Habillage fond de site

“L’économie “sous serre” est liée à la surévaluation du franc Pacifique”

lundi 2 octobre 2017

poirine

“Si Hawaii devenait indépendante, le PIB marchand serait peu affecté car les recettes touristiques (7 millions de touristes) permettent de payer les importations sans problème.” (Photo : Les Nouvelles calédoniennes)

L’abandon de l’ancrage à l’euro est-il si risqué ?

Oui et non… Oui, dans la mesure où on introduit une grande incertitude sur le taux de change futur, très préjudiciable à l’investissement domestique ou extérieur, et que la fin de l’ancrage à l’euro se traduirait par une dévaluation synonyme de hausse du coût des importations et de la valeur de la dette publique en euros.

Non, dans la mesure où on va s’ancrer à une monnaie moins “forte” que l’euro, comme le dollar NZ ou australien, ou à un “panier” de ces deux monnaies, tout en instaurant une zone de libre-échange total avec ces deux pays, ce qui permettrait de “dégonfler” la “serre” de prix élevés et le surcoût de la fonction publique qui mine la compétitivité de la production locale.

 

Est-il possible de prendre un exemple ?

Supposons qu’une Kanaky indépendante passe du franc Pacifique à un dollar calédonien au taux de 120 F = 1 dollar calédonien = 1 dollar australien = 0,67 euro (au lieu de 120 F = 1 euro actuellement).

On aurait ainsi une dévaluation d’un tiers environ. Les recettes du nickel – inchangées en dollar US – augmenteraient fortement exprimées en monnaie locale, ainsi que celles du tourisme, ce qui aurait un effet bénéfique sur la balance des paiements courants. La rentabilité des usines de nickel, qui ont des recettes en dollar US et des coûts en monnaie locale, serait instantanément rétablie, ce qui les inciterait à pérenniser leur présence sans l’aide de subventions de l’État.

Le surcoût de la fonction publique locale – en raison de la majoration de fait des traitements héritée du régime des expatriés de l’État –, exprimé en euro ou en dollar, diminuerait d’un tiers, car les traitements resteraient inchangés en franc Pacifique au nouveau taux de 120 F pour 0,67 euro = 1 dollar calédonien. De même pour les prestations sociales.

 

 

Quel serait l’impact sur le pouvoir d’achat ?

Le pouvoir d’achat en monnaie locale des produits fabriqués localement resterait inchangé, à condition que la dévaluation ne provoque pas d’inflation.
Les produits importés coûteraient plus cher exprimés en ancien franc Pacifique après la dévaluation.

Pour éviter l’effet inflationniste de cette dévaluation, il faudrait donc supprimer toutes les taxes sur les produits importés de Nouvelle-Zélande, d’Australie et d’Asie et instaurer un contrôle des prix et des marges pendant un an, pour vérifier que les baisses de taxes sont bien répercutées.

Pour compenser la baisse des recettes douanières, il faudrait instaurer une TVA/TGC (…).

Si l’effet inflationniste était ainsi limité, le pouvoir d’achat local de la fonction publique locale serait préservé et on assisterait à une réorientation de la consommation au profit des produits et services locaux devenus relativement moins chers (…).

 

Quel est, selon vous, le handicap économique du pays ?

L’arrimage à l’euro, via le franc Pacifique, a aggravé les effets négatifs de la surévaluation de cette monnaie (…).

La Nouvelle-Calédonie souffre d’un manque de compétitivité lié à une monnaie trop forte pour la productivité de son économie. Il paraît peu réaliste d’obtenir des gains de productivité assez importants pour équilibrer les échanges de biens et services dans une économie qui serait devenue indépendante, sans modification de la parité avec l’euro.

La solution est donc d’arrimer la monnaie calédonienne à des devises moins fortes et plus proches, dans le cadre d’un accord monétaire et d’une zone de libre-échange régionale avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

 

Les Nouvelles calédoniennes

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French Bee, compagnie aérienne low cost, enchaîne les retards, annulations ou “problèmes techniques”. Pour vous :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete