Le projet Ecoparc est lancé

    vendredi 28 août 2015

    La société Ecoparc a présenté son projet du même nom, hier à la Maroto, en présence du ministre du Tourisme, de représentants
    des communes concernées et de trois associations. Il s’agit d’implanter, au cœur de l’île de Tahiti, un pôle d’attraction international qui proposera de nombreuses activités pour attirer un large panel de touristes et visiteurs locaux. Pour un investissement total de 14 milliards de francs, les travaux devraient débuter en juillet 2016, et la mise en service est prévue pour avril 2018.

    Faire de la vallée de la Papenoo un pôle d’attraction de renommée internationale, tel est l’objectif du projet Ecoparc. Il a été présenté hier à la Maroto par la société éponyme constituée par Jean-Claude Teriierooiterai, Alban Ellacott et Dominique Auroy. Dans les grandes lignes, il s’agit d’implanter, dans ce lieu chargé d’histoire et à la nature verdoyante, des infrastructures permettant de donner accès à une large gamme d’activités -du ludique à l’éducatif, en passant par le culturel et l’environnemental- pour séduire tout type de clientèle (lire en encadré). Un projet d’envergure qui représente un investissement de 14 milliards de francs, dont 10,35 milliards en investissements privés et 3,65 milliards en investissements publics (Pays et État). Il devrait, à terme, créer 400 emplois directs et 800 emplois indirects. Présenté la semaine dernière en conseil des ministres, l’Ecoparc, mais qui n’en est qu’à ses prémices, reçoit déjà l’adhésion du maire de Hitia’a o te Ra et du gouvernement, comme l’a réaffirmé hier Jean-Christophe Bouissou, le ministre du Tourisme : “Ce projet est magnifique parce qu’il respecte l’environnement, mais aussi parce qu’il met en valeur le Polynésien et la culture polynésienne.” Le Pays est d’ailleurs partie prenante. Il se chargera entre autres de refaire la route de la Papenoo et de rouvrir le tunnel vers la vallée de la Vaihiria, afin de pouvoir disposer d’une route traversière entre la côte Est et la côte Ouest.

    La première étape : un comité de pilotage

    Hier, la question de l’impact environnemental a été soulevée. Car avec le réaménagement de la route, la construction d’un hôtel 5 étoiles et d’un golf de 18 trous pour ne citer que ça, le projet Ecoparc “rend la population mitigée”, explique Vetea Avaemai, maire-délégué de Papenoo. “Ils s’inquiètent pour l’environnement, mais en même temps ils trouvent bien que ça crée des emplois.” Les associations environnementales Haururu et Te Ana o Pae et l’association de chasseurs Vaituoru Nui, présentent hier, affirment être en faveur du projet, “mais on surveillera quand même le côté environnement”, confie Mike Teuira, le président de l’association Te Ana o Pae.
    Pour rassurer les dubitatifs, “on a précisé que la phase numéro un de ce projet est un comité de pilotage”, explique Dominique Auroy, l’un des directeurs généraux d’Ecoparc. “Ce comité va être créé dans le mois qui vient et toute décision, tout projet, tout plan, sera soumis à ce comité pour que chacun puisse y apporter sa réflexion et ses conseils. Et par l’information, je pense que tout le monde sera rassuré parce que les gens se rendront compte de la réalité de la prise en compte des problèmes d’environnement. On ne fait pas un Ecoparc si on abîme l’environnement, ça serait un non-sens.” Le début des travaux est prévu pour le mois de juillet 2016, pour une mise en service dès avril 2018.
    Vaiana Hargous

    L’Ecoparc dans le détail

    Projet de grande ampleur qui a pour but de dynamiser ce centre de l’île de Tahiti, l’Ecoparc regroupe de nombreuses activités afin de satisfaire un large panel de visiteurs, touristes et locaux.

    – L’attraction majeure : la télécabine
    Il est prévu qu’elle soit installée entre le centre du parc et le mont Fare Fenua, qui culmine à
    1 000 mètres d’altitude, afin d’offrir une balade de 10 minutes dans les airs pour apprécier le panorama de la caldeira.

    – Une découverte culturelle
    La création d’un centre culturel est également au programme avec la reconstitution d’un village polynésien sur les vestiges archéologiques présents au cœur de la vallée. Celui-ci accueillera un centre artisanal où les artisans pourront produire leurs œuvres ; un village agricole dédié aux cultures vivrières tel le taro ; un espace d’animations culturelles pour développer la production artistique ; et un musée.

    – Une découverte écologique
    Côté nature, le premier jardin botanique d’altitude sera créé. Des chemins seront aménagés pour découvrir les arbres et plantes de Tahiti, ainsi que des sentiers pour accéder aux principaux sites remarquables.

    – Une découverte éducative
    La création d’un centre historique et ethnographique permettra d’accueillir des classes vertes, une salle de conférence et un musée.
    – Une découverte sportive et divertissante
    Le mont Fare Fenua accueillera une piste de décollage de parapente et le site en lui-même permettra de faire des balades en VTT, du canyoning, et de profiter d’un toboggan naturel et de baignades en rivière. Pour le divertissement, il est prévu une luge d’été, des toboggans et une zone d’activités pour enfants.

    – Golf d’altitude
    Ecoparc souhaite attirer les golfeurs internationaux en Polynésie en construisant un golf de 18 trous en altitude, sur une emprise de 50 hectares. Celui-ci viendra augmenter l’offre golfique déjà existante à Tahiti et Moorea.

    – Un centre de recherche universitaire international
    Le cœur de la Papenoo a un potentiel d’étude et de recherche immense, avec ses 300 marae, ses pierres géologiques ainsi que sa faune et sa flore. Ecoparc souhaite donc également devenir une référence mondiale en termes de recherche archéologique, culturelle, etc.

    – Hôtellerie
    Pour héberger les locaux et les touristes, le relais de la Maroto sera transformé en hôtel 3 étoiles composées de 50 unités hôtelières. Un hôtel
    5 étoiles d’une capacité de 100 chambres sera construit au milieu du parcours de golf et à proximité du centre de thalassothérapie.

    – Un centre de thalassothérapie
    Des sources naturelles, gazeuses et ferrugineuses existent au cœur de l’île. Un centre de détente, massage et spa sera donc créé dans cet environnement. Il sera alimenté par les eaux gazeuses et ferrugineuses de la vallée. Des massages et bains aux plantes traditionnelles seront également proposés.

    – Autres structures annexes
    Et parce que toutes ces activités ouvrent forcément l’appétit, plusieurs points de restauration sont prévus, du restaurant gastronomique à la buvette, en passant par la restauration rapide.
    Et une boutique permettra aux visiteurs de repartir avec un souvenir.

    sandrine lecomte

    tari 2015-08-28 16:08:00
    Trop ambitieux..en definitive, les structures ne vont pas être entretenues...fermeture et abandon des lieux. Comme en temoignent les nombreuses structures hoteliere du pays. Projet destiné à une certaine classe...Le randonneur lambda ne s'y retrouvera pas!
        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete