Le Taurua Varua, tradition séculaire, a commencé à Bora Bora

    mardi 12 janvier 2016

    Ferveur et dynamisme de 500 paroissiens participants au concours de chants religieux, le Taurua Varua 2016, dimanche dernier, à Faanui.  Une richesse culturelle s’ouvrant sur le triangle polynésien puisque les himene Rarotoa et Rurutu imitent les airs des autres archipels.  Cette tradition plus que séculaire n’aurait pas d’équivalent, en Polynésie française.

    La ferveur et le nombre de participants ont, une fois de plus, été au rendez-vous pour l’ouverture du Taurua Varua 2016, dimanche à 17 heures, à Faanui.
    Le conseil des diacres, le conseil municipal et les pasteurs ont veillé toute la nuit en compagnie de 500 chanteurs et des trois aïto, jusqu’au petit matin de  lundi.
    La paroisse de Faanui réunit trois fare amuiraa : Filipi, Matetonia et Tiroama, qui chantent tous dans le même groupe.
    Ce concours nocturne de chants religieux étalé sur trois dimanches, regroupe cinq sortes de rythmes. Une richesse culturelle qui s’ouvre sur le triangle polynésien puisque les himene Rarotoa (Rarotonga) et Rurutu (des Australes) sont des chants de groupe avec variations qui imitent les airs des autres archipels, celui des Marquises ayant disparu.

    Une tradition plus que séculaire

    Les dates précises de la naissance du Taura Varua sont floues. Seuls les patriarches de l’île, piliers de la mémoire d’une culture orale, sont capables de témoigner. Il est certain que cette tradition est plus que séculaire. Elle se déroulait une fois par an, en début d’année, pendant la semaine de la paix et de l’union et avait été interrompue durant la guerre. Elle reprit dès 1946 et la division sur trois dimanches, dans les trois paroisses de l’île, ne fut décidée qu’en 1974, lors d’un grand conseil de diacres.
    Cette tradition datant de plus d’un siècle n’aurait pas d’équivalent, en Polynésie française. Seules, les îles Australes organisent, au mois de mai, la collecte de la dîme en présentant un concours de chants. Le concours de Aïto, les jeunes orateurs qui lisent et commentent les versets de la Bible en tahitien, après minuit, reste l’apanage de la perle du Pacifique.

    De notre correspondante Françoise Buil

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete