Le suspect n°1 dans le meurtre de Nemtsov clame son innocence et dit avoir été torturé

mercredi 11 mars 2015

L’ancien policier tchétchène et principal suspect dans l’assassinat de l’opposant russe Boris Nemtsov clame désormais son innocence, selon une commission russe des droits de l’homme qui l’a vu en cellule et qui a déclaré mercredi que ses aveux avaient pu lui être soutirés sous la torture.
C’est la première fois que des déclarations complètes de Zaour Dadaïev, 31 ans d’après la presse russe, parviennent de la prison de Lefortovo où il est incarcéré pour le meurtre présumé, il y a plus de deux semaines, de l’ex-vice-Premier ministre, un assassinat condamné par la communauté internationale.
Un membre du Conseil consultatif pour les droits de l’homme auprès du Kremlin, Andreï Babouchkine, et une journaliste et militante des droits de l’homme, Eva Merkatcheva, ont pu mardi rendre visite au suspect pour examiner les conditions de son arrestation et de son incarcération.
« Il y a des raisons de croire que Zaour Dadaïev a avoué sous la torture », a déclaré M. Babouchkine à l’AFP.
« Nous ne pouvons pas affirmer qu’il a été torturé (…), mais nous avons découvert de nombreuses blessures sur son corps », a-t-il indiqué, évoquant notamment des « écorchures » provoquées par des menottes sur les poignets et les jambes.

M. Dadaïev, policier dans une unité des forces spéciales tchétchènes jusqu’au 28 février, le lendemain de la mort de Nemtsov, a affirmé à ses visiteurs avoir passé « deux jours, menotté et un sac en tissu sur la tête » après son arrestation. Il s’est également plaint d’avoir, pendant 48 heures, été privé de nourriture et de n’avoir alors pu boire que « trois ou quatre gorgées d’eau ».
Le président de la Commission de contrôle publique de Moscou, Anton Tsvetkov, a pour sa part affirmé qu’aucune preuve de violences physiques ou de tortures n’avait été trouvée à l’issue d’un examen médical de Zaour Dadaïev et de deux autres accusés, Anzor et Chaguid Goubachev.
Le Comité d’enquête russe, chargé de l’enquête sur la mort de Boris Nemtsov, a mis en garde contre l' »ingérence inadmissible » des défenseurs des droits de l’Homme dans l’enquête et convoqué Andreï Babouchkine pour un « entretien » devant avoir lieu mercredi soir.
La journaliste Eva Merkatcheva a démenti toute ingérence et a souligné n’avoir posé « aucune question sur le déroulement de l’enquête » à Zaour Dadaïev.

« Je suis innocent »
 
« On me criait tout le temps : ‘C’est toi qui as tué Nemtsov ?’. Je répondais que non », a déclaré M. Dadaïev cité par M. Babouchkine.
Zaour Dadaïev a affirmé se trouver avec un ami au moment de son arrestation en Ingouchie, une république russe voisine de la Tchétchénie. Les policiers « ont dit que si j’avouais, ils allaient le relâcher », « J’ai accepté, pensant que j’allais ainsi le sauver », a-t-il ajouté, toujours selon M. Babouchkine.

« Je pensais que lorsque je serais emmené à Moscou, je pourrais dire devant le tribunal toute la vérité, dire que je suis innocent. Mais le juge ne m’a pas donné la parole. »

Arrêté avec quatre autres suspects, Zaour Dadaïev a été inculpé dimanche. Le juge a annoncé que la participation de M. Dadaïev était « confirmée par ses aveux », les autres suspects ayant quant à eux nié toute implication dans le meurtre.

« J’ai lutté contre des criminels pendant 11 ans, protégeant les intérêts de Russie. Pourquoi ne met-on pas en prison ceux qui sont contre la Russie ? (…) Où est la justice ? », s’est insurgé Zaour Dadaïev.

L’homme fort de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, avait également affirmé ne pas comprendre les raisons de l’arrestation de M. Dadaïev, « un vrai patriote russe », décoré en 2010.
Boris Nemtsov, 55 ans, a été abattu de quatre balles dans le dos au pied du Kremlin le 27 février. Les enquêteurs avaient affirmé dans la foulée n’écarter aucune piste, envisageant tout aussi bien celle des islamistes que celle de nationalistes russes mécontents des critiques de l’opposant sur le rôle de la Russie dans la crise ukrainienne.
Le journal indépendant russe Novaïa Gazeta a affirmé mercredi que des « tueurs à gages en provenance de Tchétchénie » avaient établi une « liste » de journalistes et de personnalités russes à abattre pour leurs prises de position antirusses, qui inclut notamment Alexeï Venediktov, rédacteur en chef de la radio Echo de Moscou, et l’ex-oligarque russe Mikhaïl Khodorkovski. 
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a qualifié ces allégations d' »absurdes ». 
Pour sa part, Olga Pismanen, la porte-parole de M. Khodorkovski, a annoncé mercredi via les réseaux sociaux avoir découvert une couronne mortuaire près de la porte de son appartement.

AFP

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete