Le Pays dévoile la Route du sud

    mardi 19 avril 2016

    Le ministre de l’Équipement, Albert Solia, a présenté hier le projet de la Route du sud, une “quatre-voies” qui doit relier Punaauia, à Taravao.  Pour enfin faire avancer ce projet qui a plus de 20 ans, le Pays prévoit une construction par tronçons qui seraient, à terme, reliés entre eux. Pour amortir les coûts, la mise en place d’un péage est annoncée comme une nécessité.

    Vingt mille par jour : c’est le nombre de véhicules qui passent sur la route Papeete-Taravao à la hauteur de la vallée de la Punaruu, selon le ministère de l’Équipement. Les ralentissements et les embouteillages qui en résultent n’ont cessé d’empirer, reflétant l’augmentation de la population sur la côte ouest de Tahiti.

    Le Pays veut mettre derrière lui les tribulations de Te Ara Nui, le projet de route initié par Gaston Flosse au début des années 2000, enterré par Oscar Temaru en 2004 face à l’opposition de certains habitants de Punaauia, puis ressuscité par Flosse en 2013, qui voulait la faire construire par des investisseurs chinois, avant d’être de nouveau rangé dans les cartons en avril 2014 par le gouvernement Fritch. Mais les gouvernements passent et le besoin persiste. Ce sera donc la Route du sud, une “quatre-voies”, dont la mise en œuvre revient à Albert Solia, ministre de l’Équipement, de l’Aménagement et de l’Urbanisme et des Transports intérieurs.

    La route, ce n’est pas seulement une affaire de confort pour les automobilistes de Tahiti. C’est aussi, à terme, un développement économique plus équitable, au-delà de la zone urbaine de Papeete qui arrive à saturation, et le désenclavement de terres agricoles ou de lots à bâtir.
    “Partout où on peut le faire, on commence à tracer cette route”, explique Albert Solia. “Aujourd’hui, la nécessité est évidente pour tout le monde. La partie qui a le plus besoin d’avoir une route de liaison, c’est celle qui va de la Punaruu (PK 14) aux grottes de Mara’a, c’est la portion la plus utilisée. On va revoir le tracé pour limiter les impacts fonciers, changer peut-être la position de la route en altitude et en plan, pour justement voir le meilleur tracé possible, avec l’accord des maires et de la population.”

    Le ministre reconnaît qu’il va falloir refaire un état des lieux, car à Punaauia certains des terrains rachetés par le Pays dans les années 2000 ont été revendus à leurs anciens propriétaires, d’autres ont été loués, d’autres encore sont occupés : “Il faut remettre tout ça d’aplomb, mais je pense que si on pose la question à tous ceux qui habitent là, c’est attendu, c’est un vrai besoin.”
    De manière générale, “si on ne peut pas faire tout de suite la deux fois deux-voies, nous ferons deux voies, c’est-à-dire une voie dans chaque sens avec des accotements, et nous réserverons l’emprise foncière pour faire plus tard les deux voies supplémentaires”, indique le ministre.

    Les premiers travaux entre le PK 33 et le PK 42

    Dans les zones les plus densément urbanisées, explique Albert Solia, “l’idée que nous avons, c’est de faire un tracé surélevé, c’est ce qu’on voit partout dans le monde, pour toucher le moins possible de maisons, car si on fait des remblais, on atteint vite 100 mètres de largeur.” Mais ce n’est pas très esthétique, reconnaît-il. “C’est pour ça que je cherche à mettre la route contre les talus au maximum, et ne surélever la route sur pilotis qu’aux endroits très habités.” Et puis, c’est beaucoup plus cher. Le viaduc de Taravao, qui fait plus de 20 mètres de haut pour une portée de 300 mètres, a coûté
    1,6 milliard de francs.

    Créer de vraies rues

    En attendant, le Pays veut rester dans le domaine du possible, comme l’explique le ministre : “La décision du président, c’est de dire que si on attend effectivement, un, d’avoir l’argent, et deux, d’avoir les études et le foncier, ce n’est pas demain matin qu’on va démarrer. Il nous a donc demandé de déterminer, entre le PK 33 et le PK 58, les endroits où le Pays ou les communes ont la maîtrise du foncier, ou bien où il serait facile à acquérir, et surtout les endroits où il y a possibilité de bouclage avec la route de ceinture actuelle. C’est-à-dire qu’à partir de la route de ceinture, il y aurait dans un premier temps des accès à cette nouvelle route. Ce serait le cas vers la mairie de Papara, ou encore vers Atimaono.”

    “À partir du PK 33, on va faire un tracé qui va suivre l’existant (comme la route interquartiers prévue par le Plan général d’aménagement (PGA) de Papara, NDLR), et la route actuelle serait requalifiée en voirie urbaine, donc les gens vont se réapproprier la zone. Comme à Punaauia, elle pourra devenir une vraie rue où les automobilistes circulent plus lentement, avec des trottoirs, des piétons qui sont plus en sécurité avec des passages cloutés.”

    Au moins dix ans, plusieurs dizaines de milliards… et un péage

    Pour financer les premières études, notamment celles sur les tronçons les plus “faciles” de Papara à Teva i Uta, le gouvernement et le ministère de l’Équipement ont préparé une autorisation de programme qui devrait être adoptée lors du prochain collectif budgétaire.
    Albert Solia envisage également que le financement de la Route du sud provienne en partie du troisième instrument financier par lequel l’État contribue aux infrastructures. Les premières études, il y a une quinzaine d’années, parlaient de 70 milliards de francs ; une somme largement dépassée dans les estimations des ingénieurs chinois de la China Civil Engineering Construction Corporation sollicités par Gaston Flosse en 2013.

    Hier, Albert Solia se refusait à donner un chiffre global, et estime “qu’une dizaine d’années me semble raisonnable.”
    Mais il prévient : “Le gros morceau qui va du PK 14 à Paea va coûter quand même quelques dizaines de milliards. Celui-là, je pense qu’obligatoirement ce sera un chantier qui devra être fait en continu et pour lequel il est certain qu’il y aura besoin de mettre un péage.”

    C.P.

     

    Une nouvelle route Titioro-La Mission pour 2019

    “Je pense qu’on va faire des heureux, dit Albert Solia. L’objectif, c’est de créer une liaison interquartiers, pour désengorger la route principale. Il y aura également des accès pour rejoindre la zone de Mamao.” En effet, la zone comporte plusieurs écoles, ce qui génère un trafic automobile important. Le ministère de l’Équipement lance les études et espère les terminer à la fin de l’année. Trois parcelles appartiennent déjà au Pays.

    “Pour les terrains privés, l’idéal serait que nous trouvions un accord avec les propriétaires, je ne désespère pas que nous puissions négocier avec certains. Sinon, cela voudra dire une déclaration d’utilité publi
    que, ce qui prend 18 mois”, dit le ministre. Il assure que les expropriations seraient très limitées (de l’ordre d’une dizaine de maisons, NDLR). Dans ce cas, cela signifiera que les travaux débuteraient fin 2018, “pour durer au minimum une bonne année. Ça fait des années qu’on tourne autour, là on y va.” La nouvelle route fera environ 700 mètres et coûterait un milliard de travaux hors foncier.

    citoyen 2016-04-20 11:38:00
    A Te Mea, exacte ! Pour faire ce genre de travaux on doit faire appel à de grosses boîtes, encore faut il que les appels d''offres ne soient pas pipés ! Et encore exacte, quid de la voie de contournement de ppt et un train ppt Taravao ?
    TeMea 2016-04-20 10:24:00
    Si route il y a, qui la construira si ce n'est les "grosses entreprises bien connues du BTP"? Zavez une solution? le maçon du quartier? Perso je suis aussi pour le chemin de fer, avec des gares et avec des bus aux arrivées (climatisés svp), et/ou des vélos en libre service (ça ferait baisser l’obésité pai) et une route de contournement de PPT en prime serait un must..
    Tito 2016-04-19 22:42:00
    Au fait,une autre solution aussi, mettre en place un reseau de bus avec des bus qui roulent et qui ramassent les gens a horaires regulieres. Pas des bus qui stationnent sur les points de vue pour bouffer leur mcdo a la clim. CA ca reduirait la circu!
    Tito 2016-04-19 22:37:00
    Et si avant de continuer a bousiller notre ile en elargissant toujours plus les routes on arretait d''acheter des foutus 4x4 toujours plus gros et toujours plus neufs que les gens ne peuvent meme pas finir de payer..? La connerie a l''etat brut.
    MOOREA56 2016-04-19 22:28:00
    Pourquoi ne pas créer un chemin de fer plutôt qu'une route. Il y aurait le confort,la vue ,le gain de temps ,la sécurité ETC... . Ce rail permettrait d'être utilisé par les locaux ainsi que par les touristes. Je pense que l'emprise sur le sol serait beaucoup moins importante que la route et en plus les gens qui ne peuvent conduire seraient trés heureux de pouvoir se déplacer.
    Hirinake 2016-04-19 21:58:00
    SOLIA......bientot ALLELUIA pour toi tu en fais trop avec tes copains du BTP que tout le monde connait, profites-en pendant qu'il est encore temps car il y a beaucoup d'entreprises qui tirent la gueule car ils ont que des miettes.
    Il faut vraiment croire que l'Oscar et l'UPLD sont aveugles comme FRITCH qui devient complice malgre lui...quoique !!!!
    pif paf 2016-04-19 21:36:00
    Monsieur ROUTE fait des routes. C'est tout ce qu'il sait faire. Rien de surprenant.

    Quant au péage, c'est quand même mieux que de faire payer tous les contribuables.
    Aitaranui 2016-04-19 20:55:00
    "... changer peut-être la position de la route en altitude et en plan, pour justement voir le meilleur tracé possible, avec l’accord des maires et de la population.” Dixit le sinistre Solia, PEUT ETRE !!! haha, viens voir si j'y suis, tu nous trouveras sur ta route. Nous avons rencontré l'EGT à l'époque, tous les mois pour changer le tracé, on nous a répondu "peut pas faire plus" alors fais mieux STP !!!! D'abord, occupe toi des transports en commun
    OTIA 2016-04-19 20:42:00
    Prochaine législative 2017, si OSCAR dit pas de route je vote OSCAR comme en 2004.Et pourtant je ne suis pas indépendantiste.
    On dirait que Flosse est toujours là….et oui les copains d'abord n'est pas Solia…
    Aitaranui! pardon aita la route du sud…pétition...
    M 2016-04-19 17:52:00
    Solia et ce gouv veulent juste pouvoir magouiller avec le contrat de projet, la défisc et les subventions FR et UE pour arroser et s'arroser bien gras.
    On fait des routes, on se fiche des goulots d'étranglement, on fait et défait les ronds points, les feux de traffic.
    On supprime les parking, on donne des dérogations aberrantes aux nouveaux projets contre valises.
    On se fiche et contrefiche des transports en commun. On fait des routes en papiers, juste exprès pour que ça s'abime vite et la refaire.
    J'avais de l'espoir avec ce nouveau gouvernement et le départ du vieux lion pourri, je me faisais des illusions.
    Aitaranui 2016-04-19 17:23:00
    Nos archives sur notre site.
    Voilà encore la folie des grandeurs !!! Restons vigilants !!! Mais enfin !!! Sans route de contournement de la ville, nous allons tous arriver en même temps dans un entonnoir, déjà qu'il nous arrive de faire la queue de Outumaoro à Papeete quand travaux ou accidents sur la RDO il y a !!! Et puis, c'est prouvé, plus il y a de routes, plus il y a de voitures !!! Les concessionnaires vont être contents !!!
    Ceux qui disent : "il faut bien que quelques uns se sacrifient pour l'intérêt général, (entendu en face de moi en 2003/2004 lors de notre lutte contre Te Ara Nui), je les e......, pour rester polie !!! (càd plus de 600 familles sur seulement 10 kms pour TAN !!!) Évidemment, ceux là sont souvent bord de mer, peinards !!!
    Pito 2016-04-19 16:06:00
    Pourquoi pas, cette solution pourrait être interessante. Mais dans ce cas il faut développer la zone industrielle et le port de Taravao et y installer toutes les citernes de pétrole qui sont actuellement au port de fare ute. Pourtant il me semble que la solution soit de laisser ces citer mes où elles sont actuellement.........
    Je pense que dans ce dossier il faut tout repenser afin que cette route soit un vrai désenclavement pour les habitants de la zone ouest et pour les industries.
    Arrêtons de toujours critiquer et essayons de faire des choses intelligentes.
    Anamorphose 2016-04-19 15:55:00
    Tous cocus ! Et même temps rien d'étonnant, comme disait mon grand père, on a jamais vu un citronniers faire des pastèques ! Quasiment tous les membres de l'actuelle équipe dirigeante sont des bébés Flosse. Bien innocents deux qui pensaient qu'avec eux nous allions connaître une nouvelle gouvernance ! Vous croyez que le PR 40 ans à côté du vieux, il sait faire de la politique autrement ? Leurs dissensions relèvent plus du, pousses toi de la que je m'y mette, que de valeurs chevillées au corps pour une nouvelle gouvernance.
    Citoyen 2016-04-19 15:42:00
    Non seulement ça va effectivement servir à leur copains du btp, n'oublions pas que le ministre de l'équipement est un ancien dirigent d'une société bien connu de la place, mais en plus c'est une option qui va rendre le sourire à d'autres sponsors de nos politiciens, tout particulièrement ceux du secteur automobile ! A-t-on seulement fait une étude de faisabilité(économique et technique) d'un véritable transport en commun électrique entre Taravao et Papeete, avant d'envisager cette seule option ?! Transition énergétique, développement durable, intérêt général...c'est à ce point la que du blablablaaa...
    Citoyen 2016-04-19 15:33:00
    Ils veulent mettre un péage à cette route ! Il est temps que nous nous levions et que nous empêchions ce scandale ! A quoi alors on servi les dizaines de milliards de TSGTR(Taxe Spéciale pour les Grands Travaux et ROUTES !) que nous avons payé et que nous continuons de payer ?! Qu'est-ce qu'ils ont fait de nos sous ?
    brainless 2016-04-19 15:22:00
    et allez encore une belle connerie de plus, pour favoriser les grosses boites du BTP, au lieu de s'occuper de cette jeunesse totalement désœuvrée, vous voulez une solution pour avoir moins de véhicule sur les routes de Tahiti?

    DELOCALISEZ VERS LES AUTRES ILES
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete