Le risque Ébola écarté, le paludisme suspecté

    mercredi 25 mars 2015

    Afrique, fièvre, décès. Il n’a fallu que ces quelques mots pour que le doute s’installe suite au décès d’un homme, lundi, vers 13 h 30, dans un appartement du quartier du commerce, à Papeete.
    Rapidement, il a été émis l’hypothèse, sur les réseaux sociaux notamment, que cette personne,  un militaire français, âgé de
    30 ans, de retour d’opération extérieure (Opex) en Centrafrique, était atteinte d’Ébola, un virus qui a causé la mort de plus de 10 000 personnes en Afrique de l’Ouest, selon l’Organisation mondiale de la santé.
    Mais cette hypothèse a été levée, hier, par les médecins Xavier Malatre, chargé de mission auprès du directeur de la santé, et Henri-Pierre Mallet, responsable du bureau de veille sanitaire, lors d’une conférence de presse organisée dans une salle de la direction de la santé, à Papeete.
    “On a reçu le signalement d’une personne décédée à son domicile”, explique Henri-Pierre Mallet, qui a examiné le corps du défunt, lundi, vers 19 heures.
    “Après investigations rapides, on a pu confirmer que cette personne n’avait pas du tout fréquenté des pays affectés par Ébola. Elle avait séjourné en Afrique mais dans d’autres pays. Elle n’est pas du tout à risque d’avoir contracté Ébola.”
    Plusieurs hypothèses ont été évoquées : “Le paludisme est la pathologie la plus commune en Afrique, on a eu l’expérience déjà d’un militaire polynésien revenu en permission avec un paludisme dit d’importation. C’est un diagnostic fréquent et le paludisme peut tuer s’il n’est pas soigné à temps. C’est la première hypothèse : la personne avait de la fièvre (elle était souffrante depuis 4 ou 5 jours, NDLR), ce sont des signes d’infection compatibles avec le paludisme, c’est ce que l’on suspecte en premier. Maintenant, il y a d’autres maladies infectieuses qui peuvent être évoquées, mais pour l’instant, on n’en sait pas plus. Mais encore une fois, il n’y a pas de risque de maladie contagieuse de type Ébola.”
    L’hypothèse de “paludisme aigu” est également partagée par le parquet de Papeete.
    Une autre possibilité, comme le fait d’avoir contracté “la leptospirose ici, à Tahiti”, a été évoquée.

    Lire l’article en intégralité sur La Dépêche de Tahiti de mercredi 25 mars ou sur notre feuilletage numérique.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete