Le plan de relance avance

    jeudi 2 octobre 2014

    Nuihau Laurey, vice-président du Pays, et Jean-Christophe Bouissou, ministre de la Relance économique, ont tenu une conférence de presse hier. Le bilan des mesures du plan de relance fait état d’un taux de 75 % d’exécution, alors que certaines ont été oubliées. Alors que le dossier Mahana Beach a été évoqué, le président du groupe chinois Forebase est actuellement au fenua pour d’autres projets, dont peut-être le golf de Moorea.
     
    On a presque envie de prendre la respiration à sa place. Les phrases s’enchaînent à une allure folle. Les yeux rivés sur son document de travail, Nuihau Laurey, vice-président de la Polynésie française et ministre des Finances notamment, fait le bilan du Plan de relance, lancé il y a six mois par l’ancien gouvernement dont il faisait déjà partie.
    Lors de cette conférence de presse d’après-conseil des ministres, qui s’est tenue hier midi dans une salle de l’aile gauche de la Présidence, Nuihau Laurey, accompagné de Jean-Christophe Bouissou, ministre de la Relance économique, a sorti un chiffre : 38. C’est le nombre de mesures, sur les cinquante du Plan de relance, qui auraient été ou seraient en cours d’être réalisées, soit 75 % d’exécution.
    Ça, c’est le discours officiel. Car, en regardant de plus près le dossier de presse identifiant ces mesures, leur numéro, leur délai de mise en œuvre, le service instructeur et l’état d’avancement, on dénombre seulement 29 mesures. “Sans doute une histoire de mise à jour”, dit-on à la Présidence. Téléphone, retéléphone. Appel, pas rappel. En vérifiant avec une source proche du dossier, il semblerait en fait que le ministre était presque dans le vrai, à ceci près que trois mesures, qui sont en cours d’exécution, auraient été oubliées. Ce qui porterait finalement à 41 le nombre de mesures exécutées (lire ci-dessous).
     
    Les délais de paiement aux entreprises réduits
     
    “Dans le domaine de la relance économique, on a des indicateurs qui sont positionnés au vert, commente Nuihau Laurey. On a vu la publication des chiffres sur le tourisme, sur les immatriculations de véhicules, sur la commande publique + 60 %… le seul point qui nous semble encore susceptible d’être encore amélioré, c’est la création d’emploi.”
    Et de poursuivre sur l’amélioration des comptes du Pays : “La situation s’est nettement améliorée. Le Pays ne se pose plus la question chaque mois comment il va payer ses fonctionnaires, ses fournisseurs”. Rappelant qu’en 2012, le pays était proche du “dépôt de bilan” mais qu’aujourd’hui il a une “capacité d’autofinancement de 2 milliards”, projetant une amélioration de 50%.”
    Autre point de satisfaction du côté de Nuihau Laurey : “Les délais de paiement des entreprises qui travaillent pour les services du Pays ont été considérablement réduits” “de 86 à 45 jours. Ce n’est toujours pas suffisant. On poursuit dans ce sens, un certains nombres d’actions prévues dans le cadre du budget 2015, qui sera présenté à l’Assemblée dans les semaines qui viennent.”
    D’ici là, on en saura peut-être un peu plus sur le nouveau Plan de relance, qui est actuellement dans les cartons. Un nouveau plan qui se voudrait être comme une nouvelle bouffée d’oxygène.

     Karim Mahdjouba

    Lire aussi les interviews de Niuhau Laurey et Jean-Christophe Bouissou dans notre édition du jeudi
    2 octobre

     

    Les 9 mesures qui ne sont pas encore effectuées

    – L’amélioration de la desserte aérienne
    – Réduction du coût du transport aérien
    – Création d’un aérodrome de dégagement
    – Redéfinition du futur complexe portuaire de Faratea
    – Redynamisation des filières de pêche côtière et lagonaire
    – Création par le pays et l’Etat d’un centre de recherche à Pae
    – Généralisation et mise en oeuvre de la responsabilité élargie des producteurs (REP), pour créer, organiser et financer les filières de traitement spécifiques à chaque catégorie de déchets (véhicules, pneus, piles, … ).
    – Établissement et mise en oeuvre d’un programme pluriannuel de formation et de sensibilisation des enseignants aux problématiques environnementales
    – Redéfinition des dispositifs de régulation et de péréquation des prix des hydrocarbures dans le cadre des différentes activités économiques.

    Pas de Prime à la casse

    La prime à la casse demandée par les concessionnaires automobiles (lire notre édition du mardi 30 septembre) ne sera pas remise ne place. C’est ce qu’a annoncé Nuihau Laurey hier. La raison ? “Elle ne permet pas de doper durablement la vente des véhicules. Au contraire, c’est une disposition qui est réduite dans le temps. On a remarqué que, lors de cette procédure, qui a été mis en place dans le temps, les ventes s’écroulaient après la fin de la mesure.”
    Pour autant, le vice-président ne refuserait pas d’aider le secteur : “On a proposé aux concessionnaires de réfléchir à un schéma gagnant-gagnant. Au niveau du Pays, on baisse les droits sur un certain nombre de véhicules, notamment les moins chers, avec en contre-partie une baisse des marges qui sont répercutées par les concessionnaires.”

    tahitinui 2014-10-03 06:00:00
    Vive le nouveau gouvernement. Y a plus la crise depuis longtemps. On respire enfin.
    teivatane 2014-10-03 05:29:00
    Et la crise recule, c'est ça, on y croit .....
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete