Le nouveau parti d’Édouard Fritch présenté le 20 février

    samedi 9 janvier 2016

    Près d’un an sépare les déclarations d’Édouard Fritch en avril 2015 (“Je rêve beaucoup la nuit, mais je n’ai jamais rêvé de créer un parti”) avec l’annonce de la création prochaine de son mouvement. Cette création sera actée lors d’un congrès de formation le 20 février, annonçaient hier nos confrères de Radio 1.
    Pour l’heure, les forces vives qui composent le groupe de travail en vue de la création du parti n’ont toujours pas lâché ni sa couleur ni son nom. S’il ne fait pas de doute qu’Édouard Fritch le présidera, il est impossible de dire qui seront les cadres du mouvement. Ils sont nombreux, aujourd’hui, à pouvoir en faire partie.
    Les anciens présidents de partis politiques sont forcément en première ligne. Gaston Tong Sang (ex-Porinetia to tatou ai’a), Teva Rohfritsch (ex-A ti’a Porinetia), Antonio Perez (ex-Te avei’a), Philip Schyle (ex-Fetia Api) ou encore Nicole Bouteau (ex-No oe e te nunaa). D’autres ont su se rendre indispensables depuis ces derniers mois comme Sylvana Puhetini, Maina Sage, Michel Buillard, Virginie Bruant ou Jacquie Graffe.
    Le 20 février, à la salle Aorai tini hau, c’est un suspense d’une année qui prendra fin avec la création de ce nouveau parti politique, sur les fondations posées par le groupe parlementaire à l’assemblée de la Polynésie française, le Rassemblement pour une majorité autonomiste.
    Toutes les semaines, des réunions sont mises en place avec ces membres pour définir la ligne de ce nouveau parti, mais aussi son programme. Les prochaines élections territoriales sont dans deux ans et déjà, les idées doivent être mises sur la table et les ego doivent être gérés. Il en va de la cohésion de ce nouveau parti qui devra ménager les susceptibilités au moment de constituer les listes.
    En septembre dernier, un premier congrès de mise en place avait été organisé à la mairie de Pirae. Près de 2 500 personnes étaient venues soutenir le président, avec, parmi elles, de nombreux élus municipaux. Les communes, c’est d’ailleurs le credo d’Édouard Fritch. Il joue sur sa proximité avec les élus communaux depuis le gain des sénatoriales partielles en mai 2015.

    Bertrand Prévost

    Quelques dates

    – 7 avril 2015 : premières exclusions du Tahoera’a juste avant les élections sénatoriales partielles. Nuihau Laurey, Lana Tetuanui, Putai Taa’e et Michel Buillard sont mis dehors.
    – 8 avril 2015 : le lendemain des exclusions, Gaston Flosse lance : “Les choses vont être plus claires quand Édouard Fritch prendra ses responsabilités et créera son groupe à l’assemblée et son parti politique. (…) Édouard Fritch a monté une stratégie pour casser le Tahoera’a de l’intérieur. C’est un échec. Sa fronde ne prospère pas. Il lui reste une solution, créer son groupe à l’assemblée de la Polynésie française et créer son parti.”
    – 9 avril 2015 : Édouard Fritch répond à Gaston Flosse : “Je n’en ai même pas rêvé. Je rêve beaucoup la nuit, mais je n’ai jamais rêvé de créer un parti. Mes fonctions de président du Pays m’occupent à 120 % de mon temps. Je n’ai pas le temps d’aller me défoncer à faire de la politique destructrice pour le parti. Je n’ai pas le temps pour imaginer fonder des structures. Je sais qu’en agissant ainsi, je risque de déséquilibrer ma majorité et ceux qui me soutiennent dans mon parti. (…) Je suis un homme politique normal qui aspire à répondre aux besoins de cette population. Pourquoi voulez-vous que je fasse ce que l’on me reproche alors que j’ai envie de continuer ma carrière politique et d’être réélu aux prochaines élections ? Je ne suis pas encore fou. Je n’ai pas perdu la mémoire, je n’ai pas perdu la tête. Que ceux qui m’accusent fassent leur examen de conscience avant.”
    – 3 mai 2015 : les pro Fritch remportent les sénatoriales. Les élus communaux sont divisés.
    – 6 mai 2015 : le groupe Tapura Huiraatira est créé à l’assemblée de la Polynésie française.
    – 22 mai 2015 : exclusion des membres du gouvernement Fritch du Tahoera’a.
    – 27 mai 2015 : Teva Rohfritsch entre au gouvernement et marque le rapprochement définitif des deux groupes ATP et Tapura.
    – 1er septembre 2015 : Édouard Fritch est exclu du Tahoera’a.
    – 3 septembre 2015 : Tapura et ATP font conférence de presse commune. “Nous prenons la décision de nous unir, c’est le début du processus”, annonce Philip Schyle. “L’objectif est de nous unir pour que nous disposions tous d’un même parti”, poursuit-il. ”Ce parti aura un leader, Édouard Fritch.”
    – 19 septembre 2015 : Édouard Fritch réunit tous ses soutiens à la mairie de Pirae. Près de 2 500 personnes viennent. “Si nous créons aujourd’hui une nouvelle famille politique, c’est que des choses doivent changer dans ce pays.”
    – 8 décembre 2015 : le Rassemblement pour une majorité autonomiste est créé. Le lendemain, Édouard Fritch se présente entouré de sa nouvelle majorité.
    – 20 février 2016 : le congrès du nouveau parti doit se tenir à la salle Aorai tini hau.

    Mathius 2016-01-11 18:15:00
    Fritch commet l'erreur de créer un parti politique alors qu'il est président du pays. Si il voulais avoir une chance de changer les choses il doit se tenir au-dessus des elus d'aujourd'hui qui ont toujours faillis a leur prétentions en matière de gouvernance.
    Édouard devait se mettre en retrait pour mieux avancer en 2017, et si ceux qui prétendent le soutenir sont réélus, ils pourront le réélire président du pays pour mettre en œuvre de véritables réformes. Mais voila , nous assistons encore une fois au bal des vampires.
    Et si Édouard s'invite au bal, il est sur de perdre rapidement la majorité de sa crédibilité en dansant avec les vampires.
    Et cela les deux vieux grigous Flosse et Temaru le savent très bien et attendent les rayures de la pistes de danse pour corrompre celui qui raye le parquet. Bref rien de nouveau en matiere politique au fenua..
    bof 2016-01-10 13:03:00
    sans intérêt ,d'ailleurs, pas de commentaires
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete