Le représentant Félix Faatau mis en examen

    jeudi 7 avril 2016

    Le représentant (Rassemblement pour une majorité autonomiste) à l’assemblée de la Polynésie française et ancien maire de Huahine, Félix Faatau, a été mis en examen, hier matin, pour détournement de fonds et de biens publics, prise illégale d’intérêts et abus de confiance, à l’issue d’une matinée d’audition dans le bureau du juge d’instruction Laurent Mayer.
    Comme La Dépêche de Tahiti le révélait le 18 mars, l’élu est la cible d’une information judiciaire et avait été entendu en garde à vue par les enquêteurs il y a quelques semaines. Félix Faatau est soupçonné de multiples faits qui se seraient déroulés lorsqu’il était tavana de Huahine. D’abord, d’avoir fait appel à un entrepreneur privé pour réaliser des travaux chez des administrés. Chantiers qui auraient, dans la foulée, été facturés à la commune. Mais aussi d’avoir utilisé le bus municipal et son chauffeur (payé sur les deniers publics), pour les mettre à la disposition de la société de transport scolaire gérée par sa fille. L’entreprise aurait ensuite adressé les factures à la mairie.
    Les griefs ne s’arrêtent pas là puisque l’ex-tavana aurait également conservé dans sa poche une importante somme en liquide versée par un gérant de pension de famille et censée payer, à la régie municipale, la facture d’eau de l’établissement. Il est, enfin, soupçonné d’avoir également empoché des chèques d’une association.
    Son avocat, Me Smaïn Bennouar, n’a pas souhaité s’exprimer sur la mise en examen de son client, “réservant ses explications” au tribunal correctionnel si Félix Faatau devait y être renvoyé. Une juridiction connue de l’élu, puisqu’elle l’avait condamné, en juillet dernier, à un an de prison avec sursis pour favoritisme. Il avait “saucissonné” des appels d’offres, portant sur la construction de fare, alors qu’il dirigeait la commune, au profit d’une entreprise que dirigeait l’un de ses amis.

    J.-B. C.

    Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER 2016-04-07 14:46:00
    Vu sur www.tahititoday.com/confidences.htm
    "Lundi 21 mars


    L'action de l'OPT vue par le RMA Felix Faatau

    Tournons-nous à présent vers l’avenir !

    C’est ce que s’emploie à faire la nouvelle direction générale depuis 2015. Elle a notamment tiré partie des recommandations de la Chambre territoriale des comptes qui, dans son dernier rapport, insistait sur la mise en place d’outils de Gestion par la Performance. De sorte que les objectifs assignés aux sept directeurs puissent être mesurés à tout instant et effectivement réalisés.

    De manière plus globale, l’action du groupe OPT s’inscrit désormais dans le cadre du Plan Ambition 2020 porté par le Pdg, Jean-François Martin, conformément à la feuille de route fixée par la tutelle, à savoir : le président du Pays Edouard Fritch et le conseil d’administration.

    Il s’agit en effet de conforter l’OPT dans son rôle de moteur de l’économie numérique, symbole de l’excellence et par-dessus tout, acteur du désenclavement au bénéfice des populations les plus isolées.

    Trop souvent cantonnée au rang d’entreprise monopolistique, on a tendance à oublier cette dimension insulaire qui caractérise l’Office fort de ses 87 bureaux de postes disséminés aux quatre coins de la Polynésie, avec pour mission vitale de réaliser des opérations aussi diverses que postales, bancaires et télécoms. Le tout, encore faut-il préciser, sans aucune subvention versée par la collectivité…

    Combattre la fracture numérique, reste le principal défi de l’OPT, avec une pensée particulière pour nos archipels éloignés. Cette ouverture sur le monde aura des retombées certaines sur la qualité de l’enseignement ou encore pour une amélioration de la prise en charge des malades au travers la télémédecine.

    Et je ne parle même pas des accrocs à internet pour qui la toile est source de connaissances ou encore l’unique moyen d’échanger avec autrui à moindre frais. Ne serait-ce que pour satisfaire à des formalités administratives sans devoir prendre l’avion jusqu’à Papeete…

    Mais il y a un revers à la médaille ! Ou plutôt deux…

    Tout d’abord, le coût des prestations de l’OPT est jugé encore trop élevé pour le citoyen lambda et nous ne pouvons que redouter de voir la concurrence rogner des parts de marché supplémentaires. C’est pourquoi, il nous faut saluer la dernière offensive commerciale qui associe dorénavant la télévision à la téléphonie sous l’appellation Vinibox avec, à la clé, des débits bien supérieurs.

    Ensuite, l’usage du téléphone portable ou de l’ordinateur dans les foyers a sensiblement accru le niveau d’exigences des consommateurs. Il suffit d’écouter le tollé provoqué par une coupure de réseau à Tahiti ou dans les îles, quand bien même celle-ci est indépendante de la volonté du groupe OPT.

    Aussi, l’Office doit plus que jamais apporter la démonstration qu’il est entièrement dévoué et à l’écoute de sa clientèle. D’où une première décision de renforcer les moyens de communication, en interne comme en externe, ainsi que lors de grands événements - comme le dernier Fifo par exemple - qui contribuent au rayonnement de notre Fenua.

    Il lui faut surtout maintenir, voire accroître le rythme de ses investissements pour offrir ce qu’il y a de mieux. C’est tout l’enjeu de l’énorme chantier en cours « Fiber to home », sorte de maillage par la fibre optique que semble d’ailleurs apprécier la concurrence, la même que celle qui plébiscitait jusqu’ici la technologie sans fil.

    Sept années après la pose du câble sous-marin Honotua reliant Hawaii à la Polynésie française, qui aura quand même coûté la bagatelle de 9 milliards de francs pacifique, force est d’admettre que notre dispositif de connexion au reste du monde, est encore perfectible.

    Les capacités satellitaires étant hors de prix, la décision a donc été actée par les instances dirigeantes de rajouter deux liaisons supplémentaires : l’une pour sécuriser Honotua en cas de dysfonctionnements, et renforcer du même coup notre attractivité en tant que potentiel hub numérique du Pacifique sud ; l’autre en direction des archipels éloignés afin de parachever l’œuvre de désenclavement.

    C’est d’ailleurs en ce sens que le 4 février dernier à Auckland, en présence des plus hautes autorités néo-zélandaises, de Niue et de Tokelau, le président de la Polynésie française a signé un accord de coopération relatif à un projet international de connectivité du Pacifique. Ensemble, les dirigeants polynésiens ont partagé une vision commune d’un accès internet à très haut débit fiable et abordable pour les populations. D’ici la fin juillet, des solutions devraient être présentées aux gouvernements concernés.

    Au regard de tout ce qui vient d’être dit, félicitons-nous, mes chers collègues, de voir le groupe OPT se ressaisir dans l’adversité, remobiliser son personnel et réaffirmer sa place d’opérateur historique grâce à un savoir-faire que nul ne peut lui retirer."
    Et c'est parti pour le "savoir-faire" hohohohohohoho
    rollstahiti@gmail.com
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete