Habillage fond de site

Législatives – Une élection aux enjeux mal compris

mardi 6 juin 2017

élection

L’abstention a été très importante, samedi, lors du premier tour de scrutin. (© archives LDT)


Le premier tour des élections législatives, samedi dernier, a rassemblé peu d’électeurs. L’enjeu, pour les candidats encore en lice, est de mobiliser pour le second tour. Plans stratégiques et éventuelles alliances sont en train de se dessiner.

Le premier tour des élections législatives est passé. Sans déplacer les foules. C’est le moins que l’on puisse dire, puisque l’abstention aura flirté avec les 58 %.

Long week-end ensoleillé, désintérêt des gens ou distanciation vis-à-vis du monde politique ? Il est fort à parier que bien des électeurs locaux prêtent un intérêt modéré à ces élections législatives, dans la mesure où le statut d’autonomie accorde à la Polynésie française bien des prérogatives. Dans ce contexte, le rôle des députés est sans doute difficilement perceptible.

Quoi qu’il en soit, tous les “petits” ont été balayés au premier tour. Restent donc les grands blocs, structurés, pour le second tour du 17 juin : le Tapura, le Tahoera’a et le Tavini.

Le jeune parti de la majorité présidentielle a réussi à confirmer son ancrage en tant que première force politique du pays, avec des relais dans tous les archipels.

Le Tahoera’a, mouvement historique, a connu un revers avec l’élimination de son candidat dans la troisième circonscription mais demeure incontournable.

Le Tavini, qui a mené une assez courte campagne, sans partenaire UPLD, et affecté par une dispersion de voix en faveur du Tau Hoturau de Tauhiti Nena (ex-Tavini) est en troisième position en termes de résultats, mais a obtenu l’accès au second tour dans la troisième circonscription. Son candidat, Moetai Brotherson, prônant un accès vers la souveraineté de manière moins dogmatique que certains caciques du parti, a fait de bons résultats.

Après une bonne journée de repos pour la plupart d’entre eux, les responsables politiques vont faire chauffer les calculettes. Dès aujourd’hui, on prévoyait de se réunir dans les états-majors pour analyser commune par commune, bureau de vote par bureau de vote, les résultats.

Il faut aussi se remettre tout de suite en ordre de bataille pour repartir à la conquête des électeurs. Les abstentionnistes du premier tour sont le cœur de cible. Il va falloir refaire du terrain pour chercher à conquérir ces voix. Ne négliger aucun archipel.

 

Le Tapura partout, mais pas intouchable

 

C’est aussi le temps des discussions. Le Tapura a fait carton plein en maintenant un candidat dans chacune des trois circonscriptions. Mais les situations diffèrent de l’une à l’autre.

Dans la première, Maina Sage, députée sortante, semble à l’abri d’une déconvenue. Elle est dotée d’une confortable avance.

Dans la deuxième, la partie s’annonce plus serrée. La Tapura Nicole Sanquer a devancé la Tahoera’a Teura Iriti de 3 632 voix. Mais les regards doivent se tourner aussi vers les voix du Tavini. Y aura-t-il des alliances bleu-orange ?

Au soir du premier tour de l’élection, le Tahoera’a Vincent Dubois, éliminé dans la 3e circonscription, a dit son souhait de soutenir le candidat Tavini. Un choix personnel, a rapidement corrigé Gaston Flosse, qui a indiqué que ce sont les instances de son parti qui décideront.

Mais Vincent Dubois, habitué à la discipline de groupe, aurait-il subitement pris une telle liberté, sans que l’idée ait déjà été évoquée au sein du parti orange ?

Certains se demandent déjà si le Tahoera’a ne va pas être tenté de soutenir le Tavini pour faire élire Moetai Brotherson dans la troisième circonscription (soufflant ainsi la victoire au Tapura Patrick Howell), en échange d’un soutien du Tavini à Teura Iriti dans la deuxième. Les voix de Moetai Brotherson (8 289) et celles de Vincent Dubois (7 590) dépassent en effet celles de Patrick Howell (9 193) de 6 686 voix.

Selon le calcul simpl(ist)e d’un tel scénario, le candidat Tapura Patrick Howell se trouverait donc dans une situation très délicate.

Dans la deuxième circonscription, si les voix de Valentina Cross (4 643) s’ajoutaient à celles de Teura Iriti (6 453), cela ferait 11 096 voix. C’est plus que les 10 085 voix de Nicole Sanquer. La bataille serait donc également compliquée.

Mais au terme du premier tour, Moetai Brotherson indiquait que “les électeurs ne sont pas des marchandises”, semblant écarter la perspective d’une entente du Tavini avec le Tahoeraa.

Dans la deuxième circonscription, une autre prise de position sera décisive. Celle qui concerne les 3 508 voix obtenues par la candidate de Jacquie Graffe, Tepuaraurii Teriitahi. Si Édouard Fritch et le maire de Paea recollent les morceaux, le report des voix de celle-ci sera décisif pour une victoire de Nicole Sanquer.

Mais la grande inconnue demeure dans l’abstentionnisme : sera t-il moins important que lors du premier tour?

 

Y.R.

 

législatives

 

1
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete