Habillage fond de site

Le ras-le-bol des riverains de Outuarea

jeudi 12 juillet 2018

Alcool, nuisances sonores, violences le site de Hotuarea est une fois la nuit tombée un lieu de rassemblement sauvage pour les fêtards.

Malgré un arrêté municipale pris en 2014, et interdisant les rassemblements sauvage sur la zone, le quotidien des riverains de Outuarea ne s’est pas amélioré.

Alcool, nuisances sonores, violences, ou encore course improvisée de scooter, une fois la nuit tombée le site de l’ancien flamboyant à Outuarea à Faa’a devient un lieu de rassemblement sauvage pour les fêtards.

Bélina Céran Jérusalémy, résidente du quartier Boyer, excédée par toutes ces nuisances et victime en septembre dernier d’une agression sur le parking  souhaite retrouver de la tranquillité et du calme dans son lieu de vie. “Tous les jours, il y a des gens qui viennent sur le site et qui se mettent à boire avec la musique pour tout le monde. Sans parler de tous les déchets qu’ils laissent sur place. Et quand tu essayes de discuter avec eux, ils se montrent violents. Ce n’est plus supportable !”, a-t-elle insisté.

Un arrêté municipal a bien été pris en 2014 par la commune de Faa’a. Ce dernier interdisait les rassemblements nocturnes sur le site de Outuarea de 23 heures à 6 heures du matin. Mais comme il est précisé à l’article 2 du dit arrêté, “cette interdiction entrera en vigueur dès sa matérialisation par des signalisations appropriées.” Ce qui manque encore à l’heure actuelle sur la zone. 

 

Un accès restreint au site dans les prochains jours ?

 

Bélina, également présidente de l’association Marutaha nui, a donc interpellé ce jeudi la municipalité de Faa’a, et le service du Tourisme, qui gère l’espace de Outuarea depuis mai 2017, à prendre des dispositions, et à installer des panneaux d’interdiction d’accès dans les plus brefs délais.

“Nous avions déjà nos panneaux d’interdiction que nous avons soumis au service du Tourisme pour que l’on puisse les installer”, a précisé Charles Vanaa, responsable de la sécurité et du citoyen dans la commune. Puis ce dernier d’indiquer, “mais nous avons essuyé un refus du service pour une histoire de logo sur nos panneaux.”

Pour palier à l’absence de signalisation et garantir la sécurité des riverains, les mutoi de Faa’a et la gendarmerie travaillent en étroite collaboration avec l’association Marutaha nui de Bélina depuis un mois. “Nous avons fermé et expérimenté depuis quatre week-ends le site de l’ancien flamboyant de 23 h à 6 h du matin avec l’aide des gendarmes et de la police municipale. Ça nous a un peu soulagé”, a assuré Bélina.

De son côté un représentant du service du Tourisme a affirmé que les panneaux signalant l’accès restreint au site de Outuarea pourraient être installés dans les jours à venir. En attendant la fermeture définitive du site qui pourrait intervenir en septembre prochain, et le début des travaux de réaménagement du site de l’ancien flamboyant.  “À ce moment là, on nous a dit qu’on serait tranquille pendant un an”, a confié soulagé Bélina.

 

D.T.

Désiré Teivao
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete