 2015-06-05 21:17:00
    mettez vous a la place des greviste, faut par dir nimporte koi bonne de ma'au. camps c la cps ki vous de paye sa sa sa vou fat rien, fait comme moi alléz chercher du bois et fait du feu bonne de feneant. okkkkkk
    TEKI TOA 2015-06-05 19:41:00
    J'espère que le HC saura se montrer ferme en traduisant en justice les 4 réquisitionnés qui ne se sont pas présentés à leur poste.
    C lui sa 2015-06-05 13:20:00
    Espéron que la société reprendra le travail nous somme dans des période difficile en ce Moment
    Dudule 2015-06-05 11:53:00
    Quand on négocie c'est pour avoir des choses qu'on a pas ! CQFD
    Dudule 2015-06-05 11:51:00
    Ils sont manipulés par les 2 têtes de n***d de syndicalistes !
    Ça m'étonnerait que les primes pour des employés à la retraite soit dans la convention collective...
    Et revaloriser la retraite de mon grand-père qui est mort aussi non ?!!
    Dudule 2015-06-05 11:47:00
    Les grévistes disent qu''ils veulent " juste l''application de la convention collective ". Pourtant ils disent aussi "qu''ils négocient depuis des mois ". Si c''était vrai il leur suffirait d''aller à l''inspection du travail et de déposer une plainte!
    Pito 2015-06-05 08:46:00
    1/ j'espère que leurs jours de grève ne seront jamais payés
    2/ dans ce cas précis la concurrence aurait du bon.......
    3/ il faudrait que les responsables syndicaux soient poursuivis pour mise en danger de la population, il faut arrêter ces vauriens qui mettent à mal notre Fenua dans tout les domaines
    TUAHU 2015-06-05 07:35:00
    Les patrons qui ne respectent leurs signatures, les patrons qui ont le MONOPOLE du GaZ doivent être aussi dénoncé non???
    Mairenui 2015-06-05 06:14:00
    Bien sûr on ne peut pas non plus satisfaire tout le monde. Pas d''arrangement la population est comme une ballon de ping pong frappé de gauche à droite. Espérant que cela s empire pas eu fois la balle hors jeu.
    Mairenui 2015-06-05 06:08:00
    Je me à la place des salariés de gaz de tahiti cela ne doit pas être facile pour eux. Ils sont leurs raisons. Mais ce n''est pas non plus facile pour la population. Cette grève pénalise et touche tout le habitants de la Polynésie. Le monde est injuste
    MOOREA56 2015-06-05 03:27:00
    J'espère que le personnel réquisitionné est composé de Syndicalistes ,ce qui leur permettraient de connaître enfin ce qu'est le travail en entreprise. Je pense surtout que le meilleur pour nous serait de les gonfler à l'hélium et de les voir s'envoler dans une autre galaxie.
        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete