Le patriarche de Scilly poursuivi par le Pays

    mercredi 13 janvier 2016

    René Taputu vit sur l’atoll de Scilly avec femmes et enfants depuis plus de trente ans. Il était censé comparaître devant le tribunal correctionnel de Papeete hier, pour abus de confiance et rétention arbitraire d’un baleinier appartenant à la Polynésie française. Le sexagénaire n’a pas répondu à sa convocation.
    La Polynésie française reproche au patriarche de Scilly de ne pas avoir rendu un baleinier lors d’un ravitaillement en 2009. En effet, bien que l’atoll soit une zone protégée et qu’il soit interdit d’y vivre, René Taputu a investi les lieux avec ses femmes et ses enfants. Ils seraient désormais plus d’une trentaine à vivre
    là-bas.
    Ainsi, le Pays avait mis en place un système de navette avec des baleiniers pour ravitailler l’île et emmener les enfants à l’école. Lors d’un de ces ravitaillements, considérant qu’il lui revenait de droit de par l’obligation de service public, le patriarche a décidé de ne pas ramener le bateau. Il prétendait de ce fait assurer le service public que le Pays n’as-
    sure pas.
    L’avocat du Pays indique qu’“au bout du second baleinier, le Pays a décidé d’arrêter les ravitaillements. Cela coûtait très cher de ravitailler un atoll qui, légalement, n’aurait pas dû être habité.”
    Le conseil réclame pour la partie civile 3,4 millions de francs d’indemnités pour le vol puis la perte d’un baleinier récupéré dans un état “inutilisable”. Par ailleurs, le procureur en a profité pour rappeler la situation hors norme sur l’atoll. “René Taputu s’est érigé en roitelet de Scilly depuis plus de 30 ans. Il y a créé une communauté sur laquelle il règne en profitant de son éloignement et des difficultés à accéder à cet atoll.”

    “Esclavage moderne”

    Au parquet de rajouter : “Il y vit avec un harem, des enfants naissent là-bas sans même être déclarés, dans des conditions déplorables, sans électricité ni soins. Il cultive du paka et pêche la tortue, ce qui est illégal. Il se sert de sa fille à Tahiti pour rabattre des travailleurs qu’il fait venir de l’extérieur sans jamais les payer et qu’il exploite du lever du soleil à la tombée de la nuit. Il se comporte en véritable roitelet.”
    Une opération quasi-militaire a été organisée par le haut-commissariat les 1er et 2 juillet derniers. Ainsi, avec l’appui logistique des forces armées en Polynésie française, une mission administrative a été organisée pour rencontrer la population. Celle-ci avait pour principaux objectifs de réaffirmer la présence de l’État et des services de la Polynésie française, de recenser la population relevant de la commune de Maupiti, de dresser un bilan de la situation sanitaire et sociale sur l’atoll, d’entendre les populations et d’apporter un soutien médical.
    Suite à cette opération, une enquête avait été ouverte par le parquet pour “esclavage moderne”.
    Comme l’a rappelé le parquet lors de l’audience de René Taputu, l’instruction du dossier est toujours en cours. Par ailleurs, le procureur de la République José Thorel a conclu son réquisitoire en indiquant que “le Pays devra un jour ou l’autre prendre ses responsabilités et organiser le rapatriement de cette communauté. Il pourra compter sur le concours du haut-commissariat.”
    L’affaire a été mise en délibéré par le tribunal correctionnel, la décision de justice sera rendue le 26 janvier.

    M.-C.C.

    hot ass 2016-01-15 12:46:00
    " organiser le rapatriement de cette communauté."

    Pour en faire quoi ?
    Gonflé le nombre de SDF de papeete ?
    Pito 2016-01-13 17:59:00
    1/ aller arrêter cet homme infâme et l'enfermer derrière les barreaux.
    2/ rapatrier tout le monde sur Maupiti et scolariser rapidement les enfants.
    3/ interdire définitivement le retour sur Scilly en y détruisant tout.
    Il me semble que tout cela ne doit pas représenter de grandes difficultés !!!
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete