Le procés des emplois cabinets sous GTS renvoyé

    mardi 20 octobre 2015

    Le procès du maire de Bora Bora et ancien président du Pays, Gaston Tong Sang, et de ses anciens ministres Fernand Roomataaroa et Clarenntz Vernaudon a été renvoyé ce matin par le tribunal correctionnel de Papeete. Le nouveau juge d’instruction chargé de l’affaire souhaite étudier plus avant le dossier qui est donc renvoyé au 17 mai 2016.
    Les protagonistes  doivent être jugés pour “détournements de fonds publics par personnes dépositaires de l’autorité publique”.
    Il leur est reproché d’avoir embauché ou reclassé de façon injustifiée une vingtaine de personnes en répartissant les postes entre le ministère de l’Agriculture de Fernand Roomataaroa et le ministère des Sports de Clarenntz Vernaudon. Lors du procès, le Pays doit se porter partie civile. L’accusation estime que ces emplois auraient été des emplois fictifs destinés à des fins politiques et pour complaire entre autres à l’Aia Api d’Émile Vernaudon.
    Ce dernier avait d’ailleurs été entendu en tant que témoin assisté dans cette affaire, notamment du fait de sa possible influence dans la constitution du cabinet de Fernand Roomataaroa. Ce dernier avait été nommé ministre de l’Agriculture peu après son entrée au Ai’a Api. Il remplaçait Haamoetini Lagarde, elle aussi entendue en tant que témoin assisté. L’ancienne ministre devait, quant à elle, être recrutée en tant que conseillère technique auprès du président Gaston Tong Sang.
    L’autre condition était que les 14 membres du cabinet de cette dernière restent au gouvernement.
    Onze d’entre eux ont été assignés au ministère de l’Agriculture tandis que trois autres ont été ajoutés au ministère de Clarenntz Vernaudon.

    Sureffectifs plutôt qu’emplois fictifs

    Ainsi, le ministère de l’Agriculture aurait tourné pendant quelques mois avec une vingtaine de personnes. Ce volume avait été dénoncé par l’opposition, dont l’élue Tahoera’a Lana Tetuanui, qui avait indiqué devant l’assemblée : “Nous avons toutes les raisons de croire que le choix de composition de ces cabinets ministériels ne se fait pas sur la base  de la  compétence des personnes.” Fernand Roomataaroa avait lui-même révélé ce sureffectif dans une interview aux Nouvelles de Tahiti. “Il m’a imposé le personnel de Haamoetini Lagarde, avait-il déclaré. Et ce ne sont pas toujours des personnes qui bossent. (…) Dans le ministère, quand je suis arrivé, ils étaient une vingtaine, j’en ai récupéré 15 et Clarenntz le reste. Et sur les 15, il y en avait deux ou trois qui savaient travailler et tous les autres, c’est du social. Ce n’est pas ce que je veux. Ils n’ont pas été recrutés en fonction de leurs capacités et de leurs compétences dans le domaine de l’agriculture.”
    Suite à cela, une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet, puis, en 2010, une information judiciaire avait été confiée au juge d’instruction pour des faits présumés de détournement de fonds publics.   Gaston Tong Sang conteste le terme d’emplois fictifs et préfère parler de “sureffectifs”.

    M-C.C.

    Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER 2015-10-21 18:00:00
    "Le nouveau juge d'instruction chargé de l'affaire souhaite étudier plus avant le dossier qui est donc renvoyé au 17 mai 2016"

    Whaouh, Bravo Laurent MAYER pour cette étude plus approfondie et en ce jour anniversaire de la fausse-flosse élection du 22 octobre 2004, voici cet autre dossier à approfondir :

    "Le président de « la Polynésie française » Royaume de Tahiti, le 12 août 2015
    René, Georges, HOFFER
    Prisonnier politique du 22/06/2010 au 19/08/2010
    BP 13722 – PUNAAUIA – 98717
    « La Polynésie française »
    Tél (689) 8 7777 1 7 0 rollstahiti@gmail.com
    A qui de Droit

    Monsieur le magistrat français expatrié, juge d’instruction dans les EFO
    Laurent MAYER


    OBJET : L’affaire Haddad-Flosse refait surface (La Dépêche de Tahiti samedi 8 août 2015 n° 16 873



    Monsieur Laurent MAYER,

    Ce sont à nouveau les médias qui m’apprennent la nouvelle quant au dossier ci-dessus.

    Pour parfaite information je te transmets ici mon information d’après le 16 avril 2015 que la secrétaire de Monsieur Philippe STELMACH avait alors refusé d’enregistrer, en tout cas d’y apposer un tampon de bonne réception, ainsi que la première page de mon intervention du 9 juillet 2014.

    Au cas où ton prédécesseur aurait occulté ou détourné mes interventions même après la correction judiciaire qu’il a subie en juin 2014, je te transmettrai bien sûr, sur simple demande - de préférence par e-mail à rollstahiti@gmail.com -, à nouveau l’entier historique de mes interventions depuis décembre 2011, ou, plus simplement, pourrai te les remettre en main propre.

    Un autre usurpateur suite à sa participation à la fausse-Flosse élection avérée du 22 octobre 2004 comme jugé le 13 janvier 2013 quant à « l’achat » d’une des 29èmes voix (Noa TETUANUI), fait également l’objet ces dernières heures de l’attention des médias. Je te transmets ci-joint quelques documents où à l’époque de l’impunité anosognosique, en 2004 donc, Monsieur Edouard FRICH avait déjà fanfaronné : « Je vois mal la cour me condamner à rembourser ».

    Mais c’était avant ton arrivée et celle de Monsieur François BADIE bientôt, un spécialiste des affaires de corruption est-il annoncé, qui ne manquera pas de commencer par s’intéresser à la double devise de blanchiment/bronzissement/noircissement franco-républicano-colonialo-française, les francs des colonies françaises du Pacifique qui permettaient plus facilement toutes ces couvertures étatiques.pour les Edouard FRITCH et consorts depuis des décennies.

    Avec Honneur





    Le président de « la Polynésie française », des françaises et des français
    René, Georges, HOFFER

    - Mon courrier du 9 juillet 2014.
    - Mon courrier non tamponné post 15/16 avril 2015.
    - Les Nouvelles de Tahiti des 3 et 4 septembre 2004.
    - L’Hebdo du 2 au 8 septembre 2004.
    - Articles de To’ere d’août 2004
    - Article de La Dépêche du 2 septembre 2004."
    LOLO98719 2015-10-21 13:49:00
    Pour chaque dossier 7 mois, donc 7 mois pour prendre une relève, c'est de la bouffonnerie, du foutage de gueule ou de l'incompétence..........peut être du professionnalisme exacerbé en tout cas ne pouvons que constater les lenteurs de la justice. Celle ci est beaucoup plus rapide pour le citoyen lambda. Quelque soit le verdict, car chacun est considéré innocent tant qu'il n'a pas été jugé, c'est exaspérant...........
    totarahuehue 2015-10-20 12:48:00
    Pkoi repousser à Mai 2016 conruption !!!! Et pourquoi a Flosse c''est vite fait et à lui sa trainé
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete