Le président de l’Assemblée en faveur de la suppression du Sénat

jeudi 29 janvier 2015

Coup de colère inédit : le président UMP du Sénat, Gérard Larcher, refuse de travailler sur des propositions communes avec son homologue PS de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, qui souhaite supprimer la Haute Assemblée sous sa forme actuelle et lui a répliqué de « garder son sang-froid ».
La dispute, qui ne touche pas au travail législatif entre les deux assemblées, a pris de l’ampleur au cours de la journée.
M. Larcher, pourtant plus connu pour son sens du consensus que pour des coups d’éclat médiatiques, a vu rouge en entendant M. Bartolone répéter jeudi matin, sur BFMTV et RMC, être en faveur de la suppression du Sénat sous sa forme actuelle. En outre, le dirigeant socialiste ne s’est pas montré solidaire de la deuxième chambre du Parlement, épinglé la veille au soir pour son train de vie dans un documentaire de France 3.
Le sénateur des Yvelines a alors décidé de ne plus collaborer avec M. Bartolone dans le cadre de la mission confiée le 20 janvier aux deux hommes par François Hollande sur « l’engagement républicain et le sentiment d’appartenance à la nation ».
« Il n’est plus possible de travailler en commun » car « nous n’avons pas la même conception des institutions », a déclaré à l’AFP M. Larcher, qui répondra « directement » à la demande du chef de l’État. 
Dans l’après-midi, des représentants de tous les groupes du Sénat, y compris le socialiste Jean-Pierre Sueur et l’écologiste Jean-Vincent Placé, sont montés au créneau, lors de la séance des questions au gouvernement, pour prendre la défense de leur institution.
Piqué au vif, Claude Bartolone a pris sa plume pour demander à Gérard Larcher, dans une lettre que s’est procurée l’AFP, de ne « pas perdre son sang-froid » et de ne pas « fracturer, au bénéfice de petits calculs électoraux, la précieuse unité nationale ».
En proposant de fusionner le Sénat avec le  Conseil économique, social et environnemental -une idée du général de Gaulle rejetée par référendum en 1969-, Claude Bartolone n’a fait que confirmer ce qu’il avait écrit il y a quatre mois dans son livre « Je ne me tairai plus ».

AFP

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete